Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

FIGEAC AERO

FGA - FR0011665280 SRD PEA PEA-PME
4.950 € -0.80 % Temps réel Euronext Paris

Figeac aero : L'équipementier aéronautique Figeac avertit sur sa rentabilité et plonge en Bourse

mercredi 18 décembre 2019 à 17h09
Figeac avertit sur sa rentabilité annuelle et flanche en Bourse

(BFM Bourse) - En queue de SRD, le titre Figeac Aéro lâche plus de 6% et chute à un plus bas historique dans le sillage de résultats semestriels décevants. Ces derniers sont notamment marqués par une nette dégradation de la rentabilité malgré une croissance organique de ses ventes supérieure à 8%. L'arrêt du programme A380 et la suspension du 737 MAX incitent l'équipementier aéronautique à revoir à la baisse ses prévisions d'Ebitda pour l'ensemble de l'exercice.

Nouveau coup de mou pour Figeac Aéro. À 10,42 euros sur les coups de 15h15, le titre de l'équipementier aéronautique lotois touche un nouveau plus bas historique, accusant un repli de 7% dans le sillage de la présentation de ses comptes semestriels. Le spécialiste de la production de pièces de structure en alliages légers et en métaux -notamment pour le moteur LEAP de Safran/General Electric qui équipent plus de la moitié des A320 Neo et la totalité des Boeing 737 MAX- a en effet dévoilé des résultats marqués par une nette dégradation de sa rentabilité, malgré une croissance organique de ses revenus de 8,4% -"largement supérieure à celle du secteur" souligne Gilbert Ferrand, analyste chez Midcap Partners- à 224 millions d'euros.

Mais si Figeac Aéro a également vu son Ebitda courant progresser au premier semestre (+6,1% à 38,9 millions d'euros), sa marge d'Ebitda a en revanche reculé de 18,2% à 17,3% sur un an. Le bénéfice opérationnel courant est également en net repli par rapport au premier semestre de l'exercice précédent puisqu'il s'est établi à 13,65 millions d'euros contre 17 millions un an auparavant, pour une marge opérationnelle courante passée de 8,3% à 6,1% sur la période. Pire, l'équipementier aéronautique enregistre une perte nette part du groupe de plus de 600.000 euros sur le semestre, quand il affichait un bénéfice net de 9,2 millions d'euros entre début avril et fin septembre 2018.

Arrêt de l'A380 et crise du 737 Max

Partenaire des grands industriels de l’aéronautique, Figeac Aéro a notamment été pénalisé par l'arrêt de la production de l'A380, la crise du 737 Max ou encore la mise en sommeil de l'avion régional CRJ de Bombardier.

Autant d'éléments qui font dire à Gilbert Ferrand que "les difficultés rencontrées par Figeac Aéro au premier semestre sont conjoncturelles et non structurelles". "Industriellement parlant, c'est toujours très bien exécuté donc les résultats dévoilés ne sont pas plus inquiétants que ça" juge-t-il.

Selon lui, la forte chute du titre s'explique avant tout par l'absence d'avertissement du groupe: "Le marché n’avait pas été prévenu –aucun message délivré lors de la journée investisseurs d’il y a 3 semaines concernant une possible pression sur les marges- et n’aime pas être surpris donc il sanctionne avant tout le manque de pilotage du consensus et les problèmes de communication du groupe".

S'il explique que "les problèmes sur le 737 Max pèsent encore peu sur les comptes de Figeac (entre 4 et 5 millions d’euros de manque à gagner annuel lié aux moteurs LEAP livrés à Boeing", le coût de démarrage des nouveaux contrats (avec MHI, Bombardier, Triumph, Embraer, Rolls Royce) a en revanche pesé sur la rentabilité".

Perspectives abaissées

Début juillet dernier, l'équipementier aéronautique énonçait ses objectifs pour l'exercice 2019-2020. Le groupe avait vu juste puisqu'il déclarait alors s'attendre à "une année pénalisée par les cadences de certains programmes" mais pensait pouvoir "délivrer une croissance supérieure au secteur grâce aux gains de nouveaux contrats (pour la fabrication de pièces pour les moteurs Trent de Rolls-Royce équipant l'A350 notamment) et afficher une progression de l’Ebitda courant et générer des free cash-flows positifs". Cinq mois plus tard, Figeac Aéro a quelque peu revu ses ambitions, l'équipementier basé à Figeac (Lot) misant désormais sur "une stabilité de l’Ebitda courant et des free cash-flows maîtrisés sur l’année", notamment grâce à une réduction des capex à partir de l'exercice prochain de 30 à 40% en année pleine, en attendant les gains du plan de développement 2021-2024, la maturité des nouveaux contrats et notre adaptation à certains éléments conjoncturels liés au marché des aérostructures.

Les analystes restent à l'achat

Pris de court par l'ajustement de la guidance annuelle d'Ebitda, les analystes qui suivent le dossier revoient majoritairement à la baisse leur cible sur le titre Figeac Aéro, à l'exception de Yan Derocles (Oddo BHF) qui maintient son objectif à 15,5 euros, en confirmant son opinion à l'achat. Gilbert Ferrand reste également à l'achat sur le dossier, mais abaisse sa cible de 16 à 13 euros. En charge de Figeac Aéro pour Gilbert Dupont, Léa Saenz de Cabezon en fait de même en réduisant son objectif de 15,5 à 14,2 euros, tout en réitérant sa recommandation à l'achat.

Quentin Soubranne - ©2022 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur FIGEAC AERO en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+316.20 % vs +19.31 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat