Bourse > Exel industries > Exel industries : 'étudie des dossiers d'acquisitions'
EXEL INDUSTRIESEXEL INDUSTRIES EXE - FR0004527638EXE - FR0004527638
82.490 € +7.13 % Temps réel Euronext Paris
78.220 €Ouverture : +5.46 %Perf Ouverture : 82.500 €+ Haut : 78.220 €+ Bas :
77.000 €Clôture veille : 1 530Volume : +0.02 %Capi échangé : 560 M€Capi. :

Exel industries : 'étudie des dossiers d'acquisitions'

tradingsat

(CercleFinance.com) - Guerric Ballu, directeur général d'Exel Industries, spécialiste des techniques de pulvérisation pour l'agriculture et l'industrie, répond aux questions de Cercle Finance suite à la parution des résultats semestriels cette semaine.

Cercle Finance: Exel Industries a publié des résultats semestriels de bonne facture, mercredi. Comment expliquez-vous le retour aux bénéfices et quels ont été les moteurs de la croissance sur la période?

Guerric Ballu: Pour rappel, le groupe a publié un résultat net de 5,7 millions d'euros pour son premier semestre 2011/2012 et un résultat opérationnel courant de sept millions, contre des pertes de 4,9 et de 3,4 millions respectivement un an auparavant.

Tout d'abord, nous avons bénéficié d'un effet de base favorable, étant donné que le premier semestre 2010/2011 avait délivré des performances mitigées, notamment en raison de la frilosité des agriculteurs en matière d'investissements.

L'activité au sein de nos deux branches, Protection des Végétaux et Protection des Matériaux, a tiré la croissance, conduisant à des résultats en net rebond.

Ainsi, sur les six premiers mois de l'exercice 2011/2012, l'activité dans la Protection des Végétaux progresse de 35% à 162,7 millions d'euros, sur le même rythme de progression aussi bien pour le premier que pour le deuxième trimestre, grâce à une conjoncture d'investissement positive chez les agriculteurs.

Les ventes en France, plus dynamiques qu'à l'international, retrouvent donc le niveau normatif de l'année 2008.

Concernant la Protection des Matériaux, la branche, tirée par le secteur automobile, poursuit sur sa lancée et délivre un chiffre d'affaires en hausse de 40,8% à 76,5 millions d'euros, la progression étant beaucoup plus marquée à l'export qu'en France.

CF: De quelle visibilité dispose le groupe pour le reste de l'année?

GB: Les tendances générales d'activité ainsi que le niveau du carnet de commandes nous permettent d'afficher notre confiance pour les mois qui viennent.

Quelques incertitudes mineures demeurent, notamment le maintien ou non des dispositions fiscales en faveur des investissements des agriculteurs, après les élections présidentielles.

D'autre part, la Commission européenne doit redéfinir la politique agricole commune (PAC) au sein de l'Union. Toutefois, le projet en cours semble plutôt positif.

En outre, le cours élevé des céréales devrait permettre aux agriculteurs de maintenir leurs investissements, nécessaires à l'augmentation du rendement sur une planète où le nombre de bouches à nourrir ne cesse d'augmenter.

Quant à la Protection des Matériaux, l'automobile continuera de porter la croissance et compensera la dynamique moindre des autres secteurs.

Pour résumer, le second semestre se présente sous de bons auspices. Comme chaque année, les livraisons s'effectuent davantage au printemps chez les agriculteurs et plutôt en été dans l'industrie automobile, lorsque les usines ferment leurs portes en période de congés.

CF: Quelles sont les priorités du groupe pour 2012?

GB: En premier lieu, Exel Industries effectuera un travail sur ses marges. Les hausses de prix appliquées en septembre ont pu compenser les pressions inflationnistes mais l'effet sur le redressement des marges reste à venir, à partir du second semestre, quand l'intégralité des facturations sera valorisée aux nouvelles conditions commerciales.

Nous maintiendrons par ailleurs nos efforts d'innovation dans le but de lancer de nouveaux produits destinés à gagner des parts de marché.

Enfin, nous entendons continuer à nous développer à l'international, notamment aux Etats-Unis et dans les pays de l'Est.

Le groupe compte 23 filiales à l'étranger et réfléchit à l'ouverture d'une vingt-quatrième en Asie du Sud-est, région du monde dans laquelle Exel Industries n'est présent qu'à travers un bureau de représentation à Singapour.

CF: Pour finir, étudiez-vous des dossiers d'acquisitions?

GB: Oui, clairement. Nos cibles présentent des caractéristiques bien précises. Nous recherchons des acteurs opérant dans les mêmes métiers que nous, plutôt à l'étranger.

Les sociétés qui nous intéressent affichent des tailles assez conséquentes, avec un chiffre d'affaires compris entre 10 et 150 millions d'euros, voire davantage.

Elles peuvent nous apporter un savoir-faire dont Exel Industries ne dispose pas et doivent permettre la création de synergies.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...