Bourse > E.on se > E.on se : Se reprend après deux séances de chute
E.ON SEE.ON SE E.ON - DE000ENAG999E.ON - DE000ENAG999
8.050 € 0.00 %
-Ouverture : -Perf Ouverture : -+ Haut : -+ Bas :
8.240 €Clôture veille : -Volume : -Capi échangé : -Capi. :

E.on se : Se reprend après deux séances de chute

tradingsat

(CercleFinance.com) - L'action E.ON se reprenait modestement de 1% à 21,5 euros ce matin en Bourse de Francfort, surclassant ainsi la performance de l'indice DAX (-0,04%). Au cours des deux dernières séances, le titre du producteur d'électricité allemand a perdu non loin de 10% de sa valeur sur fond d'accidents nucléaires au Japon et de moratoire en Allemagne.

Après que l'action E.On ait terminé vendredi vers 23,1 euros, elle a ensuite chuté de 5,26% lundi et de 3,91% mardi, non sans toucher les 20,2 euros en séance.

Le groupe a été pénalisé par la catastrophe en cours à la centrale de Fukushima Daichi, au Japon, puis par la décision prise dans la foulée par le gouvernement allemand.

En effet, le groupe a indiqué hier qu'il avait entrepris de suspendre le fonctionnement opérationnel de son plus ancien réacteur nucléaire, Isar-1, pendant la durée du moratoire décidé par le gouvernement fédéral allemand. L'arrêt d'un réacteur nucléaire n'est pas immédiat, et les opérations y menant se prolongeront dans les prochains jours.

Mis en service en 1977 en Bavière, Isar-1 est une tranche nucléaire d'une capacité de 878 MW, selon le site Internet d'E.ON. L'installation d'Isar compte une 2ème tranche, Isar-2 : utilisée commercialement depuis 1988, sa capacité est de 1.400 MW.

'Bien qu'Isar-1 ne soit pas directement affecté par le moratoire à l'heure actuelle, nous avons décidé d'arrêter le plus ancien de nos réacteurs nucléaires. Nous voulons qu'il soit plus aisé, notamment pour les régulateurs de Bavière, de mener une évaluation ouverte et critique', a déclaré le PDG Johannes Teyssen. Le groupe réaffirme que l'arrêt ne résulte en aucun cas de problème de sécurité et qu'Isar-1 répond pleinement aux normes les plus élevées.

Johannes Teyssen déclare comprendre les inquiétudes de la population et les débats politiques au sujet des évènements survenus au Japon. Le patron d'E.On considère le moratoire proposé par la chancelière Angela Merkel et la mise en place d'un panel d'experts comme 'la bonne manière d'analyser la situation et d'en discuter des conséquences”.

A fin 2010 selon son rapport annuel, le groupe E.On disposait d'une capacité de production électrique de 68.475 MW. Sur ce total, les capacités nucléaires étaient de 11.329 MW, soit 16,5% du total. Une partie de ces dernières (2.774 MW) est située dans les pays nordiques.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI