Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

ELIS

ELIS - FR0012435121 SRD PEA PEA-PME
15.690 € -0.70 % Temps réel Euronext Paris

Elis : Le défi de la hausse des coûts salariaux plombe Elis en Bourse, malgré un bon exercice 2018

jeudi 7 mars 2019 à 11h10
Elis recule nettement en Bourse malgré l'annonce de bons résultats annuels

(BFM Bourse) - En 2018, Elis a dégagé une marge d'Ebitda conforme aux prévisions, à 31,5%. La hausse inattendue de la masse salariale au second semestre pèse néanmoins sur la base de coûts du blanchisseur, ce qui ramène le titre à un plus-bas depuis 2015.

La plus forte baisse du SRD vers 11h25 est à mettre au compte d'Elis, qui cède 6,37% à 13,22 euros. Le titre du spécialiste français de la location-entretien d'articles textiles, qui avait bénéficié d'un regain d'intérêt fin janvier après le point d'activité du groupe faisant état d'une fin d'année 2018 meilleure que prévu, dévisse de nouveau en réaction aux résultats annuels dévoilés jeudi matin avant Bourse. L'action n'avait pas évolué à si bas niveau depuis 2015.

Résultats en ligne avec les prévisions

Sur l’ensemble de l’année 2018, le leader européen de l'entretien du linge a affiché un résultat net courant de 224,3 millions d’euros, en hausse de 40,4% par rapport à l’exercice précédent. Le résultat net consolidé a presque été multiplié par deux (+94,3%), à 81,8 millions, et l’Ebitda ressort en hausse de 47,1% à 985,6 millions. Quant au chiffre d'affaires, il atteint 3,133 milliards (+42,8%) donc la marge d'Ebitda s'élève à 31,5%, en hausse de 90 points de base (ou 0,9%). Hors intégration du britannique Berendsen racheté en juin 2017, la croissance organique des revenus est de 2,6% et reflète une performance solide des zones historiques d'Elis avec une croissance organique de 2,2% en France (33% des revenus du groupe en 2018 contre 70% en 2015, avec une marge d'Ebitda de 35%), de 2% en Europe Centrale (22% des revenus), de 3,1% en Scandinavie et Europe de l'est (15% du chiffre d'affaires, 37,4% de marge d'Ebitda) ainsi que de la bonne intégration des pays Berendsen (Royaume-Uni et Irlande) où la croissance organique est négative (-1,1%) mais en amélioration par rapport à 2017 (-2,9%).

Si le communiqué d'Elis, fin janvier dernier, ne faisait pas mention d'objectif de marge pour l'exercice écoulé, les analystes de Midcap Partners s'attendait à ce que cette cible d'un taux d'Ebitda de 31,5% soit atteinte. Le bureau d'études confirmait par ailleurs sa recommandation à l'achat avec un objectif de cours de 24,60 euros par action, considérant que la publication du chiffre d'affaires "démontre la qualité du business model" d'Elis.

Le président du directoire, Xavier Martiré, s'est félicité de ces résultats : "2018 a été une année record pour Elis en termes de chiffre d'affaires, avec une accélération de la croissance organique au deuxième semestre". "Comme attendu, notre marge d'EBITDA a progressé de 90 points de base, à 31,5% du chiffre d'affaires, notamment grâce aux synergies réalisées dans le cadre de l'intégration de Berendsen [à hauteur de 50 millions d'euros en 2018, en ligne avec les anticipations d'Elis, NDLR] et aux nouvelles améliorations de productivité dans les zones géographiques historiques d'Elis" a détaillé le dirigeant.

Le groupe a en outre poursuivi sa stratégie de croissance externe et de rationalisation de son portefeuille de services avec sept nouvelles acquisitions lors de l'exercice écoulé (dont 3 en Allemagne), et l'enclenchement, en juillet 2018, du processus de vente de son activité Clinical Solutions (67,3 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2018), identifiée comme non stratégique. À noter que la génération de free cash-flow du groupe est également en nette progression par rapport à 2017, à 154 millions d'euros (contre -119 millions lors de l'exercice précédent).

Augmentation inattendue de la masse salariale

Si la dynamique commerciale est restée soutenue en 2018, permettant à Elis d'atteindre ses objectifs financiers, les commentaire du président du directoire du groupe Xavier Martiré ont jeté un froid chez les investisseurs. "Depuis le deuxième semestre 2018, nous faisons face à une augmentation inhabituelle d'un certain nombre de nos coûts de production, en particulier de notre masse salariale, en lien avec la forte augmentation du salaire minimum décidée dans certains pays, tels que l'Espagne ou le Royaume-Uni", a-t-il en effet déclaré, lors de la présentation des résultats. De fait, le gouvernement espagnol a annoncé, en décembre dernier, une hausse sans précédent (+22%) du salaire minimum. Au cours de l'exercice écoulé, ce dernier a également augmenté de 4,9% au Royaume-Uni, de 1,5% en France, de 4% en Allemagne ou encore de 8% en Pologne.

"Notre capacité à repasser le plus possible cette augmentation de notre base de coûts sera donc déterminante pour nos marges" a ajouté Xavier Martiré, qui a conclu sa présentation en présentant, malgré la hausse inattendue de la masse salariale dont l'impact est estimé à 30 millions d'euros pour 2019, des perspectives financières stables pour l'exercice en cours : "À ce jour, nous visons une marge d'Ebitda entre 31,2 et 31,6% du chiffre d'affaires et une croissance organique de nos revenus d'environ 3%".

Quentin Soubranne - ©2019 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur ELIS en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+288.80 % vs +12.26 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat