Bourse > Eiffage > Eiffage : Eiffage n'exclut pas des cessions pour redresser la barre
EIFFAGEEIFFAGE FGR - FR0000130452FGR - FR0000130452
77.720 € +0.65 % Temps réel Euronext Paris
76.800 €Ouverture : +1.20 %Perf Ouverture : 77.950 €+ Haut : 76.710 €+ Bas :
77.220 €Clôture veille : 246 622Volume : +0.26 %Capi échangé : 7 390 M€Capi. :

Eiffage : Eiffage n'exclut pas des cessions pour redresser la barre

tradingsat

PARIS (Reuters) - Le nouveau directeur général d'Eiffage n'écarte pas la cession ou la fermeture de filiales déficitaires pour conforter le début de reprise de la performance du groupe de BTP observé au premier semestre.

Pierre Berger, successeur désigné du président et fondateur du numéro cinq européen du BTP et des concessions Jean-François Roverato, a également annoncé pour la division énergie Forclum un plan d'économies visant à réduire de 3 à 4% les frais généraux d'ici 2013-2014.

"Nous allons, sur les branches travaux publics et en particulier énergie, continuer voire même intensifier nos efforts et nos plans de redressement de façon à ce que les performances, qui sont stabilisées, puissent remonter de façon significative", a déclaré Pierre Berger au cours d'une réunion avec les analystes.

"Je n'exclus pas en particulier sur des filiales non stratégiques déficitaires de façon récurrente des cessions ou des arrêts", a-t-il ajouté.

Eiffage, dont les marges ont été pénalisées ces dernières années par la conjoncture économique et par des difficultés dans l'exécution de certains contrats, notamment d'hôpitaux, a également assuré qu'il serait à l'avenir plus sélectif dans les prises de commandes.

"Nous prévoyons une très nette progression du free cash flow, le meilleur depuis trois ans, et par conséquent une réduction de notre dette nette sous l'effet combiné du désendettement des autoroutes qui va se poursuivre et de la cession de certains actifs PPP qui sont arrivés à maturité", a poursuivi Pierre Berger.

REPRISE DE L'ACTIVITÉ CONFIRMÉE

Eiffage affichait fin juin une dette nette totale de 14,42 milliards d'euros, dont une dette de 13,6 milliards logée dans les concessions. Autoroutes Paris Rhin Rhône a procédé au premier semestre à trois émissions obligataires, première étape dans le processus du refinancement de la dette contractée en février 2006 lors de la privatisaton des autoroutes françaises.

"Nous allons commencer le 12 et le 13 septembre les discussions avec les banques pour entamer le processus de refinancement d'Eiffarie et d'APRR, notre objectif étant de le terminer pour le 1er trimestre 2012, c'est-à-dire à nouveau en avance avant l'échéance finale qui est début 2013", a poursuivi Pierre Berger.

Eiffage a confirmé son objectif d'un retour de la croissance de son chiffre d'affaires cette année au vu d'un premier semestre marqué par une reprise de l'activité après deux années consécutives de contraction sur la même période.

Le groupe a dégagé sur les six premiers mois de l'année un résultat opérationnel courant de 451 millions d'euros, en hausse de 9,5% grâce notamment à une forte progression de la marge dans les concessions. Son carnet de commandes a progressé de 5% sur un an.

En revanche, les émissions obligataires réalisées par APRR au premier semestre sont venues alourdir la charge financière de l'entreprise, ramenant à 43 millions d'euros contre 70 millions un an plus tôt le résultat net, part du groupe, soit une chute de 38,6%.

Avant cette publication, l'action Eiffage a clôturé en forte hausse (+7,48% à 33,90 euros), donnant une capitalisation boursière de l'ordre de trois milliards d'euros. Depuis le début de l'année, le titre a cédé 4% environ, après une baisse de 16% sur l'ensemble de 2010.

Edité par Matthieu Protard

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...