Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

EDF

EDF - FR0010242511 SRD PEA PEA-PME
8.272 € +1.67 % Temps réel Euronext Paris

Edf : Une emprise d'edf sur les réacteurs d'areva suscite des doutes

mercredi 18 novembre 2009 à 14h20
Une emprise d'edf sur les réacteurs d'areva suscite des doutes

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - Une emprise d'EDF sur la filiale de réacteurs d'Areva ne constituerait pas forcément la meilleure option pour l'électricien public français et la filière nucléaire tricolore, estiment des analystes.

Dans des déclarations aux Echos, le futur P-DG d'EDF, Henri Proglio a exprimé le souhait que le groupe reprenne son rôle de chef de file du nucléaire français. Dans ce cadre, ajoute le quotidien, Henri Proglio estime qu'une ouverture du capital de la filiale de réacteurs d'Areva (ex-Framatome, devenu Areva NP) pourrait avoir lieu et qu'EDF "pourrait y jouer un rôle", selon le quotidien.

Selon l'Elysée, les propos de Henri Proglio n'ont pas été coordonnés avec la présidence de la République. Ses propositions seront examinées le moment venu mais n'ont pas fait l'objet à ce stade d'analyse technique, a-t-on précisé à Reuters de même source.

L'Elysée a cependant confirmé sa volonté qu'EDF s'implique davantage dans la structuration de la filière nucléaire, notamment à l'exportation.

"Si, dans une vision purement industrielle et non politique ou partisane, il fallait démanteler Areva à l'avantage d'EDF, ce serait plutôt vers la partie amont ou fabrication du combustible nucléaire qu'il faudrait opérer", a estimé dans une note Patrice Lambert de Diesbach, analyste chez CM-CIC Securities.

"Mais côté équipements, cela paraît plus contestable, nonobstant le fait que les concurrents d'EDF, clients des équipements nucléaires, seraient peut-être moins enclins à acheter des équipements français", a-t-il ajouté.

Areva NP était détenu à 66% par le groupe français et 34% par l'allemand Siemens mais ce dernier a décidé début 2009 de céder sa participation, estimée à deux milliards d'euros à fin 2007. Pour plus de détails, cliquez sur .

Selon un analyste basé à Paris, "tout ce que dit Proglio fait partie d'un grand plan d'ensemble". "Cela n'a pas forcément été discuté avec (la présidente d'Areva) Anne Lauvergeon mais il en a forcément parlé avec les autorités."

"NOUVEL ÉLAN"

Les déclarations du futur P-DG d'EDF constituent en outre "un pied de nez à GDF Suez", ajoute cet analyste en soulignant qu'EDF se démarquerait de son grand rival en mettant la main sur des équipements de production.

Patrice Lambert de Diesbach se demande pour sa part si Henri Proglio, "ayant compris que le gouvernement ne lâcherait pas beaucoup sur la liberté tarifaire", ne chercherait pas à trouver pour EDF "un autre 'grand chantier' pour donner le nouvel élan industriel appelé par le président Sarkozy".

"Ça m'intéresse d'avoir un Framatome fort, adossé à d'autres acteurs français et étrangers", a déclaré aux Echos Henri Proglio, pour qui la fusion de Framatome et Cogema - spécialisée dans le combustible nucléaire - pour créer Areva en 2001 était "probablement une erreur".

Ces déclarations remettent en cause la stratégie défendue par Anne Lauvergeon, basée sur une offre intégrée qui couvre toutes les étapes du cycle du combustible, la conception et la construction de réacteurs nucléaires et les services associés.

Mercredi, Areva n'a pas souhaité commenter les propos de Henri Proglio.

Toujours selon Les Echos, le nouveau patron d'EDF estime que la filière française est mal représentée à l'étranger, notamment pour l'appel d'offres nucléaire d'Abou Dhabi.

Le consortium regroupant Areva, GDF Suez et Total - avec le soutien d'EDF - semblait le mieux placé il y a quelques mois pour décrocher ce contrat estimé à 40 milliards de dollars, qui porterait sur au moins quatre réacteurs.

Mais les difficultés rencontrées sur les chantiers des réacteurs de nouvelle génération EPR de Flamanville (Manche) et d'OL3, en Finlande, pourraient avoir compromis ses chances.

QUELLE COHÉRENCE AVEC VEOLIA ?

Certains analystes estiment en outre qu'une éventuelle opération d'EDF avec Areva NP n'aurait pas une grande cohérence avec une montée de l'électricien public français dans le capital de Veolia, projet attribué à Henri Proglio, actuellement P-DG du groupe de services à l'environnement.

Les Echos ont également souligné mercredi que "la remise en cause du modèle économique d'Areva compliquerait nécessairement les discussions que mène le champion français du nucléaire pour son augmentation de capital".

Areva, qui cherche par ailleurs à vendre sa filiale transmission et distribution (T&D) dans le cadre d'un plan de financement, envisage l'entrée de partenaires dans son capital, à hauteur de 15%, par le biais d'une augmentation de capital.

et

Vers 13h05, le titre EDF gagnait 1,71% à 38,995 euros pendant que le CAC 40 avançait de 0,66%. Dans le même temps, Areva progressait de 0,65%.

Avec les contributions d'Emmanuel Jarry et Marie Maitre, édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2009 Thomson Reuters

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur EDF en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+312.10 % vs +42.19 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat