Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

EDF

EDF - FR0010242511 SRD PEA PEA-PME
8.280 € +0.93 % Temps réel Euronext Paris

Edf : Passage de témoin chez edf entre gadonneix et proglio

jeudi 5 novembre 2009 à 15h26
Passage de témoin chez edf entre gadonneix et proglio

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - L'assemblée générale des actionnaires d'EDF a sans surprise renouvelé le mandat d'administrateur de Henri Proglio, permettant ainsi à l'actuel P-DG de Veolia Environnement de prendre la tête de l'électricien public.

Ce renouvellement approuvé à 96,5% des voix ne faisait aucun doute étant donné que l'Etat, qui a décidé de remplacer l'actuel patron d'EDF, Pierre Gadonneix, détient 85% du capital du groupe.

Une fois officiellement nommé à la direction d'EDF, le 25 novembre, Henri Proglio entend conserver la présidence non exécutive de Veolia. Cette double fonction a suscité de vives critiques de l'opposition.

Il a toutefois laissé entendre fin octobre à la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale qu'il ne cumulerait que de façon "transitoire" les fonctions de P-DG d'EDF et de président non exécutif de Veolia, selon des membres de la commission. (Plus de détails ).

Henri Proglio, qui ne s'est pour l'instant pas exprimé publiquement sur la stratégie qu'il entend mener à le tête d'EDF, a déclaré jeudi lors de l'assemblée générale des actionnaires qu'il répondrait "en temps voulu" aux interrogations suscitées par sa nomination.

Pierre Gadonneix a pour sa part défendu son bilan à la tête du groupe depuis 2004 et sa stratégie de développement à l'international en faisant valoir que "l'entreprise (avait) probablement plus changé en cinq ans que dans les décennies précédentes".

"A l'heure où les marchés s'ouvrent, les anciens monopoles ne peuvent que perdre des parts de marché. Rester dans nos frontières historiques n'était pas un choix possible : l'avenir du groupe s'inscrit désormais à l'échelle de l'Europe, voire au-delà", a-t-il déclaré.

CONSTELLATION, "UNE QUESTION DE JOURS"

Pierre Gadonneix a également défendu le rachat de l'opérateur nucléaire britannique British Energy et le projet d'acquisition de la moitié des actifs nucléaires de l'américain Constellation Energy, deux opérations clés de la fin de son mandat mais qui auraient suscité des réserves de la part de Henri Proglio.

Daniel Camus, le directeur financier d'EDF, a déclaré jeudi en marge de l'assemblée générale que la finalisation de l'accord avec Constellation était "une question de jours" et a confirmé que le groupe français souhaitait conserver une structure financière solide avec un ratio dette nette/Ebitda compris entre 2,5 et 3.

La dette nette d'EDF est passée de quelque 19,7 milliards d'euros à l'arrivée de Pierre Gadonneix en 2004 à 36,8 milliards à fin juin (contre 24,5 milliards fin 2008), ceci en raison notamment du rachat pour quelque 13,5 milliards de British Energy.

Evoquant la France, Pierre Gadonneix a fait savoir que la production du parc nucléaire d'EDF en 2009 "devrait s'inscrire en retrait sensible par rapport à 2008" à cause des conflits sociaux qui ont eu lieu au printemps au sein du groupe et de "raisons techniques".

L'électricien public français a toutefois réaffirmé que son objectif de taux de disponibilité des centrales nucléaires de 85% à moyen-terme (contre 79% en 2008) était une priorité.

Pierre Gadonneix a également de nouveau milité en faveur d'une hausse des tarifs de l'électricité en France en soulignant l'importance des besoins d'investissements dans le pays.

Il a en outre confirmé qu'EDF visait un démarrage du réacteur nucléaire de nouvelle génération EPR de Flamanville (Manche) en 2012 - avec une production d'électricité commercialisée en 2013 - et que ce projet devrait coûter au total quatre milliards d'euros.

Pierre Gadonneix a aussi assuré que les discussions que mène actuellement EDF avec l'autorité de sûreté nucléaire française au sujet du système de contrôle-commande de l'EPR n'avaient "pas d'impact à ce stade sur le déroulement du projet".

Les actionnaires d'EDF ont en outre voté jeudi en faveur d'une modification des statuts du groupe afin d'autoriser le paiement des dividendes ou des acomptes sur dividendes en actions.

Le groupe avait auparavant annoncé qu'il verserait un acompte sur dividende de 0,55 euro par action au titre de l'exercice 2009, ce qui représente un montant global d'environ un milliard d'euros.

Edité par Marc Joanny

Copyright © 2009 Thomson Reuters

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur EDF en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+313.60 % vs +40.45 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat