Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

EDF

EDF - FR0010242511 SRD PEA PEA-PME
12.990 € +11.03 % Temps réel Euronext Paris

Edf : "nous allons faire des propositions à la direction et au ministère", c. planchet

mercredi 5 décembre 2007 à 14h55

(BFM Bourse) - L'Etat a cédé lundi 2.5% du capital d'EDF pour 3.7 Milliards d'euros. Comme le prévoit la loi, une offre réservée aux salariés (ORS) et anciens salariés d'EDF va suivre. Camille Planchet, Président de l'association EDF Actionnariat Salarié (EAS), compte faire des propositions afin que l'ensemble des actionnaires salariés et anciens salariés puissent bénéficier d'offres attractives.

Tradingsat.com : Quelle sera la nature de vos propositions ?

Camille Planchet : Deux questions se posent : celle du prix de l'action, et celle du financement. Est-ce qu'une décote va être proposée par rapport au prix offert aux investisseurs ? Quelles seront les différentes formules de financement proposées aux actionnaires salariés et anciens salariés ? Lors de la dernière ouverture réservée aux salariés en 2005 dans le cadre de l'ouverture du capital d'EDF, des formules avaient été mises en place à la fois à l'intérieur et en dehors du Plan d'Epargne Groupe EDF. Une formule avec effet de levier était également disponible. Nous souhaitons faire des propositions sur ces sujets à nos interlocuteurs : la Direction de l'entreprise d'une part, et le Ministère des Finances d'autre part.

Tradingsat.com : Quelle est votre opinion vis-à-vis de la polémique autour du versement d'un acompte sur dividende ?

Camille Planchet : Nous comprenons l'intérêt de l'Etat, qui a touché près d'un Milliard d'euros avec six mois d'avance. C'est une recette non fiscale qui tombe plutôt bien pour boucler le budget. En ce qui nous concerne, étant donné que nous sommes, pour l'immense majorité d'entre nous, des actionnaires prudents de long terme, nous ne voyons pas d'avantage particulier à toucher un acompte.

Tradingsat.com : Plus généralement, comment jugez vous la politique de distribution d'EDF ?

Camille Planchet : 50% du résultat récurrent de l'entreprise est distribué aux actionnaires. C'est peut-être le bon taux de distribution. Personne n'est pourtant jamais parvenu à nous le démontrer autrement qu'en le comparant à celui d'autres sociétés du secteur de l'énergie. Mais le groupe EDF a-t-il vraiment des comparables étant donné la nature unique de ses actifs ? Le parc nucléaire de l'entreprise nécessite évidemment des besoins d'investissement particuliers. L'idée d'un fonds de réserve en vue du renouvellement du parc est donc peut être à creuser afin d'éviter un « effet de falaise » lorsque surviendront d'importantes dépenses.

Tradingsat.com : La presse s'est récemment fait l'écho d'une multiplication des problèmes techniques et des anomalies dans les centrales nucléaires d'EDF ces derniers mois. Cela vous inquiète-t-il ?

Camille Planchet : De façon conjoncturelle, il y a eu effectivement des problèmes techniques sur les centrales, qui ont été reconnus par l'entreprise. Le caractère alarmant, voire alarmiste, de certains articles découle à mon sens d'une communication plus transparente de la société depuis son arrivée sur le marché. Mais les observateurs devraient aussi tenir compte de la réactivité avec laquelle EDF répond aux problématiques qui peuvent se poser.

Je ne suis donc absolument pas inquiet. EDF dispose de la capacité technique et du savoir-faire, reconnus mondialement, pour mettre en place les mesures nécessaires en cas de dysfonctionnement. J'attire aussi votre attention sur l'intérêt d'avoir un parc nucléaire globalement homogène. Lorsque qu'un problème survient, cela permet en effet de le régler dans l'ensemble des centrales.

Tradingsat.com : Les relèvements d'objectifs de cours des analystes sur EDF sont pour la plupart motivés par l'anticipation d'une convergence entre les prix pratiqués et les prix du marché. Pensez-vous que cette hypothèse soit crédible ? Y êtes-vous favorable ?

Camille Planchet : Pour l'instant, le contrat de service public qui court jusqu'en 2010, prévoit une limitation de la hausse des prix à hauteur de l'inflation. Cependant, les prix administrés ont probablement vocation à disparaître, la Commission Européenne a déjà lancé plusieurs enquêtes et le conseil de la concurrence a rendu une décision l'été dernier.

Je n'ai pas d'avis tranché sur les problématiques posées par la convergence des prix. Les réponses sont différentes selon d'où l'on se place. Le consommateur particulier et l'entreprise cliente préféreront toujours des prix bas qui ne grèveront pas leur pouvoir d'achat et leur profitabilité. EDF ne doit pas non plus sacrifier sa rentabilité, et il faut également tenir compte de sa mission d'intérêt général pour l'approvisionnement de la France et de l'Europe.

Par ailleurs, il faut souligner que de plus en plus de voix s'élèvent actuellement pour dire que les Européens ne payent pas leur électricité assez chère. Une augmentation maîtrisée et progressive de l'électricité pourrait être un encouragement aux économies d'énergie et donc à la protection de notre planète.

Propos recueillis par F.B.

Propos recueillis par - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur EDF en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+329.20 % vs +12.61 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat