Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

EDF

EDF - FR0010242511 SRD PEA PEA-PME
8.368 € +0.58 % Temps réel Euronext Paris

Edf : Edf et areva ont deux semaines pour s'entendre sur l'uranium

mercredi 20 janvier 2010 à 19h37
Edf et areva ont deux semaines pour s'entendre sur l'uranium

PARIS (Reuters) - EDF et Areva, dont les dirigeants ont été reçus mercredi par François Fillon, ont prévu de régler d'ici à deux semaines le différend qui les oppose sur le traitement de l'uranium utilisé dans les centrales nucléaires de l'électricien.

Areva a en outre annoncé la reprise du transport des combustibles usés issus des centrales nucléaires d'EDF vers son site de La Hague (Manche), suspendus début janvier faute d'un accord entre les deux groupes pour 2010.

"Les deux entreprises sont également convenues de préciser d'ici deux semaines les conditions d'application de l'accord-cadre du 19 décembre 2008 fixant les principes de coopération de long terme pour les opérations de traitement-recyclage et la fabrication du combustible retraité", a précisé Matignon dans un communiqué.

Dans l'entourage du Premier ministre, on avait auparavant indiqué que François Fillon ferait savoir au président d'EDF Henri Proglio et à la présidente d'Areva, Anne Lauvergeon, que leurs deux groupes devaient être des partenaires et non des concurrents.

Selon le communiqué de Matignon, le chef du gouvernement a "rappelé le rôle de l'Etat dans la filière nucléaire".

La réunion des numéros un d'EDF et d'Areva, d'une trentaine de minutes, a eu lieu dans un contexte tendu entre les deux groupes après l'échec de la vente de centrales nucléaires à Abou Dhabi, renforcé par leur différend sur le traitement de l'uranium.

La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, et le ministre de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo, assistaient eux aussi à la rencontre. Aucun des participants à la réunion n'a souhaité répondre aux questions de la presse.

"CONDITIONS ÉCONOMIQUES ÉQUILIBRÉES"

Le sort de l'usine d'enrichissement d'uranium Eurodif d'Areva au Tricastin (Drôme) est également une source de désaccord entre l'électricien public et le groupe nucléaire.

Ce dernier pensait en effet pouvoir compter sur les commandes d'EDF pour 2011 et 2012, les deux dernières années d'activité du site avant l'entrée en service du site Georges-Besse II, mais l'électricien public s'est tourné vers le russe Tenex et l'européen Urenco et 500 emplois sont menacés chez Eurodif, selon Areva.

"Concernant l'enrichissement du combustible, les deux entreprises définiront d'ici deux semaines les conditions dans lesquelles EDF poursuivra son approvisionnement auprès du site du Tricastin à Pierrelatte (Drôme) dans des conditions économiques équilibrées pour les deux entreprises", selon le communiqué publié par Matignon mercredi.

Le nouveau P-DG d'EDF avait par ailleurs récemment fait part dans la presse de sa volonté de réorganiser la filière nucléaire française, s'attirant une mise au point du gouvernement lui demandant de se concentrer sur son entreprise.

La patronne d'Areva a de son côté mis en cause EDF dans le récent échec du consortium français candidat à un appel d'offres pour des centrales nucléaires aux Emirats arabes unis en laissant entendre que l'électricien public français, alors dirigé par Pierre Gadonneix, s'était joint trop tardivement au groupement tricolore.

François Roussely, un ancien P-DG d'EDF, a en outre été chargé par le gouvernement de lui faire des recommandations sur la réorganisation de la filière nucléaire française.

Benjamin Mallet, Sophie Louet, Yann Le Guernigou édité par Dominique Rodriguez et Jean-Michel Bélot

Copyright © 2010 Thomson Reuters

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur EDF en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+313.70 % vs +27.80 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat