Bourse > Edf > Edf : Bryan Garnier est toujours à l'achat
EDFEDF EDF - FR0010242511EDF - FR0010242511
8.631 € -0.74 % Temps réel Euronext Paris
8.700 €Ouverture : -0.79 %Perf Ouverture : 8.759 €+ Haut : 8.616 €+ Bas :
8.695 €Clôture veille : 2 140 430Volume : +0.07 %Capi échangé : 24 921 M€Capi. :

Edf : Bryan Garnier est toujours à l'achat

tradingsat

(CercleFinance.com) - Bryan, Garnier & Co. réagit ce matin à l'annonce de ce que la présidence de la République appelle la “refondation de la filiale nucléaire française”, en clair : la reprise partielle de la branche Areva NP par EDF. Selon les analystes, sous sa forme actuelle, cette annonce ne change finalement pas grand-chose pour EDF, mis à part des espoirs de hausses tarifaires. Maintenant leur conseil antérieur, il sont donc toujours d'avis d'acheter le titre en visant une valeur d'équilibre de 27,5 euros.

'Les activités de conception, gestion de projets et commercialisation des réacteurs neufs d'EDF et d'Areva seront rapprochées dans une société dédiée', indique le communiqué de l'Elysée, qui ajoute : 'EDF a vocation à devenir actionnaire majoritaire de la filiale commune Areva NP, qui rassemble les activités industrielles de construction de réacteurs, d'assemblage de combustible et de services à la base installée. Areva conservera une participation stratégique avec un pacte d'actionnaires', ajoute l'Etat, qui contrôle très majoritairement le capital des deux entreprises.

L'accord devrait être finalisé d'ici un mois. De plus, l'Etat recapitalisera Areva “à la hauteur nécessaire”. Les montants des différentes opérations et leurs modalités n'ont pas été précisés.

Pour Bryan Garnier, ces nouvelles sont conformes aux anticipations. Soit, mais 'nous considérons qu'il s'agit là d'un facteur négatif pour le groupe'.

Certes, les annonces ont dissipé les incertitudes sur les intentions de l'Etat, qui soutient désormais clairement l'option EDF. Restent des inconnues : quelle sera exactement la part d'Areva NP que prendra EDF, et quelle est la valeur d'entreprise de la future filiale ? Etant donné la situation financière difficile d'Areva, Bryan Garnier craint qu'EDF ne soit amené à payer cher.

Pour l'heure, de nombreuses sources de presse rapportent qu'Areva NP serait valorisé environ deux milliards d'euros. En retenant l'hypothèse d'une prise de participation de 75%, Bryan Garnier estime que la dette nette d'EDF serait alourdie de 1,8 à 2 milliards d'euros. Cependant, Areva NP 'ne génère pas ni excédent brut d'exploitation, ni résultat opérationnel positif (avec les chiffres 2014)', ce qui pénaliserait donc la valeur du groupe dans son ensemble, surtout si EDF prenait en charge les restructurations.

Au final, selon Bryan Garnier, cette annonce ne change pas fondamentalement la donne pour EDF, qui a déjà du mal à augmenter ses marges et à générer un cash-flow libre positif. Cependant, l'impact sur la dette nette globale (+ 5% environ) et l'EBITDA sont considérés comme marginaux, en dépit d'un léger aspect dilutif.

Et Bryan Garnier de conclure: “l'aspect positif de l'accord est qu'il pourrait, en compensation de la reprise partielle d'Areva, comprendre des hausses de tarifs'. Une éventuelle annonce en ce sens serait positive puisqu'à cette heure, selon les analystes, le consensus n'intègre pas vraiment de relèvement tarifaires sur la période 2015/2018, exception faite des rattrapages des années précédentes. Les analystes confirment leur conseil sur l'action EDF.

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI