Bourse > Credit agricole > Credit agricole : Les négociations sur bâle iii enlisées, barnier à la rescousse
CREDIT AGRICOLECREDIT AGRICOLE ACA - FR0000045072ACA - FR0000045072
12.430 € +1.18 % Temps réel Euronext Paris
12.290 €Ouverture : +1.14 %Perf Ouverture : 12.490 €+ Haut : 12.130 €+ Bas :
12.285 €Clôture veille : 11 811 600Volume : +0.42 %Capi échangé : 35 377 M€Capi. :

Credit agricole : Les négociations sur bâle iii enlisées, barnier à la rescousse

tradingsat

(Tradingsat.com) - La mise en place des réformes sur les règles de solvabilité pour les banques européennes dans le cadre de l'accord international de renforcement du système bancaire, dit de Bâle III, prend du retard. Selon les informations de l'Agefi, « la mise en place du reporting sur les ratios de solvabilité, censée commencer en 2013, pourrait être repoussée à 2014 ou 2015 » écrit le quotidien électronique. Des désaccords entre le Conseil des ministres et le Parlement européen bloqueraient en effet plusieurs dossiers cruciaux pour la réforme de la régulation financière.

Afin de faire avancer les négociations, le commissaire européen Michel Barnier devrait « faire des propositions » d'ici à la fin du mois, révèle l'Agefi. Trois point particulièrement délicats seraient ainsi abordés avant d'être éventuellement soumis aux négociateurs du Parlement et du Conseil des ministres avant leur prochaine réunion de travail prévue le 23 septembre : le calendrier d'entrée en vigueur des ratios de liquidité, l'encadrement des bonus et la définition de la «surcharge» en capital exigible des établissements financiers posant un risque systémique appelés SIFI's.

L'encadrement de la liquidité pourrait être étudié de façon disjointe du reste des propositions, précise le journal. Bâle III prévoit en effet la création de deux ratios de liquidité (à un mois et à un an), qui devraient être exigibles respectivement en 2015 et en 2018. Le but étant d'assurer que les réserves de liquidité des banques soient supérieures aux potentielles fuites pouvant être générées par un retrait massif de dépôts ou par la crispation du marché interbancaire.

De plus, explique l'Agefi, le projet d'union bancaire est aussi une source de retard pour les autorités européennes, dans la mesure où le Royaume-Uni peut user de son droit de véto sur le transfert à la Banque centrale européenne de la supervision des banques pour soutenir ses positions en matière de solvabilité bancaire.

Pour mémoire, fin août, la Fédération allemande du crédit, regroupant cinq fédérations bancaires, avait demandé à ce que la mise en œuvre de Bâle III soit reportée d'un an, au 1er janvier 2014 alors qu'en juillet, le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble avait enjoint Bruxelles à respecter l'échéance prévue, soit le 1er janvier 2013, ce projet central ne pouvant « souffrir aucun délai ».


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...