Bourse > Credit agricole > Credit agricole : Amundi lance son introduction en Bourse
CREDIT AGRICOLECREDIT AGRICOLE ACA - FR0000045072ACA - FR0000045072
13.780 € +10.86 % Temps réel Euronext Paris
13.670 €Ouverture : +0.80 %Perf Ouverture : 13.780 €+ Haut : 13.250 €+ Bas :
12.430 €Clôture veille : 29 895 100Volume : +1.05 %Capi échangé : 39 219 M€Capi. :

Credit agricole : Amundi lance son introduction en Bourse

tradingsat

par Alexandre Boksenbaum-Granier et Julien Ponthus

PARIS (Reuters) - Amundi, la filiale commune de gestion d'actifs du Crédit agricole et de la Société générale, a donné mercredi le coup d'envoi de son introduction en Bourse (IPO) en déposant son document de base auprès de l'Autorité des marchés financiers (AMF) et en présentant ses objectifs financiers.

L'opération, qui devrait intervenir vers la mi-novembre, doit encore obtenir le visa de l’AMF et reste subordonnée aux conditions de marché, marquées par une forte volatilité ces dernières semaines qui ont dissuadé certaines entreprises d'aller en Bourse.

"Nous écoutons les avis de nos banquiers d'affaires (...), eux nous disent que dans les conditions de marchés d'aujourd'hui on peut y aller, on suit leur conseil", a dit à la presse Yves Perrier qui s'est refusé à donner toute indication quant à la valorisation attendue de sa société en Bourse.

Selon deux sources interrogées par Reuters en septembre, elle pourrait atteindre sept milliards d'euros en Bourse, ce qui en ferait l'une des plus importantes opérations lancées à Paris cette année.

Dans une note publiée en juin 2015, Natixis rappelait qu'en mai 2014, Crédit agricole avait racheté 5% d'Amundi pour un montant de 337,5 millions d'euros, ce qui valorisait le gérant d'actif à 6,7 milliards d'euros, soit 0,8% des actifs sous gestion.

"En appliquant ce ratio au niveau des encours à fin mars 2015, la valorisation d'Amundi ressortirait à 7,6 milliards d'euros", notait alors Natixis.

Société générale envisage de céder la totalité de sa participation de 20% dans Amundi tandis que Crédit agricole, qui possède le solde de 80%, prévoit de rester majoritaire au capital.

La banque mutualiste pourrait néanmoins céder entre O et 5% du capital d'Amundi à l'occasion de l'introduction en Bourse, a annoncée Yves Perrier, pour qui le fait qu'Amundi soit cotée "ne changera rien à notre stratégie".

En termes d'objectifs, Amundi a indiqué, dans son document de base, viser une collecte nette d’environ 120 milliards d'euros entre le 1er janvier 2016 et le 31 décembre 2018.

"UNE CROISSANCE EXTERNE CIBLÉE ET DISCIPLINÉE"

Dans le détail, 45 milliards d'euros devraient provenir du segment retail, 30 milliards d'euros des joint-ventures et 45 milliards du segment des clients institutionnels.

"Le potentiel de développement organique d’Amundi offre des opportunités en termes de création de valeur additionnelle, associée à une croissance externe ciblée et disciplinée", a expliqué dans son communiqué la société, qui souhaite étendre sa présence géographique principalement en Europe et en Asie.

La cotation donnera l'option à Amundi de payer, s'il le souhaite, ses acquisitions en actions plutôt qu'en cash, a rappelé Yves Perrier.

Avec 954 milliards d'euros d'encours sous gestion à fin juin, Amundi est le leader européen de la gestion d'actifs, et figure parmi les dix premiers gestionnaires d'actifs au monde.

Son objectif de collecte associé à la maîtrise de ses coûts, pourrait permettre à Amundi de générer un résultat net par action avec une croissance annuelle moyenne de 5% sur la période 2016-2018.

Pour 2015, la société pense atteindre un résultat net part du groupe compris entre 515 et 535 millions d'euros, hors charges liées à la cotation des titres de la société, soit une progression estimée de 5,1% à 9,2% par rapport au résultat net de 2014 retraité IFRIC 21.

S'agissant de sa politique de dividende, Amundi se fixe pour objectif de proposer à ses actionnaires de distribuer, à compter de l'exercice clos le 31 décembre 2015, un montant annuel représentant au moins 60% de son résultat net consolidé.

(Edité par Jean-Michel Bélot)

Copyright © 2015 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...