Bourse > Carrefour > Carrefour : Carrefour abaisse encore sa prévision de résultat pour 2017
CARREFOURCARREFOUR CA - FR0000120172 CA - FR0000120172   SRD PEA PEA-PME
19.250 € -1.86 % Temps réel Euronext Paris
19.585 €Ouverture : -1.71 %Perf Ouverture : 19.665 €+ Haut : 19.165 €+ Bas :
19.615 €Clôture veille : 2 889 480Volume : +0.37 %Capi échangé : 14 913 M€Capi. :

Carrefour : Carrefour abaisse encore sa prévision de résultat pour 2017

Carrefour ralentit en 2017, prévision de résultat encore abaisséeCarrefour ralentit en 2017, prévision de résultat encore abaissée

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Carrefour, très attendu sur son plan stratégique prévu le 23 janvier, a marqué le pas en 2017 et a une nouvelle fois revu en baisse sa prévision de résultat opérationnel annuel.

Plombé par un décrochage de ses performances, le distributeur avait lancé un avertissement sur ses résultats en août dernier, disant tabler sur une baisse de 12% de son résultat opérationnel courant (ROC) en 2017.

Aujourd'hui, il estime que ce résultat devrait reculer d'environ 15% à taux de changes courants, à environ 2,0 milliards d'euros, en raison des mauvaises performances du troisième trimestre, de la déflation sur les prix alimentaires au Brésil, de l'évolution défavorable de la parité entre l'euro et le real brésilien et d'une hausse accrue de ses coûts.

Le résultat devrait aussi pâtir de pertes d'environ 150 millions d'euros liées au réseau des anciens magasins Dia, malgré le transfert en franchise de près de la moitié du parc.

"L'année 2017 a été clairement décevante", a reconnu le directeur financier Matthieu Malige, lors d'une conférence téléphonique, invoquant les pressions concurrentielles en France et la déflation au Brésil.

Les analystes avaient largement anticipé un nouveau tassement des résultats et avaient déjà révisé à la baisse leurs prévisions, certains comme ceux de Barclays ou de HSBC tablant sur un ROC annuel d'environ 2,01 milliards d'euros.

Pénalisé comme son concurrent Casino par la guerre des prix qui fait rage en France et par la crise brésilienne, le premier distributeur européen a bouclé l'année sur un chiffre d'affaires de 88,24 milliards d'euros, signant une croissance limitée à 1,6% en données comparables, après une progression de 3,0% en 2016.

En France, ses ventes ont grappillé 0,8%, tandis qu'au Brésil, son deuxième marché sur lequel il a souffert d'une forte baisse des prix alimentaires, sa croissance est tombée à 3,0%, après une hausse de 11% en 2016.

CARREFOUR RELÉGUÉ DERRIÈRE LECLERC EN FRANCE

En 2017, Carrefour a perdu sa place de leader de la distribution dans l'Hexagone, passant derrière Leclerc, avec une part de marché en recul de 0,5 point à 20,5%, contre 21% pour son grand concurrent non côté, selon les données de KantarWorldpanel.

Dans le même temps, Casino, 4e du classement, a maintenu sa part de marché à 11,5%. Le distributeur stéphanois, qui a lui aussi marqué le pas en 2017, a lourdement chuté en Bourse après avoir revu à la baisse sa prévision de résultat opérationnel en France.

En Bourse, le titre Carrefour a cédé mercredi 1,75% à 17,69 euros, accusant une perte de plus de 20% depuis un an.

Sur le seul quatrième trimestre, la croissance de Carrefour s'est toutefois accélérée à +1,9% en comparable, après une hausse limitée à 0,5% au 3e trimestre.

Surveillées à la loupe, les ventes des hypermarchés français, qui comptent pour près d'un quart du chiffre d'affaires, se sont redressées (+0,7%) grâce au décalage en fin d'année des traditionnelles promotions du "mois anniversaire" et au succès du "black friday".

Après un passage des comptes à la paille de fer, les analystes estiment qu'Alexandre Bompard pourrait avoir les coudées plus franches pour son plan de redressement.

D'importantes réductions de coûts sont attendues, qui permettraient au groupe d'investir dans des baisses de prix pour regagner les parts de marché perdues sans trop dégrader ses marges.

Des fermetures de magasins et des passages en franchises sont également à l'étude, selon les syndicats, de même qu'une refonte d'envergure du digital, où Carrefour accuse un important retard par rapport à ses concurrents.

Alexandre Bompard, fort d'une équipe dirigeante entièrement remaniée, a promis d'améliorer, à terme, la génération de trésorerie comme la rentabilité, tandis que les analystes tablent sur un processus long qui pourrait ne pas porter ses fruits avant 2019.

(Edité Gwénaëlle Barzic)

Copyright © 2018 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...