Bourse > Bourbon > Bourbon : Pernod accélère les innovations pour doper sa croissance
BOURBONBOURBON GBB - FR0004548873GBB - FR0004548873
10.390 € +0.10 % Temps réel Euronext Paris
10.550 €Ouverture : -1.52 %Perf Ouverture : 10.550 €+ Haut : 10.340 €+ Bas :
10.380 €Clôture veille : 5 337Volume : +0.01 %Capi échangé : 793 M€Capi. :

Bourbon : Pernod accélère les innovations pour doper sa croissance

Pernod accélère les innovations pour doper sa croissancePernod accélère les innovations pour doper sa croissance

par Pascale Denis et Dominique Vidalon

PARIS (Reuters) - Pernod Ricard mise sur l'innovation pour doper sa croissance, à l'heure où la Chine pèse sur la dynamique de ses ventes et où les perspectives d'acquisitions se font rares.

Le propriétaire du cognac Martell, du whisky Chivas Regal ou de la vodka Absolut a lancé pas moins d'une centaine d'innovations entre 2011 et 2013, qui ont contribué à 25% de sa croissance organique, a déclaré mardi Pierre Pringuet, directeur général de Pernod Ricard, lors d'une journée consacrée à la stratégie d'innovation du numéro deux mondial des spiritueux derrière Diageo.

Pour les années 2013-2017, quelque 300 projets sont d'ores et déjà à l'étude.

Cette accélération répond à la nécessité, pour Pernod Ricard, de doper sa croissance organique à l'heure où les cibles d'acquisitions sont peu nombreuses et où le groupe s'est fixé pour objectif de ne pas dégrader son ratio d'endettement.

L'offre à 16 milliards de dollars du japonais Suntory sur Beam, à des multiples record de 21 fois l'Ebitda du groupe américain, a mis le secteur en ébullition, certains estimant que Suntory pourrait devoir céder des actifs - comme son prestigieux bourbon Maker's Mark - pour se désendetter.

"Nous tenons à préserver notre notation 'investissement' et notre marge financière nous permet des acquisitions ciblées", a déclaré à Reuters Alexandre Ricard, directeur général délégué, ajoutant qu'"à plus long terme, le groupe ne se refuse rien".

Pour l'heure, Pernod investit sur ses marques existantes pour croître.

Les innovations pèsent donc pour une part grandissante dans le budget de dépenses publi-promotionnelles du groupe qui s'élève à environ 19% du chiffre d'affaires, soit 1,6 milliard d'euros, contre 15,6% pour le britannique Diageo.

"Nous considérons qu'entre 18% et 19% des ventes, il s'agit d'un bon niveau de dépenses, et les nouveaux projets doivent trouver les financements à l'intérieur de cette fourchette", a précisé à Reuters Thierry Billot, directeur général des marques.

UN COGNAC POUR LA CLASSE MOYENNE CHINOISE

Parmi ces innovations - pour moitié des initiatives de type marketing et pour moitié de nouveaux produits - Pernod mise en particulier sur une nouvelle version de son cognac Martell, arme de conquête de la classe moyenne chinoise.

Baptisé "Distinction", ce cognac lancé en septembre est une réponse aux mesures de lutte contre la consommation ostentatoire prises par Pékin et qui ont touché tous les acteurs du cognac, en particulier Rémy Cointreau, plus exposé que ses concurrents aux eaux-de-vie haut de gamme.

"La classe moyenne chinoise constitue un potentiel énorme", a précisé Thierry Billot, se disant "très confiant" dans le potentiel à long terme de la Chine, qui traverse actuellement "une phase d'ajustement qu'il faut gérer".

Le marché de la vodka, très compétitif, nécessite lui aussi d'importants investissements, comme dans "Absolute Tune", mêlant vodka et vin pétillant néo-zélandais ou "Our Berlin", vodka fabriquée dans une petite distillerie locale surfant sur la vague des spiritueux de "boutique" et que Pernod entend décliner dans le reste du monde.

Le groupe a également dévoilé son projet "Gutenberg", élaboré par sa cellule de recherche baptisée Big (Breakthrough Innovation Group) créée en 2012 pour lui permettre des innovations qu'il qualifie de "rupture".

Encore au stade du prototype, Gutenberg propose une sorte de bibliothèque de spiritueux dans des contenants métalliques semblables à des livres, recyclables et connectés à une tablette permettant d'établir les dosages de cocktails choisis.

Il sera bientôt expérimenté auprès de consommateurs pilotes mais aucune date n'a été évoquée pour sa commercialisation.

Pernod Ricard publiera ses résultats semestriels le 13 février, et les analystes tablent sur de médiocres chiffres de croissance et de résultats, dûs à la faiblesse des ventes en Chine et dans d'autres pays émergents et à un léger ralentissement aux Etats-Unis.

La chute de ses ventes de cognac et de whisky en Chine a contraint le groupe à des prévisions prudentes, tablant sur une progression du résultat opérationnel courant 2014-2015 limitée à 4%-5% pour l'exercice clos le 30 juin 2014, après une hausse de 6% au cours de l'exercice précédent.

Edité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...