Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

BOURBON

GBB - FR0004548873 SRD PEA PEA-PME
3.675 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris

Bourbon : Clap de fin pour l'équipementier pétrolier, repris par cinq banques françaises

lundi 23 décembre 2019 à 17h20
Clap de fin pour Bourbon

(BFM Bourse) - Le tribunal de commerce de Marseille a décidé lundi de la cession des actifs du groupe de services maritimes pour l'industrie pétrolière Bourbon à la Société phocéenne de participations (SPP), un consortium de banques. Cette décision "conduit à la liquidation de la société cotée et à une perte totale pour les actionnaires et les porteurs d'obligations", comme avait prévenu le PDG de Bourbon Jacques de Chateauvieux.

La décision était attendue, elle est désormais officielle: le tribunal de commerce de Marseille a confirmé, lundi, la cession des actifs du groupe de services maritimes pour l'industrie pétrolière Bourbon à la Société phocéenne de participations (SPP), un consortium de banques, a indiqué lundi la société basée à Marseille. La reprise du groupe parapétrolier -placé en redressement judiciaire depuis le 7 août- par ses banques créancières (qui détiennent 75% de la dette du groupe qui s’élevait à près de 2,4 milliards d’euros à la mi-mars) ne constitue pas vraiment une surprise puisque le tribunal de Commerce n'avait retenu, lors d'une audience le 10 décembre dernier, qu'une seule offre de reprise, celle de la SPP. Au regard de l'endettement insoutenable du groupe parapétrolier, les banques avaient annoncé être disposées à prendre le contrôle du capital du groupe dès début juin dernier.

Ce consortium est détenu à parts égales par BNP Paribas, Société Générale, Natixis, Crédit Mutuel, CIC et le Crédit Agricole et la SPP est présidée par Jean Peyrelevade, ex-patron du Crédit Lyonnais notamment. Quatre candidats étaient initialement en lice pour la reprise du groupe parapétrolier qui emploie environ 8.200 personnes. Outre l'offre de la SPP, qui préserve l'intégralité de Bourbon, une proposition de l'actionnaire principal de Bourbon corporation, Jacques de Chateauvieux, avait été retirée début décembre. Deux autres offres étaient en lice: celle de Peschaud et Cie international, qui ne voulaitt reprendre que l'activité Bourbon Mobility (transport des personnels des plates-formes en mer), et celle du géant américain Tidewater, mais qui n'aurait repris aucun passif.

Le transfert de la propriété des actifs de Bourbon Corporation aura lieu à partir du 2 janvier 2020, précise le communiqué. Le chiffre d'affaires consolidé de Bourbon était de 689,5 millions d'euros en 2018, en baisse de près de 20% par rapport à l'année précédente, alors que le groupe a enregistré sur la même période une perte nette de près de 460 millions d'euros. Bourbon est présent dans 47 pays, avec une flotte de plus de 483 navires et 31 filiales opérationnelles. L'entreprise avait été durement touchée par la brusque chute des cours du brut il y a quelques années, qui avait provoqué une réduction des dépenses des grandes compagnies pétrolières ou "supermajors".

Confronté à des difficultés financières, Bourbon va devoir aussi faire face à la justice: le groupe, trois de ses principaux dirigeants et cinq autres cadres devaient comparaître en mars pour "corruption" d'agents du fisc en Afrique devant le tribunal correctionnel de Marseille. Leur procès a pour l'instant été reporté sine die pour vice de procédure.

Dans le détail, l'offre validée par le tribunal de commerce de Marseille "propose d'acquérir 100% des actifs de Bourbon Corporation et de convertir en capital environ 1,4 milliard d'euros de dettes et 300 millions d'euros de dettes en obligations", indiquait Bourbon après l'audience du 10 décembre. "L'offre intègre en outre 150 millions d'euros d'apport de financements bancaires dont 30 millions déblocables dès la réalisation du transfert de propriété pour faire face aux besoins de liquidité immédiats", poursuivait le communiqué.

"Une perte totale pour les actionnaires"

Dans le même communiqué du 10 décembre dernier, le PDG de Bourbon Jacques de Chateauvieux relevait que "la décision du tribunal, si elle était favorable à l'offre de la SPP, conduirait à la liquidation de la société cotée Bourbon Corporation et à une perte totale pour les actionnaires et les porteurs d'obligations". "Elle ferait porter sur les nouveaux actionnaires de Bourbon Maritime la responsabilité du redressement d'une entreprise française, toujours leader mondial des services maritimes à l'offshore pétrolier, de son développement futur et du maintien de ses centres de décision en France", prévenait-il également.

Suspendu de cotation depuis le 9 octobre dernier, le titre Bourbon va donc sortir de la cote par la petite porte. "Les actionnaires se retrouvent floués" relève Nicolas Chéron, responsable de la recherche marchés chez Binck.fr. "Il faut dire que les investisseurs étaient ou devaient être au courant de la situation très complexe du groupe. Les spéculateurs ont ici été pris au piège" ajoute-t-il, en référence aux acheteurs qui se sont placés sur le titre dans les semaines précédant la suspension de cotation.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur BOURBON en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+305.50 % vs -15.37 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat