Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

BIC

BB - FR0000120966 SRD PEA PEA-PME
74.350 € +0.20 % Temps réel Euronext Paris

Bic : La prudence de Bic pour 2019 fait rechuter le titre

mercredi 13 février 2019 à 11h15
Bic recule nettement en Bourse après sa publication annuelle

(BFM Bourse) - Le géant français des stylos à bille, briquets et rasoirs jetables a certes atteint ses objectifs pour 2018 mais les résultats annoncés restent en-deçà du consensus des analystes. Bic a par ailleurs annoncé les premières mesures de son plan de transformation à horizon 2022... et reconnu que les vents contraires devraient perdurer en 2019.

Vers 10h15, l'action Bic chutait de 4,4% à 86,2 euros sur le SRD, signant l'un des plus forts reculs de la matinée à la Bourse de Paris. Ce repli fait cependant suite à une belle progression (+3,7%) mardi. La baisse du jour sanctionne les résultats annuels publiés par le groupe dirigé par Bruno et Gonzalve Bich, respectivement fils et petit-fils du fondateur qui a donné son nom à l'entreprise (simplifié pour favoriser l'expansion du groupe à l'international).

Recul de la marge d'exploitation

Le groupe tricolore a certes atteint ses objectifs pour 2018, notamment grâce à une meilleure activité au second semestre, mais son bénéfice net a reculé de près de 40% sur un an, à 173,4 millions d'euros, un chiffre en-deçà du consensus d'analystes Factset qui tablait sur 183 millions d'euros. Cette chute "provient en grande partie d'éléments exceptionnels, dont une dépréciation de près de 70 millions d'euros passée au premier semestre sur les actifs de Cello", filiale de stylos du groupe en Inde, ainsi que divers coûts de restructuration, a précisé Sophie Palliez-Capian, directrice des relations extérieures et investisseurs de Bic, lors d'une conférence.

Le chiffre d'affaires 2018 du groupe s'est élevé à 1,949 milliard d'euros, soit une baisse de 4,5% en données publiées, largement imputable à l'impact défavorable (-4,8%) de l'évolution de certaines devises (dollar américain, peso argentin et real brésilien) face à l'euro, selon le communiqué du groupe. À changes constants, les revenus de Bic ont progressé de 0,9% (et de 1,5% à base comparable). “En 2018, dans un environnement de marché pourtant difficile, nous avons atteint nos objectifs pour l'ensemble de l'année et avons progressé dans chacune de nos catégories, à base comparable" s'est ainsi félicité Gonzalve Bich.

Mais si le chiffre d'affaires et la marge d'exploitation normalisée (18,1%) sont conformes, voire légèrement supérieurs, aux objectifs énoncés par le groupe en octobre dernier lors de la présentation des résultats du troisième trimestre (une progression du chiffre d'affaires comprise entre 1% et 3% à base comparable assortie d'une marge d'exploitation normalisée comprise entre 17 et 18%), la marge s'inscrit tout de même en nette baisse sur un an (19,6% en 2017). Pire, le groupe anticipe un nouveau déclin de celle-ci en 2019, où elle devrait se situer "entre 16,5% et 18%".

Second semestre meilleur que le premier

Après un premier semestre très compliqué, les ventes de Bic ont accéléré sur les six derniers mois de l'année, le quatrième trimestre confirmant l'embellie observée au troisième avec des ventes supérieures aux attentes et en croissance à la fois en données publiées (+2,7%) et en base comparable (+5,4%), à 511 millions d'euros. La marge d'exploitation normalisée, en revanche, s'est seulement établie à 17% sur ce quatrième trimestre.

"Invent the future"

Simultanément à la publication de ses résultats, Bic a également annoncé les premières mesures de son plan de transformation baptisée "Invent the future" à horizon 2022. Le groupe qui a engagé une revue opérationnelle de ses activités depuis décembre prévoit de mettre en place une nouvelle organisation destinée à favoriser "l'efficacité et l'innovation tout en amélioration sa distribution omnicanale". « "Notre environnement de marché évolue et nous devons évoluer avec lui. Pour assurer la croissance à long terme des ventes et la pérennité des marges, le groupe doit devenir plus agile, intégré et innovant" a fait valoir le directeur général Gonzalve Bich.

Concrètement, la société envisage de dégager, dans un premier temps, au moins 20 millions d'euros d'économies annualisées, d'augmenter de 20% le nombre de brevets déposés ou encore de porter à 10% la part du commerce en ligne dans ses revenus. Sa politique d'allocation du capital restera en revanche inchangée, précise le communiqué. Ce plan doit permette au groupe de trouver la riposte face à un environnement de marché complexe, notamment marqué par une concurrence accrue sur les rasoirs aux États-Unis.

Perspectives mitigées

En 2019, Bic prévient que "la hausse du coût des matières premières, l’évolution défavorable des taux de change et l’impact potentiel des volumes de vente sur les coûts de production affecteront la marge brute". Le résultat d’exploitation normalisé sera également impacté par des investissements supplémentaires dans le soutien à la marque, indique également le communiqué. Le géant français des stylos à bille ajoute que sa "performance pourrait être affectée par des incertitudes macroéconomiques". Et de conclure sur une note positive en mettant en avant ses "moteurs de croissance" que seront "les gains de distribution et le succès des produits à valeur ajoutée". Insuffisant malgré tout aux yeux du marché.

Quentin Soubranne - ©2019 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur BIC en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+287.90 % vs +6.95 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat