Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

BENETEAU

BEN - FR0000035164 SRD PEA PEA-PME
11.510 € -0.43 % Temps réel Euronext Paris

Beneteau : Le secteur du tourisme et des loisirs profite d'un rebond généralisé en Bourse

mardi 11 décembre 2018 à 15h50
Bénéteau rebondit en Bourse, à l'image du secteur des loisirs

(BFM Bourse) - Les acteurs cotés du tourisme et des loisirs figurent parmi les plus fortes hausses mardi à la Bourse de Paris. Un sursaut légitime après des mois de marasme, alors que les nouvelles du secteur sont plutôt bonnes, avance un analyste.

La Compagnie des Alpes, Trigano, Pierre et Vacances, Bénéteau ou encore AccorHotels : ces valeurs liées au tourisme et aux loisirs s'inscrivent toutes en nette progression mardi à la Bourse de Paris.

"Le secteur des loisirs et du tourisme tend à amplifier les variations de l'indice" rappelle un analyste spécialisés, soit en baissant encore plus que le marché ces dernières semaines. Pourtant "ces sociétés qui ont toutes dévoilé de bonnes publications au cours du mois écoulé, avec des discours rassurants sur leur objectifs à moyen terme". Ce qui amène le spécialiste à s'interroger sur la justification du repli récent.

Une exposition pénalisante au cycle économique en phase d'incertitudes

Les valeurs des loisirs et du tourisme semblent donc victimes d'une "question de cycle". Les craintes d'un ralentissement de la croissance mondiale, des répercussions du Brexit ou de la guerre commerciale sino-américaine pèsent en effet sur un secteur particulièrement exposé à la conjoncture économique.

Effet de correction

À l'image d'autres segments du marché tels que l'automobile ou la distribution très attaqués ces dernières semaines, l'heure d'un rebond intervient mardi pour les valeurs du tourisme. Un effet de correction "tout à fait normal" juge l'analyste, qui ajoute que ses confrères et lui-même affichent des objectifs "largement supérieurs" aux cours actuel des titres du secteur.

Dans le détail, vers 16h00, le producteur de camping-cars Trigano bondit de 5,6% quand le plaisancier Bénéteau s'adjuge 4,3% et l'opérateur de parcs de loisirs Pierre et Vacances, 7,3%. Pour sa part, la Compagnie des Alpes progresse de 2,6% dans le sillage de sa publication de résultats annuels de très bonne facture.

Si ces rebonds peuvent sembler consistants, ils sont loin de compenser les lourdes pertes subies par ces entreprises en Bourse au cours des derniers mois. Depuis leur plus haut respectif atteint fin septembre, Trigano recule de 34%, la Compagnie des Alpes cède 21% tandis que Pierre et Vacances a presque perdu la moitié de sa valeur (-49%). Et ce, en prenant en compte leur rebond respectif d'aujourd'hui. Quant au titre Bénéteau, il a touché un pic le 2 novembre dernier (à 14,94 euros) et a dévissé de 17% depuis.

Bénéteau pris dans la guerre commerciale

Le titre du premier fabricant européen de bateaux de plaisance a subi les remous de la guerre commerciale que se livrent Donald Trump et Xi Jinping ces derniers mois. Les droits de douane de 25% imposés par Bruxelles sur les importations américaines de "bateaux avec moteur intégré" (et de 20% sur les importations canadiennes) ont chahuté le cours, le groupe disposant justement d'outils de production aux États-Unis. Ces inquiétudes ont en partie été dissipées par la publication, fin octobre, des résultats de son exercice décalé supérieurs au consensus des analystes. Confirmant ainsi les propos du président de son directoire, Hervé Gastinel, qui s'était voulu rassurant au moment de l'instauration des taxes douanières, déclarant que le groupe avait "au maximum, 20 ou 30 millions d'euros de chiffre d'affaires exposés" (sur 1,2 milliard d'euros au total).

Pour éviter de revivre une année boursière aussi chaotique et afin d'atténuer la facture des taux de change et des droits de douane, Bénéteau a récemment décidé d'adopter une approche industrielle régionale. "Nous devons localiser les productions. L'objectif est de fabriquer dans chaque grande zone les deux tiers des bateaux qui y sont vendus" avait affirmé Hervé Gastinel à l'occasion de la publication des résultats annuels, ajoutant d'ailleurs que le groupe "manquait de capacité de production" et "aurait pu vendre 400 hors-bord de plus" sur l'exercice écoulé. Dans cette optique, Bénéteau a finalisé la semaine dernière l'acquisition d'une nouvelle usine en Pologne, où le groupe va transférer une partie de sa production nord-américaine et notamment les petits bateaux aujourd'hui produits dans l'usine de Cadillac (Michigan).

Autre élément susceptible d'avoir inquiété les opérateurs de marché cette année : les craintes d'une flambée des cours de matières premières taxées par les États-Unis, comme l'acier ou l'aluminium, matériaux utilisés dans les moteurs produits par Bénéteau. La poussée de fièvre sur ces métaux (+39% pour l'acier entre début janvier et fin mai, +32% pour l'aluminium sur le seul mois d'avril) aura toutefois seulement été de courte durée. Et quand bien même, "le "pricing power" de Bénéteau est fort, je pense qu'ils seraient parvenus largement à couvrir l'inflation de leurs charges" estime l'analyste spécialiste du secteur.

L'ensemble du secteur profite du rebond

Vers 16h00, le premier groupe hôtelier français, AccorHotels, signait lui aussi un joli rebond (+3,5%), à l'image de MND (Montagne et Neige Développement) qui s'adjuge 7,2% quand le constructeur de catamarans de croisière Fountaine Pajot récupère 4,3%. Également à la hausse mais dans une moindre mesure, Voyageurs du Monde progresse de seulement 0,5%.

Quentin Soubranne - ©2019 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur BENETEAU en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+290.30 % vs +12.17 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat