Bourse > Bci navigation > Bci navigation : Ign fi croit au potentiel de la mobilité dans les pays en développement
BCI NAVIGATIONBCI NAVIGATION BNA - FR0000076192BNA - FR0000076192
0.000 € 0.00 %
-Ouverture : -Perf Ouverture : -+ Haut : -+ Bas :
0.000 €Clôture veille : -Volume : 0.00 %Capi échangé : 0 M€Capi. :

Bci navigation : Ign fi croit au potentiel de la mobilité dans les pays en développement

tradingsat

(Tradingsat.com) - GEOD (Gestion Evoluée d'Objets Diversifiés), la chaîne de mobilité développée par BCI Navigation a de l'avenir. Ce n'est pas Bruno Coiffet - le PDG de BCI Navigation - qui le dit, mais IGN France International, société d'ingénierie géographique, filiale de l'institut géographique national français (IGN).

« Désireuse de se positionner sur la création de bases de données navigables pour la gestion de tous les déplacements, […] IGN FI a […] signé en juin 2010 avec BCI qui a développé des solutions très innovantes en matière de cartographie numérique navigable », rappellent « Les Cahiers de l'Ingénierie » dans leur dernière édition.

«  Cette technologie permet la gestion des données de mobilité en temps réel, ce qui amène des possibilités d'interactivité changeant la nature et l'efficacité des applications qui les utilisent. Véritable technologie web 2.0, elle permet le déploiement et la diffusion des informations collectées et autorise aussi la récupération des données publiques », explique la publication du Syntec-Ingénierie (fédération qui rassemble les sociétés exerçant une activité d'assistance ou d'études techniques, d'ingénierie, de conseil en technologie, de contrôle ou d'inspection).

D'après Nathalie Marthe-Bismuth, Directrice générale d'IGN FI, citée par « Les Cahiers de l'Ingénierie », « le développement de la mobilité va véritablement exploser dans les prochaines années », aussi bien en Europe, où « les collectivités ont de plus en plus besoin de données en temps réel qui leur permet d'apporter les réponses les plus pertinentes dans tous les domaines (sécurité, propreté, situation de crise…) », qu'en Afrique.

Nathalie Marthe-Bismuth estime en effet que cette technologie [GEOD, ndlr] pourrait s'y révéler « très pertinente » dans la mesure où le continent africain « se dotera dans les dix prochaines années des infrastructures, vitales pour son développement économique. »


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI