Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

AXA

CS - FR0000120628 SRD PEA PEA-PME
18.856 € +0.46 % Temps réel Euronext Paris

Axa : Axa menacé en asie si aig décide de coter sa filiale

jeudi 10 juin 2010 à 16h06
Axa menacé en asie si aig décide de coter sa filiale

par Nina Sovich et Narayanan Somasundaram

PARIS/SYDNEY (Reuters) - Axa risque de se retrouver face à un concurrent renforcé sur son marché le plus prometteur si l'américain AIG décide de coter son activité asiatique d'assurance-vie.

Depuis que le britannique Prudential a annoncé le 2 juin qu'il renonçait à débourser 35 milliards de dollars (29 milliards d'euros) pour racheter American International Assurance (AIA), le marché s'attend à ce qu'AIG introduise en Bourse ou cède sa filiale en plusieurs blocs.

Pour Axa, il s'agirait d'une rare opportunité d'acquérir une activité auprès d'un concurrent, dans un marché à fort potentiel - bien qu'en baisse pour l'instant - mais l'assureur français paraît mal positionné.

Il est handicapé par une chute de son titre en Bourse - qui a perdu 26% depuis le début de l'année - et par son opération qui traîne en longueur pour mettre la main sur les activités asiatiques de sa filiale australienne.

Axa a pour objectif de tripler la part de ses revenus tirés des marchés émergents à 15% d'ici trois à cinq ans. L'Asie apparaît donc fondamentale pour sa stratégie.

Mais son opération de rachat de minoritaires en Asie reste incertaine. "Il y a un an, le marché asiatique semblait fermé, mais maintenant le jeu est très ouvert. Je suis sûr qu'Axa adorerait y participer. Mais ils sont hors du coup", a estimé Charles Graham, analyste chez ING Financial.

La structure actionnariale d'Axa est complexe en Asie, où sa filiale Axa Asia Pacific Holdings, cotée en Australie, a un droit de veto sur toute opération en Asie.

Fin 2009, Axa a tenté de renforcer ses marges de manoeuvre en Asie en structurant un accord pour racheter les minoritaires de la filiale. Mais l'opération a accumulé les difficultés.

L'accord conclu au départ avec AMP, deuxième gérant d'actifs en Australie, a été supplanté par une offre de National Australia Bank, laquelle a rencontré des obstacles réglementaires.

"L'impulsion de conclure un accord doit venir d'Axa SA", a souligné Arjan Van Veen, analyste de Credit Suisse à Sydney. "Si les efforts de NAB ne portent pas leurs fruits, AMP peut surenchérir, mais je doute qu'ils puissent monter assez haut".

Cyril Altmeyer pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2010 Thomson Reuters

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur AXA en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+325.90 % vs +11.11 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat