Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

ATOS

ATO - FR0000051732 SRD PEA PEA-PME
10.385 € +0.24 % Temps réel Euronext Paris

Atos : Le mystérieux faux investisseur d'Atos écope d'une pénalité de l'AMF de… 800 euros

mardi 20 septembre 2022 à 09h47
Dylan Dariah n'a jamais été investisseur d'Atos

Dylan Dariah avait déclaré à plusieurs reprises détenir un pourcentage très important du capital de l’entreprise de services informatiques alors qu'il n'en était rien. L’Autorité des marchés financiers lui a imposé un versement de 800 euros.

C’est l’histoire d’un jeune homme qui n’a clairement pas mesuré la portée de ses actes. Le 17 mai 2021, Dylan Dariah, alors âgé de 26 ans, a déclaré à l’Autorité des marchés financiers (AMF) détenir plus de 5% du capital de l’entreprise de services numériques Atos, une participation représentant alors sur le papier plus de 300 millions d’euros. La déclaration est plus exactement effectuée pour le compte de la société Finsur Corp, domiciliée dans le Delaware, aux Etats-Unis, dont Dylan Dariah est le dirigeant et unique actionnaire.

La déclaration précisait alors que Finsur ne comptait pas prendre le contrôle d’Atos mais envisageait de "poursuivre ses rachats en fonction des conditions de marché". Le 21 mai, Finsur indique dans un autre avis être passé sous le seuil de 5% du capital, à 4,19% exactement et envisager "de continuer à vendre des actions et de sortir du capital".

Problème: Dylan Dariah n’a jamais possédé aucune action Atos. Une enquête lancée par l’AMF le 26 mai le démontrera et le jeune homme avouera à l’autorité que ses déclarations étaient fausses, comme le révélera en juin 2021 BFM Business. Atos de son côté avait fait part au régulateur de ses incertitudes sur cet actionnaire auto-proclamé.

Des indications fausses

Depuis l’AMF a proposé à Dylan Dariah une composition administrative – une forme d’accord à l’amiable – qu'il a acceptée. Au regard de la faiblesse de ses ressources – le jeune homme déclare vivre des minimas sociaux, selon l’accord rendu public la semaine dernière- l’AMF a finalement demandé à Dylan Dariah de verser 800 euros en huit mensualités égales.

Car Dylan Dariah, s’il a assuré à l’AMF ne pas comprendre que ses déclarations seraient rendues publiques et ne pas avoir voulu manipulé le titre Atos, a évidemment commis une erreur.

"Même si les déclarations de franchissement de seuil des 17 et 21 mai 2021 ne semblent pas avoir eu d’impact sur la valeur du titre Atos lors de leur publication, elles étaient susceptibles de s’analyser en des informations qui donnaient ou étaient susceptibles de donner des indications fausses en ce qui concerne l’offre, la demande ou le cours du titre Atos", souligne l’AMF dans l’accord de composition administrative. L’Autorité estime aussi que le faux investisseur ne pouvait ignorer que ses déclarations donneraient lieu à une publication.

Un "geek" qui s'est vu dans "un jeu de rôle"

Difficile de comprendre les motivations du jeune homme qui n’avait ni l’expérience ni la capacité financière ni la crédibilité pour mener à bien une opération de marché sur Atos. "Il a reconnu qu’il avait fait une erreur, mais n’avait certainement pas mesuré ce que signifiait un franchissement de seuil. Il a rempli le questionnaire comme pour se donner de l’importance", explique à BFM Bourse son avocat, Maître Frédéric Peltier.

"Ce monsieur est un geek sur internet qui a joué à une sorte de jeu de rôle en essayant de se faire passer pour un grand homme d’affaires…et il a choisi Atos. Il n’a pas fait de profit indu", assure par ailleurs l’avocat.

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur ATOS en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application BFM Bourse


Par email

Votre avis
Portefeuille Trading
+315.80 % vs +35.63 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour