Bourse > Areva > Areva : Schweitzer craint l'appétit de l'Etat pour le grand emprunt
AREVAAREVA AREVA - FR0011027143AREVA - FR0011027143
4.409 € +1.36 % Temps réel Euronext Paris
4.350 €Ouverture : +1.36 %Perf Ouverture : 4.409 €+ Haut : 4.348 €+ Bas :
4.350 €Clôture veille : 11 380Volume : +0.00 %Capi échangé : 1 690 M€Capi. :

Areva : Schweitzer craint l'appétit de l'Etat pour le grand emprunt

Schweitzer craint l'appétit de l'Etat pour le grand empruntSchweitzer craint l'appétit de l'Etat pour le grand emprunt

par Julien Ponthus et Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Le gouvernement doit résister à la tentation de siphonner une partie des 47 milliards d'euros du Programme des investissements d'avenir (PIA) pour faire face à ses besoins budgétaires, estime le Commissaire général à l'investissement.

"Ce risque existe en permanence : quand il n'y a pas d'argent quelque part et de l'argent ailleurs, la tentation est toujours forte", dit Louis Schweitzer dans un entretien à Reuters.

"Cela s'est produit au profit notamment du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) pour des activités militaires", précise l'ancien patron de Renault.

L'ex-président de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et l'égalité évoque un montant de 250 millions d'euros et quelques précédents, notamment au profit d'Airbus.

"Ce n'est pas un fait nouveau, il y en a eu dans le passé et c'est toujours quelque chose qui peut se produire."

"Bien sûr que cela m'ennuie (...) parce que je pense que l'argent du PIA est utile. Bien sûr que l'on n'a pas envie de voir diminuer de fait la capacité d'action du PIA", admet Louis Schweitzer, qui remplace depuis avril 2014 Louis Gallois, parti à la présidence de Peugeot.

Prié de dire s'il craint que ce type de ponction de l'Etat sur les fonds du grand emprunt se reproduise, il répond diplomatiquement : "Si quelqu'un n'est inquiet de rien, je pense que tous les malheurs lui arriveront."

Il rappelle cependant que François Hollande et le Premier ministre, Manuel Valls, ont garanti lors du conseil des ministres du 9 juillet que le PIA serait "pleinement exécuté".

NE PAS SACRIFIER L'AVENIR

L'idée d'un "grand emprunt" pour dégager des capacités d'investissement libérées des contraintes budgétaires a été lancée en 2009 par Nicolas Sarkozy en pleine crise financière.

Le prédécesseur de François Hollande à la tête de l'Etat avait confié aux ex-Premiers ministres UMP et socialiste Alain Juppé et Michel Rocard le soin d'en définir l'usage.

Le programme d'investissement d'avenir issu de leurs travaux a été lancé en 2010, avec une première tranche de 35 milliards d'euros. Une deuxième tranche de 12 milliards a été décidée en 2013 par François Hollande.

Sur ces 47 milliards d'euros, 16 restent encore à engager, précise Louis Schweitzer, selon qui cela devrait être fait, pour l'essentiel, d'ici la fin du quinquennat, en 2017.

La question d'une troisième tranche "est une question qu'il faudra poser le moment venu", dit-il.

"L'idée de départ du PIA, c'était de faire en sorte que l'avenir ne soit pas sacrifié à la rigueur présente et cette idée me paraît n'avoir rien perdu de son actualité", alors que la France peine encore à réduire ses déficits publics.

Pour Louis Schweitzer, le Commissariat général à l'investissement peut cependant mieux faire en terme d'exécution : "Un de mes soucis c'est d'accélérer et de simplifier les décisions du PIA."

Plus de 18 mois sont parfois passés entre la présentation d'un projet et le versement de l'aide, rappelle-t-il.

"Quand on investit pour l'innovation, on voit bien qu'il y a une sorte d'urgence à le faire : si on perd du temps, l'innovation perd de sa force."

Le Commissaire général à l'investissement cite en exemple le concours mondial d'innovation, lancé en décembre 2013 par l'ex-patronne d'Areva Anne Lauvergeon, dont les premiers lauréats ont déjà été reçus mercredi à l'Elysée. Le PIA a dégagé pour eux une enveloppe de 300 millions d'euros.

(Edité par Yves Clarisse)

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...