Bourse > Areva > Areva : Des EPR pour remplacer les centrales nucléaires vieillissantes ?
AREVAAREVA AREVA - FR0011027143 AREVA - FR0011027143   SRD PEA PEA-PME
4.500 € 0.00 %
-Ouverture : -Perf Ouverture : -+ Haut : -+ Bas :
4.500 €Clôture veille : -Volume : 0.00 %Capi échangé : 1 724 M€Capi. :

Areva : Des EPR pour remplacer les centrales nucléaires vieillissantes ?

Des EPR pour remplacer les centrales nucléaires vieillissantes ?Des EPR pour remplacer les centrales nucléaires vieillissantes ?

PARIS (Reuters) - L'Elysée envisage de remplacer des centrales nucléaires françaises vieillissantes par des réacteurs EPR de troisième ou quatrième génération qui seraient construits sur les mêmes sites, écrit lundi le journal Le Monde.

Selon le quotidien, ce projet concernerait les centrales dont la prolongation au-delà de 40 ans coûterait trop cher à EDF, sommé par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) de les mettre aux nouvelles normes de sûreté décidées après l'accident survenu à Fukushima, au Japon, en mars 2011.

L'Elysée et Matignon n'ont pas commenté cette information dans l'immédiat. EDF n'a pas souhaité faire de commentaire. Personne n'était disponible dans l'immédiat au ministère de l'Ecologie.

Selon Le Monde, le ministère de l'Ecologie confirme que "le débat est bien posé en ces termes" et dit "être en discussion avec la direction stratégique d'EDF", ajoutant toutefois que "rien n'est abouti et toutes les bornes pas encore fixées".

Alors qu'une loi sur la transition énergétique est attendue dans le courant de l'année, François Hollande s'est engagé à réduire de 75% à 50% la part du nucléaire dans la production d'électricité en France d'ici à 2025.

Il a aussi décidé de fermer avant fin 2016 la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), dont la production manquante doit être compensée par celle du réacteur EPR en cours de construction à Flamanville (Manche).

Une forte augmentation des capacités de production d'énergies renouvelables en France entraînerait par ailleurs mécaniquement une dilution de la part du nucléaire dans la production française d'électricité et l'exécutif a dit souhaiter réduire drastiquement la consommation d'énergie, de 50% à l'horizon 2050.

La secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV), Emmanuelle Cosse, a estimé fin 2013 que la fermeture de la centrale de Fessenheim ne suffirait pas pour réduire à 50% la part du nucléaire dans la production d'électricité en France.

L'EPR de Flamanville, régulièrement critiqué par les écologistes, a vu son coût augmenter de deux milliards d'euros fin 2012, atteignant ainsi 8,5 milliards contre 3,3 milliards prévus en 2005.

La mise en service de ce réacteur de troisième génération conçu par Areva est prévue pour 2016, contre 2012 à l'origine.

EDF, dont l'Etat détient près de 84% du capital, fait face à un "mur d'investissements" en France, le groupe ayant estimé à environ 55 milliards d'euros le programme à consacrer au parc nucléaire français entre 2011 et 2025.

Son PDG Henri Proglio avait en outre initialement chiffré à quelque 10 milliards d'euros la facture des travaux post-Fukushima sur les 58 réacteurs nucléaires français.

Il a également fait valoir ces dernières années que la France compterait six millions d'habitants de plus en 2025, que les économies d'énergie ne suffiraient pas à faire baisser la consommation par habitant et que, si le taux de croissance atteignait 2%, le parc de production existant ne représenterait au total que 60% - 50% seulement pour le nucléaire seul - des besoins du pays.

Benjamin Mallet, Geert De Clercq et Elizabeth Pineau, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...