Bourse > Apple > Apple : Des trimestriels sanctionnés à Wall Street
APPLEAPPLE AAPL - US0378331005AAPL - US0378331005
- -
-Ouverture : -Perf Ouverture : -+ Haut : -+ Bas :
-Clôture veille : -Volume : -Capi échangé : -Capi. :

Apple : Des trimestriels sanctionnés à Wall Street

tradingsat

(CercleFinance.com) - Le géant technologique californien Apple voyait ses comptes trimestriels boudés par les investisseurs malgré une nouvelle envolée des bénéfices. Après avoir terminé hier soir à Wall Street en baisse de 1% à 130,75 dollars, l'action Apple perd pour l'heure, dans les transactions électroniques post-marché, plus de 5% à 123,7 dollars. En cause : une communication floue quant à l'Apple Watch, voire une déception sur les ventes d'iPhone.

Etant donné la capitalisation d'Apple (760 milliards de dollars) et les chiffres décevants de Yahoo et Microsoft, les indices boursiers américains pourraient ouvrir en baisse tout à l'heure.

Hier en effet, le groupe de Cupertino a fait part, au titre du troisième trimestre (soit à fin juin) de son exercice 2014/2015, d'un chiffre d'affaires de 49,6 milliards de dollars, en hausse de 32,6% sur un an.

Le résultat net, à 10,7 milliards de dollars (1,85 dollar par action), surclasse de 38% son niveau d'un an plus tôt. La marge brute s'inscrit à 39,7%, en hausse de 0,3 point de pourcentage sur un an. Le directeur financier Luca Maestri souligne l'accélération des tendances, tant en termes de ventes que de bénéfices, entre le premier semestre et le troisième trimestre.

Malgré le renchérissement du dollar, un facteur pénalisant pour ce groupe américain qui réalise 64% de son activité hors de son territoire national, les ventes de smartphones iPhone (CA en hausse de 59% à 31,4 milliards d'euros) et d' ordinateurs Mac ont atteint de nouveaux records, quand le lancement de la première montre connectée Apple Watch est qualifié de 'succès'.

Un dividende trimestriel de 0,52 dollar sera payé le 13 août.

En guise de prévisions, Apple prévoit au 4e trimestre 2014/2015 un chiffre d'affaires de 49 à 51 milliards et une marge brute de 38,5 à 39,5%.

Selon les analystes d'Aurel BGC, c'est le point qui pose problème : 'les investisseurs ont décidé de sanctionner le manque de communication et des projections peut-être 'prudentes'', écrivent-ils ce matin.

Apple se veut traditionnellement réservé, mais la prévision de marge brute semble particulièrement conservatrice. De plus, l'Apple Watch, un nouveau produit, ne fait pas (encore) l'objet d'une communication spécifique : ses ventes sont agglomérées dans la catégorie 'Autres produits' (+ 49% à 2,6 milliards de dollars) avec les iPods, le casques Beats et l'Apple TV notamment.

Ce faisant, Tim Cook ne veut pas donner de munitions à ses concurrents, mais il reste optimiste sur l'Apple Watch, qui devrait selon lui figurer en bonne place parmi les cadeaux de fin d'année. Bref, 'il est impossible de savoir, avec certitude, si l'Apple Watch est un échec, mais ce manque de communication est clairement sanctionné par les investisseurs', commente Aurel.

Et pourtant, calculent les spécialistes, le prix moyen de vente de l'iPhone (le produit phare d'Apple) a pris 100 dollars à 662,4 dollars. Mais les ventes d'iPad baissent (- 18%, soit le 6e déclin trimestriel consécutif pour un CA de 4,5 milliards). 'La durée de vie de l'iPad est plus élevée qu'anticipé et la concurrence est forte sur ce segment de marché. L'accord avec IBM pour développer des solutions autour de l'iPad dans les entreprises tarde à porter ses fruits', ajoute Aurel BGC. Ce qui est partiellement compensé par la hausse des ventes de Mac (+ 9% à 6 milliards), contre la tendance du marché des ordinateurs PC.

Son de cloche différent chez Nomura, qui attribue la baisse du titre Apple post-marché 'à des anticipations trop élevées de ventes d'iPhone' (47,5 millions d'unités vendues sur le trimestre, + 35%).

En effet, à en juger par les publications des sous-traitants asiatiques d'Apple, la production d'iPhones semble restée stable, sinon en légère baisse, entre les deux derniers trimestres.

Selon les analystes, ce n'est pas vraiment un souci dans la mesure où Apple a probablement voulu produire le plus possible de nouveaux iPhone 6/6S afin de lisser sa production, ce qui a pu peser sur la fabrication d'autres modèles.

Les craintes du marché ne semblent pas justifiées à Nomura, dans la mesure où l'iPhone 6S devrait bien se vendre par la suite.


Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI