Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

ALSTOM

ALO - FR0010220475 SRD PEA PEA-PME
33.960 € +0.62 % Temps réel Euronext Paris

Alstom : Alstom et schneider en tête du cac 40 après l'accord sur t&d

mardi 1 décembre 2009 à 12h14
Alstom et schneider en tête du cac 40 après l'accord sur t&d

PARIS (Reuters) - Alstom et Schneider Electric sont en tête des hausses du CAC 40 mardi après l'annonce par Areva de négociations exclusives avec le tandem français pour lui céder sa filiale transmission et distribution (T&D), les analystes soulignant l'intérêt stratégique de l'opération pour les deux groupes.

Vers 11h55, le titre Alstom progresse de 5,57% à 49,225 euros et Schneider gagne 3,72% à 75,60 euros, les deux titres se plaçant en tête du CAC 40, qui avance de 1,92%.

Le tandem français a été préféré au japonais Toshiba et à l'américain General Electric, qui étaient eux aussi candidats à la reprise de T&D.

Delphine Brault, analyste chez Oddo Securities, a évoqué dans une note "une bonne nouvelle" pour le tandem français: "D'un point de vue stratégique, elle leur permet de changer de dimension, de contrebalancer leurs cycles existants et d'entrer sur un marché dont les perspectives sont particulièrement attrayantes sur le moyen et long terme."

Pour Schneider plus particulièrement, Delphine Brault souligne que le rachat de la partie distribution de T&D va lui permettre d'acquérir une position de n°2 mondial dans la moyenne tension derrière le suisse ABB.

Areva a fait savoir lundi que le tandem français proposait 2,290 milliards d'euros en valeur des fonds propres, soit 4,090 milliards en valeur d'entreprise pour racheter T&D.

Alstom-Schneider a de son côté souligné dans un communiqué que la dette nette d'Areva T&D s'élevait à environ 1,05 milliard d'euros au 30 juin.

"Nous estimons très peu probable une quelconque augmentation de capital, tant pour Alstom que pour Schneider Electric. Cette opération est relutive pour les deux acteurs avant synergies", a en outre indiqué l'analyste d'Oddo Securities, soulignant que le montant réel à financer pour les deux groupes était de l'ordre de 3,35 milliards d'euros, après déduction notamment des intérêts minoritaires d'Areva T&D India et des fonds de pension.

"RETOUR À L'INTERVENTIONNISME"

La branche transmission représente environ deux tiers de l'activité de T&D et la distribution environ un tiers, ont précisé Alstom et Schneider. Le projet de séparer T&D en deux entités - Alstom reprenant la transmission, tandis que Schneider récupèrera la distribution - a été vivement critiqué par des dirigeants d'Areva T&D et par les syndicats.

Mais le tandem français a souligné mardi que le rachat de T&D permettrait d'ouvrir "des champs de synergies industrielles, commerciales et technologiques, jusqu'ici non accessibles à Areva T&D: liens avec la génération d'électricité, acquisition d'une taille critique en moyenne tension, accès à des marchés plus larges, innovation sur l'ensemble de la filière électrique".

Thomas Langer, analyste chez WestLB, a estimé que le choix d'Alstom-Schneider pour reprendre T&D ne constituait pas une surprise: "La participation directe du gouvernement français dans la réorganisation du secteur de l'énergie a été longuement évoquée pendant le processus. Nous y voyons un parfait exemple de la politique industrielle à l'oeuvre au niveau national."

Patrice Lambert de Diesbach, analyste chez CM-CIC Securities, a pour sa part écrit dans une note: "Sans surprise, l'Etat a joué la carte française, préférant affronter la polémique du nationalisme économique plutôt que celle du 'bradage' d'intérêts français."

"Il y a partout en Europe un retour à l'interventionnisme d'État de moins en moins stigmatisé vu la conjoncture, donc c'était le moment ou jamais de passer en force...", a-t-il ajouté.

"AUCUNE RESTRUCTURATION"

Les deux groupes français ont fait savoir qu'ils préserveraient et développeraient "les liens entre la transmission et la distribution sur tous les plans: commercial, par des accords de fournitures croisés, technologique par l'adoption de normes identiques (plates-formes et logiciels) et sur l'innovation par un programme ambitieux de R&D commun sur la 'smart grid'" (réseaux de distribution "intelligents").

"Alstom et Schneider Electric étendront enfin considérablement les capacités d'Areva T&D dans les projets clés en main (actuellement 1,6 milliard d'euros sur le seul périmètre transmission et distribution) à plus de 8 milliards d'euros sur l'ensemble de la filière électrique par l'adjonction des capacités d'Alstom et de Schneider Electric", ont-ils ajouté.

Ils ont en outre indiqué qu'ils n'envisageaient "aucune restructuration liée à l'acquisition et (s'étaient) engagés à assurer un avenir professionnel à chaque collaborateur".

Benjamin Mallet, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2009 Thomson Reuters

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur ALSTOM en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+312.40 % vs +44.87 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat