Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

AIR FRANCE -KLM

AF - FR0000031122 SRD PEA PEA-PME
9.566 € -2.31 % Temps réel Euronext Paris

Air france -klm : La Bourse salue le début de mandat de Ben Smith à la tête d'Air France-KLM

jeudi 1 novembre 2018 à 16h02
Les premiers bas de Ben Smith impressionnent la Bourse

(BFM Bourse) - Le titre de la compagnie franco-néerlandaise enregistre jeudi une nouvelle séance à plus de 5% de hausse, affichant 13% de gains sur les quinze derniers jours. Sous la conduite de l'ancien numéro 2 d'Air Canada, l'entreprise enregistre des progrès étonnamment rapides au regard de la situation de blocage qui a plombé les résultats au premier semestre.

Au lendemain d'un bond de 5,61%, l'action Air France-KLM s'adjugeait encore 6,3% à 9,10 euros jeudi vers 15h50, soit la meilleure performance du SBF 120. Alors que le choix de Benjamin Smith, un transfuge d'Air Canada, avait été critiqué par certains syndicats au motif de sa nationalité étrangère, ses premiers pas à la tête du groupe -issu du mariage d'Air France et de KLM en 2004- impressionnent favorablement les observateurs.

Dans le sillage des résultats trimestriels, le consensus en hausse

La publication mercredi avant Bourse des résultats du troisième trimestre donne aux analystes l'occasion de dresser un premier bilan de l'action du nouveau patron, très impliqué dans l'opérationnel, tout en intégrant à leurs anticipations le rebond plus fort que prévu des comptes trimestriels.

Si Benjamin Smith a averti lors de la conférence de présentation des comptes qu'il était encore trop tôt pour exposer les grandes lignes d'une stratégie pour le futur d'Air France-KLM, UBS remarque tout de même la tonalité résolument positive des commentaires du dirigeant vis-à-vis des marques, des équipes et du dialogue social. Maintenant un avis "neutre" dans l'attente d'éclaircissements sur les perspectives stratégiques, le bureau d'études relève toutefois ses prévisions de résultats (de près de 17% s'agissant du résultat opérationnel, attendu à 1,279 milliard d'euros cette année) et révise en conséquence son objectif à 8,60 euros, contre 8,35 euros.

Des pilotes qui peuvent difficilement se permettre un nouveau blocage

Plus tranché, HSBC réitère l'achat en vue d'un nouvel objectif de 11 euros (auparavant 10 euros). "Nous sommes optimistes, bien que conscients des risques", résume la banque britannique. Ses analystes soulignent combien la performance du troisième trimestre tranche avec celle du premier semestre, ce qui démontre à quel point le fonctionnement de l'entreprise peut être plus efficace en l'absence de grèves. A cet égard, HSBC souligne d'ailleurs qu'Air France bénéficiera durant les six premiers mois de 2019 d'une base de comparaison plus avantageuse que ses concurrents, allégé du poids des grèves qui avaient coûté 300 millions d'euros au premier semestre 2018.

Pour HSBC, Air France-KLM devrait ainsi presque mécaniquement bénéficier d'un élan favorable au niveau des chiffres, mais aussi dans le déroulement des événements. Ayant bouclé en trois semaines un accord majoritaire avec les syndicats, mettant techniquement fin au conflit sur les salaires, Benjamin Smith devra superviser les négociations catégorielles, celles avec les pilotes débutant le 5 novembre. Pour le bureau d'études, le SNPL (syndicat national des pilotes de ligne) qui avait mené la fronde syndicale l'an dernier risquerait de perdre son influence en l'absence d'accord, alors que se profilent les élections syndicales et que l'autre syndicat de pilotes (le SPAF) a signé l'accord global du mois dernier.

Vers un arrêt des expédients Joon et Hop?

Par ailleurs, HSBC attend des initiatives sur le plan de la gouvernance, jugeant qu'une sanctuarisation de la séparation direction générale/présidence serait une bonne chose. Le DG canadien devrait aussi s'attacher à assouplir les relations entre les camps français et néerlandais. Le bureau d'études voit également d'un bon oeil le renforcement des marques phares du groupe et l'accent mis sur le service. Une fermeture de Hop et Joon, plateformes crées essentiellement pour pouvoir recruter à ces conditions plus compétitives, serait aussi bien accueillie, précise-t-il.

Une facture carburant qui enfle

"Nous ne faisons pas abstraction dans nos prévisions de la pression générale sur l'industrie en 2019 provoquée par la hausse des coûts du carburant", assure la banque, intégrant ainsi un léger repli des bénéfice l'an prochain, mais la non-récurrence des coûts des grèves devrait déjà en partie atténuer cet impact. "Notre conseil d'achat reflète notre optimisme quant à l'arrivée de bonnes nouvelles concernant les relations sociales, la structure d'entreprise et les développements stratégiques".

Guillaume Bayre - ©2018 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur AIR FRANCE -KLM en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+287.50 % vs +1.77 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat