Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Accalmie en fin de journée sur les prix du gaz, après de nouveaux sommets en séance

mercredi 6 octobre 2021 à 18h30
Des compteurs de gaz reliés à un groupe de restaurants aux USA

(BFM Bourse) - De nouveaux records ont été battus mercredi sur les marchés de gros du gaz naturel, avant que les déclarations de Vladimir Poutine ne viennent un peu calmer les esprits.

Le cours des contrats à terme sur le gaz naturel redescendent en fin de journée mercredi à 104 euros le mégawattheure (MWh) en fin de séance sur le marché européen de référence, soit une correction de 10,47% par rapport à la veille. En cours de séance sur le marché à terme IntercontinentalExchange, un pic historique a néanmoins été atteint à 161,5 euros le MWh pour livraison novembre sur le gaz livrable aux Pays-Bas (Dutch TTF). Le contrat de même échéance sur le gaz britannique (UK Natural Gas) affichait également un repli de plus de 10% en fin de séance à 260,50 euros après un pic encore plus impressionnant à plus de 400 euros vers 10h30.

Il a fallu une intervention du président russe pour calmer l'envolée. Alors que certains dirigeants européens ont mis en cause le niveau des approvisionnements en provenance de Russie, Vladimir Poutine a assuré que son pays pourrait contribuer à stabiliser les marchés mondiaux de l'énergie en exportant un volume record de gaz naturel en Europe cette année.

"La Russie est et a toujours été un partenaire fiable pour l'ensemble de ses clients dans le monde, aussi bien en Asie qu'en Europe, et a toujours pleinement rempli ses obligations", a souligné le dirigeant. Vladimir Poutine a ajouté que la compagnie nationale Gazprom était disposée à acheminer à l'ouest via l'Ukraine davantage de gaz que ce qui avait été convenu.

Malgré cette relative modération en fin de journée, les cours de ces deux références reflètent encore une envolée de plus de 600% par rapport à leurs niveaux d'il y a douze mois, alors que les opérateurs tentent de reconstituer leurs stocks pour éviter une pénurie à l'approche de l'hiver.

À moyen terme, les prix du gaz devraient rester élevés par rapport à leur historique, avance le cabinet Capital Economics, en raison du niveau élevé des prix de l'électricité (le gaz naturel servant aussi à alimenter les centrales thermiques), de la hausse de la demande mondiale en raison de la reprise simultanée des économiques qui s'est opérée ces derniers mois, et d'un automne déjà relativement froid en Europe.

Pour le président russe, la flambée est due à une reprise plus vigoureuse qu'attendue de l'économie mondiale, conjuguée à la perspective d'un hiver long et froid, mais aussi au choix, erroné selon lui, des autorités européennes de passer de contrats d'approvisionnement à long terme à une fourniture aux prix au jour-le-jour.

NUS Consulting Group, un cabinet américain spécialiste des questions énergétiques, estime de son côté que la volatilité observée ce mercredi (le contrat sur le TTF finissant proche des 100 euros le MWh après avoir débuté à 125 euros et monté à plus de 160) pourrait sonner la fin d'une bulle spéculative. "Les prochaines séances seront cruciales pour confirmer ou infirmer cette hypothèse", note NUS.

Guillaume Bayre - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+313.40 % vs +34.40 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat