Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Marché : Les groupes du S&P devraient voir leurs bénéfices bondir de plus de 50% pour le 2e trimestre consécutif

mardi 13 juillet 2021 à 16h40
Les bénéfices des groupes du S&P 500 vont atteindre un record depuis 2009

(BFM Bourse) - Les grandes banques américaines viennent de lancer une nouvelle saison de publications trimestrielles pour laquelle les attentes du marché, certes très élevées, pourraient néanmoins être largement battues.

Si les comptes meilleurs qu'attendus de JPMorgan (+155% de bénéfices au deuxième trimestre 2021 à 11,5 milliards de dollars) et Goldman Sachs (+119% à 5,3 milliards) donnent le ton, la saison des résultats qui débute pourrait voir dépassé le consensus déjà très "bullish" des prévisions d'analystes, comme le suggèrent de nombreux observateurs.

En termes de bénéfice par action (BPA, indicateur de référence outre-Atlantique), le marché s'attend tout simplement à "voir la deuxième meilleure saison de résultats depuis un quart de siècle, derrière le quatrième trimestre 2009", explique Sam Stovall, responsable de la stratégie chez CFRA. Après avoir bondi de 52% au premier trimestre 2021 (sur un an) pour atteindre un niveau record, les bénéfices des groupes cotés au S&P sont attendus, en moyenne, en hausse de plus de 60% selon des prévisions des analystes compilées par S&P Capital IQ (64% d'après l'estimation consensuelle réalisée par Factset). Et la quasi-totalité des secteurs devraient être conviés à la fête. Ce serait la première fois que les bénéfices des entreprises augmentent de plus de 50% lors de deux trimestres consécutifs depuis que les Etats-Unis sont sortis de la dernière récession (dernière occurrence d'une telle succession aux dernier trimestre 2009 et premier trimestre 2010).

Si le record absolu atteint entre octobre et décembre 2009, avec un rebond de 198,9% des BPA selon Refinitiv, ne semble pas menacé (et ne le sera probablement plus jamais), plusieurs experts misent sur un net dépassement du consensus.

"Les analystes ont augmenté les estimations du deuxième trimestre à un rythme record, et elles sont toujours trop basses. Le marché le sait", écrit ainsi Nicholas Colas, cofondateur de DataTrek Research, dans une note. "Cette saison des résultats doit être bien, bien meilleure que prévu".

Les prévisions des analystes ont de fait été relevées de 7,3% entre le début et la fin du 2e trimestre, relève de fait LPL Financial Research. Ajouté aux nombreux rehaussements d'objectifs de la part des entreprises elles-mêmes, cela augure d'une saison de résultats particulièrement impressionnante, selon les analystes du bureau d'études.

"Après une superbe saison de bénéfices au premier trimestre, nous attendons d'autres bonnes nouvelles ce trimestre. Dans le même temps, nous reconnaissons que le deuxième trimestre sera presque certainement le pic de la croissance des bénéfices pour ce cycle" économique avance toutefois LPL Financial Research. La croissance des bénéfices par action des groupes du S&P 500 pourrait ainsi "facilement dépasser 70%" pour le 2e pour le trimestre", selon les analystes, qui expliquent que les gains les plus importants proviendront des secteurs les plus touchés par la pandémie, à savoir "la consommation discrétionnaire (hors commerce électronique), l'énergie, les services financiers, l'industrie et les matériaux".

Dans la surenchère, le stratégiste en chef de Credit Suisse pour les marchés américains Jonathan Golub pense "que le BPA augmentera de 75%, grâce aux solides bénéfices des secteurs de la finance et des produits cycliques". "Les actions se sont redressées en raison de l'envolée des prévisions de bénéfices par action, alors que les multiples sont restés largement inchangés" prévient-il néanmoins, sous-entendant qu'un dépassement du consensus ne se traduira pas forcément par une nouvelle flambée des indices, celui-ci étant déjà intégré par le marché.

Qui dit mieux? Les experts d'UBS, selon qui les bénéfices pourraient bondir de... 80%. "Le recul de la pandémie et la réponse massive du gouvernement sont les principaux moteurs de la hausse des bénéfices", ont déclaré les stratégistes dirigés par David Lefkowitz, ajoutant qu'il était "illogique" de s'attendre à une baisse séquentielle (d'un trimestre sur l'autre) de ces BPA. En l'état, le bond de 64% anticipé se traduirait de fait par des bénéfices agrégés de l'ordre de 45 dollars par action, contre plus de 49 dollars sur les trois premiers mois.

D'autres professionnels du marché vont encore plus loin, à l'instar de Brian Gilmartin, gérant chez Trinity Asset Management, qui mise sur une flambée de 90% des BPA des groupes cotés au sein de l'indice élargi.

Outre Goldman Sachs et JPMorgan ce mardi, les autres poids lourd du compartiment bancaire (Wells Fargo, Bank of America, Citigroup) publieront leurs comptes semestriels mercredi, et 21 autres sociétés du S&P dévoileront les leurs d'ici vendredi, avant que le rythme ne s'accélère vivement à compter de la semaine prochaine.

Quentin Soubranne - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+318.80 % vs +31.40 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat