Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Marché : La France est le 2e pays où l'on verse le plus de dividendes après les Etats-Unis

mardi 21 août 2018 à 07h30
Des traders souriants

(BFM Bourse) - Les dividendes ont augmenté de 12,9% au niveau mondial au 2e trimestre, pour atteindre un record à 497,4 milliards de dollars.

C'est un nouveau record pour les actionnaires. Selon le dernier rapport publiée par la société de gestion d'actifs Janus Henderson, les dividendes ont augmenté dans quasiment toutes les régions du monde au deuxième trimestre, à l'exception notable du Royaume-Uni. Et ils ont même atteint un niveau record dans 12 pays, dont la France, les Etats-Unis et le Japon.

D'avril à juin, les sociétés cotées dans le monde ont versé 497,4 milliards de dollars de dividendes (soit 434 milliards d'euros). Un chiffre en progression de 12,9% par rapport au deuxième trimestre 2017. L’indice Janus Henderson Global dividend a atteint le nouveau record de 182 à la fin du deuxième trimestre, ce qui indique que les dividendes mondiaux ont augmenté de 82% depuis 2009.

Niveau record en Europe et en France

Pour l’Europe, c'est du jamais-vu. Les sociétés européennes couvertes par l'étude ont versé le montant record de 176,5 milliards de dollars au dernier trimestre, soit une augmentation de 18,7% depuis un an. La France, l’Allemagne, la Suisse, les Pays-Bas, la Belgique, le Danemark et l’Irlande ont tous atteint des niveaux records.

Dans le détail, les investisseurs sur les sociétés françaises ont bénéficié du 50,9 milliards de dollars de dividendes, soit environ 44 milliards d'euros, un montant en hausse de 23,6% sur un an. Cela représente ainsi plus de 10% du total des dividendes versés dans le monde. Seules deux sociétés françaises, Engie et EDF, ont réduit leurs dividendes par rapport au deuxième trimestre 2017, chacune d’entre elles ayant effectué des restructurations pour réduire leurs coûts, et le dividende d’EDF est en baisse depuis 2014. Engie a cependant récemment annoncé une hausse des dividendes pour l’année à venir. BNP, LVMH et Axa sont les sociétés qui ont au contraire le plus contribué à la progression des dividendes versés dans l'Hexagone.

La France est ainsi largement en tête en Europe. Les sociétés allemandes ont de leur côté versé "seulement" 43,1 milliards de dollars de dividendes (+26,5% sur un an), quand les entreprises du Royaume-Uni en distribuaient 32,1 milliards de dollars (-1,2%), les suisses 23,4 milliards de dollars (+1%), les suédoises 10,5 milliards de dollars (+16,7%), les italiennes 10,1 milliards de dollars (+21,7%), les hollandaises 9,4 milliards de dollars (+14,6%) et les espagnoles 7,9 milliards de dollars (+25,3%).

La France est même, parmi les territoires étudiés, celui où les sociétés cotées sont les plus généreuses au 2e trimestre après les Etats-Unis, qui affichent 117,1 milliards de dollars de dividendes versés (+4,5% sur un an), soit 23,5% des dividendes mondiaux. La France est ainsi loin devant le Japon (35,9 milliards de dollars) ou encore Hong Kong (17 milliards de dollars).

Toutefois, il faut prendre en compte le fait que si dans de nombreux pays européens, les sociétés versent l'intégralité de leur dividende en une fois au 2e trimestre, ce n'est pas nécessairement le cas dans d'autres zones géographiques. Aux Etats-Unis par exemple, les dividendes sont distribués chaque trimestre. Ainsi, sur l'ensemble de l'année 2017, toujours selon Janus Henderson, les sociétés cotées avaient versé 438 milliards de dollars de dividendes aux Etats-Unis, contre 52 milliards de dollars en France, qui était alors au 5e rang mondial derrière les Etats-Unis donc, le Royaume-Uni, le Japon et l'Australie.

Guerre commerciale et retour du dollar fort

Par ailleurs, cette hausse des dividendes au niveau mondial au 2e trimestre est à relativiser car, exprimée en dollars, elle a été tirée par des effets de change. Si Janus Henderson s'attend toujours à une croissance des dividendes pour l'ensemble de l'année 2018 et a même revu ses prévisions à la hausse, la progression récente du dollar devrait toutefois altérer cette amélioration.

La guerre commerciale pourrait également peser sur les bénéfices des sociétés et donc sur la distribution de dividendes dans les prochains mois. Selon Ben Lofhouse, directeur de la gestion de Janus Henderson, "la guerre commerciale avec les États-Unis pourrait avoir une incidence négative sur la rentabilité des sociétés, bien que son ampleur soit largement incertaine à l'heure actuelle". "Nous restons néanmoins optimistes quant à la poursuite de la croissance globale des bénéfices des sociétés l'an prochain. Les taux de distribution dans certaines régions clés du monde, comme le Japon, pourraient également continuer d'augmenter. Les dividendes sont, dans tous les cas, moins volatiles que les bénéfices", explique-t-il.

Sébastien Duhamel - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+312.80 % vs +34.50 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat