Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Marché : Depuis 2010, le volume quotidien d'échanges sur le CAC a fluctué de 800 millions... à 13,5 milliards d'euros

dimanche 24 mars 2019 à 12h00
Les volumes d'échanges les plus extrêmes sur le CAC 40 depuis 2010

(BFM Bourse) - Jours fériés, fermeture des marchés étrangers, "quatre sorcières", panique générale... Les volumes d'échanges sur le CAC 40 fluctuent considérablement en fonction de paramètres difficilement maîtrisables pour les petits porteurs. Zoom sur les dix séances les plus extrêmes qu'a connu la Bourse de Paris depuis le 1er janvier 2010.

Au cours des quelque 2.318 séances qui ont eu lieu entre le 1er janvier 2010 et le 12 mars 2019, les volumes échangés en une journée sur l'indice vedette de la cote parisienne ont évolué entre 809 millions d'euros et 13,551 milliards d'euros. Ils ont donc été multiplié par 16,7 entre le 25 mai 2015 -jour des plus faibles volumes des dix dernières années- et le le 21 septembre 2018.

Comment expliquer un tel écart ? Si l'on regarde de plus près les dix séances qui ont enregistré les volumes d'échanges les moins élevés depuis début 2010 -entre 809 millions et 1,386 milliard d'euros- on s'aperçoit qu'il s'agit uniquement de jours fériés et/ou de séances lors desquelles la place parisienne était quasiment la seule ouverte. Ce qui témoigne du rôle prépondérant joué par les opérateurs étrangers sur la cote parisienne, les volumes disparaissant si ces derniers observent un jour férié.

Bottom 10 des plus faibles volumes depuis 2010

25 mai 2015 (809 millions d'euros) : Cette séance était tombée lors d'un jour férié au Royaume-Uni et aux États-Unis (le "Memorial Day") où les places boursières étaient donc fermées, tout comme celle de Francfort. Ce "record" était donc à mettre sur le compte de "la combinaison d'un jour férié et d'un calendrier économique vide" comme l'avait alors expliqué Christopher Dembik

26 août 2013 (1.1 milliard d'euros) : La Bourse de Londres était restée fermée pour cause de "Summer Bank Holiday" (créé par le "Bank Holidays Act 1871", originellement pour donner aux employés des banques l’occasion de jouer au cricket ou d’aller voir un match) et l'absence de rendez-vous sur le plan économique avait provoqué le fameux "creux du mois d'août".

2 janvier 2017 (1,174 milliard d'euros) : Faute d’investisseurs asiatiques, britanniques, suisses et nord-américains, le volume d’échanges était resté très limité, d'autant que de nombreux opérateurs étaient encore en vacances.

27 mai 2013 (1,231 milliard d'euros) : Les Bourses de Londres et New York fermées avaient donné lieu à un "très fort attentisme de la part d'investisseurs désireux de reprendre leur souffle et qui se sont contentés de gérer les affaires courantes dans un marché sans volume", comme l'avait résumé Jérôme Vinerier, analyste chez Andlil.

15 août 2012 (1,266 milliard d'euros) : Les opérateurs avaient déserté le marché à l'occasion de ce jour férié (Assomption).

30 mai 2016 (1,303 milliard d'euros) : En l'absence des Bourses de New York et Londres fermées pour cause de jour férié (le "Spring bank holiday", le dernier lundi du mois de mai,qui faisait initialement référence au jour de fermeture des banques), la place parisienne avait passé l'essentiel de la séance ancrée près de l'équilibre, sans aucune prise d'initiative majeure.

16 mai 2016 (1,322 milliard d'euros) : En dépit du caractère férié de ce lundi de Pentecôte, la Bourse de Paris avait ouvert pour une séance complète marquée par l'absence de nombreux opérateurs.

29 août 2016 (1,335 milliard d'euros) : Encore une fois, faute d'opérateurs anglo-saxons (la "City" et Wall Street étant restées fermées), le CAC avait connu une séance particulièrement atone, qui tend à prouver que les opérateurs anglo-saxons comptent pour 40 à 50% des volumes quotidiens à Paris.

15 août 2016 (1,343 milliard d'euros) : Le CAC était resté inchangé dans un marché désert en ce 15 août férié en France. "La plupart des opérateurs sont absents", constatait Daniel Larrouturou, directeur général délégué de Diamant Bleu Gestion, qui ajoutait que le marché évoluait dans des "volumes très faible, dans la lignée des jours précédents".

28 mai 2012 (1,386 milliard d'euros) : Malgré une actualité pour le coup assez riche (aggravation de la situation économique en Espagne, propos d'un responsable américain sur la crise de la dette en zone euro, etc.), le volume d'échanges avait été divisé par deux ou trois par rapport aux précédentes séances, en raison, là encore, du lundi de Pentecôte.

Top 10 des volumes les plus élevés depuis 2010

Sans surprise, parmi les 10dix séances ayant enregistré les volumes d'échanges les plus nourris depuis le 1er janvier 2010, six d'entre elles correspondent à des journées dites des "quatre sorcières". Ces séances donnent lieu à des volumes d'échanges particulièrement étoffés puisqu'elles marquent l’arrivée à échéance des options et contrats trimestriels sur actions et indices, amenant les opérateurs à passer des ordres pour déboucler leurs positions.

Ces six séances ont eu lieu le 21 septembre 2018 (13,551 milliards d'euros), le 21 décembre 2018 (11,566 milliards), le 15 juin 2018 (10,846 milliards), le 18 septembre 2015 (10,833 milliards), le 16 décembre 2016 (10,48 milliards) et le 17 septembre 2010 (10,219 milliards). À noter que les trois dernières séances de "quatre sorcières" (en juin, septembre et décembre 2018) ont donné lieu à trois des cinq séances avec le plus de volumes depuis 2010, preuve que le nombre de contrats à terme est en constante augmentation.

Parmi les quatre autres séances avec des volumes particulièrement nourris, on retrouve en deuxième position, le 24 juin 2016, date de la victoire du Brexit à l'issue d'un référendum qui avait provoqué un véritable tsunami sur les places boursières européennes, séance lors de laquelle le CAC avait plongé de 8,04%.

En quatrième position, la séance du 10 mai 2010. Ce jour là, ma Bourse de Paris, comme les autres places européennes, avait connu sa plus forte hausse depuis près de 18 mois (+9,6%), le plan de stabilisation adopté par l'Union européenne et le FMI ayant rassuré les investisseurs sur les risques de contagion de la crise de la dette grecque à d'autres pays de la zone euro.

En septième position, on retrouve un net recul, le 7 mai 2010 (-4,6% pour le CAC), après une téléconférence du G7 qui s'était achevée sur une déclaration formelle, les ministres faisant part de leur décision de surveiller de près l'instabilité qui règne sur les marchés financiers en réaction à la crise de la dette grecque, provoquant des craintes de répercussions à l'échelle mondiale.

Enfin, le 24 août 2015, la Bourse de Paris avait cédé à la panique générale lundi dans le sillage des marchés asiatiques, perdant plus de 8% en séance avant de se reprendre en fin de journée, sur fond d'inquiétudes sur la croissance chinoise, donc mondiale. "Un bain de sang", selon Xavier de Villepion, un vendeur d'actions chez HPC

Quentin Soubranne - ©2019 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+291.60 % vs +12.22 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat