Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Marché : 7 des 10 plus grosses chutes journalières du Dow Jones ont eu lieu depuis l'élection de Donald Trump

dimanche 18 août 2019 à 08h00
7 des 10 plus grosses chutes de l'histoire du Dow ont eu lieu depuis l'élection de Trump

(BFM Bourse) - Mercredi dernier, le Dow Jones Industrial Average a lâché plus de 3%, soit 800 points. Il s'agit de la quatrième plus forte chute de son histoire, en termes de points. Sur les 10 séances au cours desquelles l'indice vedette de Wall Street a perdu le plus de points, sept ont eu lieu depuis l'élection de Donald Trump.

Donald Trump aime la Bourse mais celle-ci ne lui rend pas toujours très bien. Si les principaux indices de Wall Street ont progressé depuis son élection, ils ont connu des remous particulièrement violents, notamment dus aux tweets intempestifs du président américain. Car Donald Trump fait les marchés, depuis qu'il a pris ses quartiers à la Maison Blanche, que ce soit en mettant la pression sur la Fed pour que l'institution monétaire baisse ses taux, ou sur la Chine pour tenter de parvenir à un accord commercial.

Résultat, les marchés réagissent régulièrement de manière violente aux humeurs de Donald Trump, qui a fait de la Bourse le juge de paix de sa politique économique. Et si le Dow Jones et les autres principaux indices new-yorkais ont parfois bondi en réaction à certaines de ces déclarations, ils ont également brusquement décroché, d'autres fois. Sur les 10 plus grosses chutes de l'histoire du Dow Jones Industrial Average, sept se sont ainsi produites depuis l'élection de Donald Trump. Après avoir gonfler de manière quasiment ininterrompue depuis l'arrivée au pouvoir du milliardaire (+34% pour le Dow en 14 mois, du jamais vu depuis 1959), le coup d'arrêt avait été brutal le 5 février dernier, l'indice vedette de la Bourse de New York abandonnant subitement près de 1.200 points (-4,6%). Pour le coup, l'élément déclencheur n'était pas Donald Trump mais l'indicateur de la hausse moyenne des salaires, qui s'était établie à 2,9% sur un an, faisant craindre aux investisseurs que le thermomètre de l’inflation ne se mette à chauffer, avec pour conséquence un resserrement de la politique budgétaire. Et ainsi une hausse des taux d’intérêt de la Fed, la banque centrale fédérale des Etats-Unis.

La deuxième plus forte chute, toujours exprimée en points, intervenait trois jours plus tard, le jeudi 8 février 2018, le Dow avait alors lâché 4,15% (soit 1.033 points), la crainte d’une hausse des taux plus rapide que prévu ayant douché l’euphorie qui régnait depuis des mois sur les marchés. Le plongeon du 10 octobre dernier (-3,15% pour le Dow Jones, soit un repli de 832 points) complète le podium. Ce jour-là, Wall Street avait bouclé une séance éprouvante en très forte baisse sur fond de remontée des taux d'intérêt aux Etats-Unis. Donald Trump avait alors affirmé que "la Fed [était] devenue dingue", dans une nouvelle critique de la Réserve fédérale américaine et sa politique de relèvement des taux d’intérêt.

Rompant avec la tradition d'indépendance de la puissante institution monétaire, le président américain avait ainsi alimenté la panique sur les marchés, et incité les investisseurs à se délester de leurs actions. Le net repli de mercredi dernier (-3,04%, ce qui correspond à un recul de 800 points) est pour sa part imputable aux craintes de récession de l'économie mondiale, alimentées par l'inversion de la courbe des taux sur le marché obligataire américain mais aussi par les tensions commerciales toujours vives entre Washington et Pékin, ainsi que par la croissance chinoise et européenne qui marquant le pas. Enfin, le 5e plus fort repli journalier du Dow Jones était intervenu le 4 décembre dernier. Wall Street avait alors fini en recul de plus de 3%, la tendance à l’inversion de la courbe des taux ayant lourdement pesé sur les valeurs financières, tandis que les technologiques et les industrielles retombaient dans le doute sur la capacité de Washington et Pékin à parvenir à un accord commercial durable. Donald Trump avait alors menacé la Chine de nouvelles sanctions douanières s'il s'avérait qu'un "véritable accord" n'était pas possible.

Également parmi les 10 plus fortes chutes quotidiennes de l'histoire du Dow Jones -indice créé en 1896- figurent les séances du 22 mars 2018 (7e position) et du 2 février 2018 (10e position). Pour la première citée, Wall Street avait accueilli avec une inquiétude marquée l’annonce par Donald Trump de sanctions commerciales contre la Chine qui pourraient entraîner des représailles de Pékin. Début février 2018, la Bourse de New York avait connu sa pire séance en deux ans sous le coup à la fois d'une série de résultats d'entreprise jugés décevants et de craintes de voir les taux d'intérêt être relevés plus vite que prévu au vu de la vive hausse des salaires observée en janvier.

Aucune des 10 plus grosses chutes en pourcentage

Les plongeons évoqués ci-dessus sont toutefois à relativiser, aucune des séances précédemment citées n'entrant dans le top 10 des plus fortes chutes, en pourcentage, de l'histoire du Dow Jones. Wall Street s'était en effet littéralement effondrée le 19 octobre 1987, abandonnant 22,6% sur une séance appelée "Black monday" en référence au "Black thursday" du 28 octobre 1929, première journée du long krach d'octobre 1929 qui fit entrer les États-Unis dans la Grande dépression. Le krach d'octobre 1987 s'était déroulé en deux temps et avait donc culminé le 19 octobre à la suite d'une vive remontée des taux d'intérêt à long terme. Après avoir cédé plus de 4% et cassé un support technique important le vendredi 16 octobre, l'annonce d'un déficit commercial important des États-Unis et le relèvement des taux directeurs de la banque centrale allemande, la Bundesbank, avaient causé un vaste mouvement de panique et provoqué la dégringolade des principales Bourses mondiales dès l'ouverture des échanges le lundi matin.

En 1929, la situation était quelque peu différente. Entre mars 1926 et octobre 1929, le cours des actions augmente de 120%. Le 3 septembre, l'indice Dow Jones atteint 381,17 points, un niveau qu'il n'atteindra plus avant... 1954. Le 16 octobre de la même année, l'économiste américain -et prix Nobel- Irving Fisher déclare que "Les cours ont atteint ce qui semble être un "permanently high plateau" (ou "plafond perpétuel"). Quelques jours avant le krach (les 18, 19 et 23 octobre notamment), les premières ventes massives ont lieu. Ce sont encore des prises de bénéfices, mais elles commencent à entraîner les cours à la baisse. Le jeudi 24 octobre marque la première grande panique. Le matin, il ne se trouve presque pas d'acheteurs, quel que soit le prix, et les cours s'effondrent. À midi, l'indice Dow Jones a perdu 22,6 %. Une émeute éclate à l'extérieur du New York Stock Exchange, et plusieurs opérateurs se seraient suicidés. Finalement, l'intervention directe d'investisseurs institutionnels menés par le vice-président du NYSE Richard Whitney permettra de limiter la perte, sur cette séance, à 2,1%.

C'est le lundi suivant, le 28 octobre, que le cycle s'emballe. Contrairement au jeudi précédent, les banques n'interviennent pas et le Dow lâche 12,8%, un record qui aura tenu jusqu'en 1987. Le 29 octobre, le "mardi noir", le volume échangé atteint 16,4 millions de titres (contre près de 10 millions la veille, deux records coup sur coup). Les téléimprimeurs ont jusqu'à deux heures et demie de retard sur les cours. L'indice Dow Jones perd encore 11,7%. Rebelote quelques jours plus tard avec un nouveau repli de 10% sur le 6 novembre (4e plus forte chute en pourcentages de l'histoire du Dow). Entre le 22 octobre et le 13 novembre, le Dow avait ainsicédé 39% de sa valeur.

Parmi les 10 plus fortes chutes en pourcentages de l'histoire du Dow Jones, on trouve seulement une séance au 21e siècle, celle du 15 octobre 2008 au cours de laquelle le baromètre de la place new-yorkaise avait cédé près de 8% en réaction à la faillite de Lehman Brothers, élément déclencheur de la crise des subprimes.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+329.20 % vs +12.20 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat