Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Après une année record, les opérations d'actionnariat salarié ont un peu ralenti en 2019

lundi 8 juin 2020 à 15h44

(BFM Bourse) - Malgré un léger déclin par rapport au montant record de 2018, le total des opérations d'actionnariat salarié -hors stock-options- est resté "particulièrement élevé" à 3,37 milliards d'euros, selon le données préliminaires du baromètre annuel d'Eres. Le début de l'année 2020 marque encore un certain ralentissement.

Acheter des actions avec une décote et/ou un abondement de la part de son employeur, voilà une technique d'investissement qui ne cesse de convaincre les épargnants français - du moins ceux qui ont la possibilité de bénéficier d'un programme d'actionnariat salarié. Pour l’année 2019, les premiers résultats du panorama annuel réalisé par Eres confirment la popularité de l'actionnariat salarié dans l'Hexagone. Le montant total souscrit par les salariés des entreprises du SBF 120 s'est élevé à 3,37 milliards d'euros, le deuxième pic le plus haut enregistré jusqu'à présent après le record de 3,43 milliards de 2018. À titre de comparaison, depuis la création du baromètre en 2012, la moyenne annuelle s'établit à 2,46 milliards d'euros.

"L’actionnariat salarié s’inscrit ainsi dans la durée comme un outil efficace pour dynamiser le management et la performance des grandes entreprises", fait valoir Eres, qui gère plus de trois milliards d’euros d’encours pour le compte de plus de 200.000 bénéficiaires salariés de 18.000 structures - de très petites entreprises à de grands groupes cotés constituant l'échantillon du panorama.

"L’année 2019 s’inscrit dans la dynamique de croissance des années précédentes : les entreprises du SBF 120 ont à nouveau massivement mobilisé le levier de l’actionnariat salarié. Le nouvel environnement réglementaire lié à la loi PACTE, combiné à une prise de conscience de l’enjeu du partage du profit, a encouragé de nombreuses entreprises à ouvrir davantage leur capital à leurs salariés", analyse Pierre-Emmanuel Sassonia, directeur associé chez Eres. En volume, cela correspond à 40 opérations collectives (augmentations de capital réservées aux salariés et cessions d’actions) menées par 36 entreprises du SBF 120, contre 38 opérations recensées en 2018.

Léger ralentissement du nombre d’opérations

Les résultats définitifs, susceptibles de correction à la marge, complétés de données supplémentaires comme le montant moyen de l'épargne salariale par employé, seront divulgués lors de la publication de la version complète du panorama en septembre.

S'agissant de l'année en cours, Eres constate que la tendance résiste, même si l’instabilité liée à la crise économique et financière actuelle semble avoir engendré un léger ralentissement du nombre d’opérations d’actionnariat salarié proposées depuis le début de 2020. "Il est par ailleurs intéressant de constater que les premières opérations d’actionnariat salarié réalisées continuent à rencontrer un grand succès en termes de participation (...). Cela témoigne de la confiance des salariés en leur entreprise, mais aussi de la pertinence des dispositifs de décote et d’abondement, qui créent un amortisseur permettant de lisser le risque des salariés épargnants", commente Alexis de Rozières, également directeur associé..

À fin mai 2020, Eres comptabilise ainsi que 13 sociétés du SBF 120 ont lancé autant d'opérations d’actionnariat salarié collectives. douze d'entre elles ont appliqué une décote sur le prix de l’action, de 18,5% en moyenne.

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+310.80 % vs -1.24 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat