Bourse > Actualités > Interviews > Emeric Blond : "On se dirige vers un âge d'or de la biotech française"

Emeric Blond : "On se dirige vers un âge d'or de la biotech française"

Emeric Blond, Financière de ChamplainEmeric Blond, Financière de Champlain

(Tradingsat.com) - Avec une performance de +36,5% en 2014, le fonds Performance Vitae de la Financière de Champlain s’est illustré en 2014, porté par la bonne orientation des valeurs de santé qui le composent. Son gérant, Emeric Blond, a notamment profité de l’envol de certaines biotechs emblématiques, telles que Genfit ou Adocia, sur lesquelles il continue de miser.

Tradingsat.com : Le fonds comprend des biotechs, des medtechs, des laboratoires spécialisés… Comment construisez-vous votre portefeuille ?

Emeric Blond : Performance Vitae investit dans tous les sous-secteurs de la santé : la biotech, la pharmacie, le diagnostic, la certification, les équipements médicaux, l’informatique médicale, les maisons de retraites etc. Les laboratoires spécialisés représentent près de la moitié du fonds, les biotechnologies environ 30%, les équipements médicaux un peu moins de 20%… Le but est de trouver un équilibre entre, d’un côté, des sociétés de technologie médicale ou des laboratoires spécialisés qui génèrent du chiffre d’affaires et des résultats, et des sociétés de biotechnologies qui représentent des paris à fort potentiel sur l’avenir. Avec les premières, on valorise le présent et le futur, tandis qu’avec les secondes il s’agit uniquement de valoriser le futur. C’est plus risqué, mais le potentiel peut-être énorme.

Tradingsat.com : Comment sélectionnez-vous les valeurs ?

Emeric Blond : La méthode est différente selon le sous-secteur. Par exemple, la plupart des medtechs sont rentables, génèrent du résultat, avec une marge opérationnelle, du cash… L’idée est de les comparer à leur environnement concurrentiel, d’essayer de détecter celles dont l’innovation va pouvoir révolutionner leur domaine thérapeutique. Pour les laboratoires spécialisés et les biotechs, je regarde le portefeuille de produits en développements, s’il est plus ou moins avancé, avec des produits en phase clinique I, II ou III. Le cash est le nerf de la guerre, il faut savoir si la société peut financer son développement jusqu’à la mise sur le marché de son produit. Mais il suffit aussi qu’elle obtienne de très bons résultats cliniques pour que son cours de bourse s’envole, lui permettant de lever facilement de l’argent sur le marché. Sans oublier qu’elle peut faire l’objet d’une offre de rachat d’un gros laboratoire…

Tradingsat.com : Comment analysez-vous l’« explosion » du secteur des biotechnologies à Paris ?

Emeric Blond : Le secteur a végété pendant longtemps à Paris, avec deux ou trois valeurs phares qui n’ont pas répondu aux attentes. Aujourd’hui, et malgré les envols de valorisation déjà observés, on assiste non pas à un haut de cycle mais à un commencement. C’est peut-être le début d’un âge d’or pour la biotechnologie française. Il n’est pas impossible qu’à court ou moyen, voire à long terme, des biotechs telles que Genfit, Adocia, DBV Technologies ou encore Innate Pharma, deviennent les Vertex, Gilead ou Actelion de demain.

Tradingsat.com : Genfit, la première position de votre portefeuille, vaut déjà en bourse près de 1,4 milliard d’euros.

Emeric Blond : Genfit ne valait rien ou presque il y a deux ou trois ans. Son produit phare, le GFT 505 vise à traiter la NASH, maladie en plein essor caractérisée par une dégénérescence du foie mais d’origine non alcoolique, causée par une alimentation trop riche. Or, la NASH n’a été reconnue que récemment par la FDA américaine comme une indication à part entière nécessitant un traitement spécifique. Depuis c’est la course entre les quelques sociétés en pointe sur le sujet, dont l’américain Intercept Pharmaceuticals, valorisé aujourd’hui plus de 4 milliards de dollars.

Tradingsat.com : Mais, contrairement à Intercept, Genfit n’a pas encore publié les résultats de phase IIb sur son produit.

Emeric Blond : En effet, mais il y a un an exactement, la capitalisation boursière d’Intercept sur le Nasdaq était passée de 1,4 milliard de dollar à près de 4 milliards de dollars à l’annonce des résultats de phase IIb de son produit dans la NASH, les objectifs des analystes prédisant même 9 milliards de capitalisation à terme. Rien n’empêche de penser que Genfit puisse atteindre, pourquoi pas, les 4 milliards de capitalisation, à condition évidemment que les résultats de la phase IIb de son produit, le GFT 505, soient positifs.

Tradingsat.com : Quelle est la meilleure approche selon vous avant ces résultats cliniques. Vaut-il mieux garder ou profiter de la spéculation pour vendre ou alléger ?

Emeric Blond : Dans un portefeuille, l’idée est de se fixer un objectif de cours et une pondération cible maximale. Si, par chance, vous atteignez cet objectif avant l’annonce des résultats en question, il peut s’avérer avisé d’écrêter sa position afin de protéger ses gains. Sur Genfit, je préconiserais de se renforcer en cas de fluctuation baissière pour jouer la hausse du titre jusqu’à mi-mars. Ensuite, rester ou non fortement pondéré sur le titre est une question de conviction. Il ne faut pas perdre de vue non plus que des résultats négatifs seraient lourdement sanctionnés. C’est un dossier binaire, le jackpot dans un cas, ou la chute verticale dans l’autre.

Tradingsat.com : Adocia réalise également un parcours boursier spectaculaire et figure aussi dans votre portefeuille.

Emeric Blond : L’accord qu’ils ont conclu avec Eli Lilly sur leur insuline ultra rapide BioChaperone Lispro leur a redonné d’emblée une position de trésorerie très confortable. Il reste du potentiel en bourse. Le « newsflow » va rester dense cette année. On attend au premier trimestre 2015 les résultats de phase IIa sur Hinsbet, une insuline humaine reformulée pour être aussi rapide que les insulines analogue. Un essai clinique de phase III devrait démarrer en Europe dans le traitement de l’ulcère du pied diabétique, une maladie sévère qui touche 10 millions de personnes, et des résultats de l’étude de phase III réalisée en Inde pour cette même indication sont ensuite attendus au premier trimestre 2016. Sans oublier qu’une étude dose-réponse de phase II doit être lancée prochainement avec la combinaison d’insuline lente et d’insuline rapide BioChaperone Combo, l’autre produit phare d’Adocia, pour lequel la société souhaite conclure un accord de licence.

Tradingsat.com : Votre avis sur DBV Technologies, autre valeur de votre portefeuille dont la capitalisation boursière dépasse le milliard d’euros ?

Emeric Blond : La question du traitement de l’allergie à l’arachide revêt une importance considérable aux Etats-Unis, ou ce problème est très largement médiatisé et fait figure de cause nationale. Avec environ 1% de la population américaine touchée par les allergies à l’arachide et les fruits à coque, le potentiel est énorme. DBV Technologies a choisi de se développer seul sur le territoire américain, mais j’ai le sentiment qu’ils pourraient revoir leur position en fonction de ce qu’on leur propose. Par ailleurs, leur approche thérapeutique d’immunothérapie épicutanée pourrait à terme se voir déclinée dans d’autres champs thérapeutiques.

Tradingsat.com : Vous détenez également une position significative sur Innate Pharma.

Emeric Blond : Innate Pharma figure en pointe dans le domaine très porteur et très à la mode de l’immuno-oncologie, qui vise à intervenir sur les points de contrôle du système immunitaire pour traiter le cancer et des maladies inflammatoires. Le cas d’investissement est intéressant notamment pour sa dimension spéculative, avec la signature possible de partenariats pour deux de ses molécules, l’IPH2201 dans le cancer épidermoïde de la tête et du cou, et l’IPH4102 dans les Lymphomes T cutanés. Le Lirilumab est déjà licencié à Bristol-Myers Squibb. La société est par ailleurs dans une position financière confortable.

Tradingsat.com : Si vous deviez citer une valeur de biotechnologie américaine à fort potentiel ?

Emeric Blond : J’apprécie beaucoup TG Therapeutics, présente également dans le domaine de l’immuno-oncologie. Ils sont parvenus à développer des molécules, qui, associées à des traitements standards, ont permis de quasiment doubler la survie des patients. Avec une capitalisation boursière de 600 millions de de dollars, ils peuvent susciter l’intérêt de gros laboratoires, tels que Pharmacyclics par exemple. Leur produit TG-1101, en combinaison avec celui de Pharmacyclics a donné des résultats prometteurs dans la leucémie.

Tradingsat.com : La présence de sociétés américaines dans votre portefeuille n’empêche pas votre fonds d’être éligible au PEA.

Emeric Blond : Absolument. Je ne peux pas aller au-delà de 25% d’investissements hors Europe. Cela a pu empêcher le fonds de faire aussi bien que les fonds biotech santé US à une époque, mais la tendance s’est inversée. Performance Vitae a profité de la montée en puissance du secteur en Europe pour battre la plupart des fonds spécialisés Santé américain l’an dernier. Performance Vitae a fait +36,5% de hausse en 2014 et a débuté 2015 sur des bases très positives.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI