Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Quand la SEC décrypte la frénésie autour de GameStop et des autres "meme stocks"

samedi 23 octobre 2021 à 07h00
La SEC revient sur la frénésie autour de GameStop

(BFM Bourse) - Ce sont les investisseurs individuels coalisés sur Reddit, et non les vendeurs à découvert, qui ont provoqué la spectaculaire flambée du titre du distributeur de jeux vidéo et des autres "meme stocks" selon un rapport de la SEC publié ce lundi.

Dix mois se sont écoulés depuis qu'une horde d'investisseurs individuels ligués via Reddit a provoqué des remous déconcertants à Wall Street, avec à la clef des flambées inouïes de plusieurs titres (depuis baptisés "meme stocks") dont le plus célèbre d'entre eux, le distributeur de jeux vidéo GameStop. Le gendarme boursier a décidé de faire la lumière sur cet emballement collectif.

Dans un rapport de 44 pages, la SEC prend soin de détailler la structure du marché dans laquelle les événements se sont produits afin de comprendre le rôle des courtiers -notamment Robinhood- dans ceux-ci. Et elle affirme que le phénomène est principalement imputable à l'augmentation spectaculaire du nombre d'investisseurs ayant misé sur le titre.

"La dynamique liée à la vente à découvert fait également partie intégrante de l'histoire de GameStop. (...) Cependant, certains médias ont établi un lien direct entre l'activité de négociation et la présence d'intérêts à court terme, caractérisant la négociation de GameStop comme un acte de rébellion destiné à humilier les investisseurs professionnels qui vendent à découvert et qui auraient ciblé le titre" relève la SEC. Or, si le régulateur note que "GME (GameStop, NDLR) a connu de fortes augmentations de prix en même temps que les principaux vendeurs à découvert connus couvraient leurs positions courtes après avoir subi des pertes importantes, ce qui a probablement contribué à la première flambée du titre du 22 au 27 janvier, (...) ces achats ne représentaient qu'une petite fraction du volume d'achat global. et le cours de l'action GME est resté élevé après que les effets directs de la couverture des positions courtes se soient estompés" peut-on lire dans le rapport.

Loupe médiatique après l'arrivée de Ryan Cohen

"Qu'il soit motivé par le désir d'évincer les vendeurs à découvert et donc de profiter de la hausse des prix qui en résulte, ou par la croyance dans les fondamentaux de GameStop, c'est le sentiment positif, et non les achats à découvert, qui a soutenu l'appréciation du prix de l'action pendant des semaines" conclut celui-ci.

Le rapport pointe néanmoins le fait que "certains comptes institutionnels avaient des intérêts courts importants dans GME avant janvier 2021, celui-ci ayant atteint 122,97% du flottant ce mois-là (ce qui est rendu possible par les "naked shorts" sans besoin de contrepartie, NDLR),soit bien plus que tous les autres "meme stocks" (77,3% pour Dillard's, 66% pour Bed Bath & Beyond, 62% pour National Beverage ou encore 11,4% pour AMC Entertainment).

La SEC rappelle que l'attention des médias sur GameStop a augmenté avec l'annonce, le 11 janvier dernier, de la nomination de Ryan Cohen (cofondateur de Chewy) au conseil d'administration. Ce même jour, GME a atteint un sommet "intraday" de 20,65 dollars (+17% par rapprot à la veille). Le cours du titre et le volume de transactions ont ensuite sensiblement augmenté à partir du 13 janvier, lorsque le prix de clôture est passé à 31,40 dollars, contre moins de 20 dollars le jour précédent, dans un volume d'échanges ayant atteint 144 millions de titres, contre environ 7 millions la séance précédente, rembobine la SEC. Le 22 janvier, le cours du titre GME a ensuite bondi de 71% en trois heures pour clôturer à 72 dollars. Avant d'atteindre près de 350 dollars par action le 27 janvier (soit +1.600 % par rapport à son cours de clôture du 11 janvier), puis son record annuel "intraday" à 483 dollars le lendemain.

Du 13 au 29 janvier, une moyenne d'environ 100 millions d'actions GME ont été échangées par jour, soit une hausse de plus de 1.400% par rapport à la moyenne de 2020. Le 22 janvier 2021, jour où le volume d'actions de GME a été le plus élevé du mois, 197,2 millions d'actions GME ont été échangées, pour plus de 10 milliards de dollars. En montant, le volume d'échanges le plus élevé date du 28 septembre, plus de 30 milliards de dollars de titres GME ayant changé de main ce jour-là, soit près de dix fois le volume d'échanges total journalier sur l'ensemble des valeurs du CAC 40.

Des fonds spéculatifs peu touchés

Si GameStop a connu des progressions journalières impressionnantes, le régulateur souligne par ailleurs que de nombreux autres "meme stocks", à l'instar de KOSS (+480%), AMC (+301%), NAKD (+252%) ou Express (+214%) ont signé, lors de la même séance du 28 janvier, des hausses bien plus importantes que la plus forte hausse journalière de GME en 2021.

Autre conclusion du rapport: les fonds spéculatifs sont restés largement indemnes. Une poignée d'entre eux, dont Melvin Capital, ont toute de même perdu des milliards de dollars à cause de leurs paris baissiers sur GameStop, mais l'ensemble du secteur n'a pas été affecté de manière significative, la SEC soulignant qu'aucun fonds n'a connu de problème de liquidités ou des difficultés avec les contreparties.

La SEC s'interroge par ailleurs sur les nouveaux courtiers en ligne type Robinhood et leurs applications dont les caractéristiques s'apparentent à celles d'un jeu, avec notamment des animations festives à chaque "trade" effectué, visant à encourager les investisseurs à effectuer davantage d'opérations. "Le paiement du flux d'ordres et les incitations qu'il crée peuvent inciter les courtiers-négociants à trouver de nouvelles façons d'augmenter les transactions de leurs clients" note également le régulateur, qui pointe ici du doigt le modèle économique de ces nouveaux "brokers". Parmi les sources de revenus controversées de Robinhood figure en effet la revente à des sociétés de trading à haute fréquence la possibilité d’exécuter à sa place les ordres passés par ses clients sur sa plateforme. Le rapport note ainsi qu'une grande partie du flux d'ordres de détail de GameStop a été achetée par des grossistes et exécutée hors bourse.

Enfin, la SEC insiste sur le fait que les investisseurs particuliers n'ont "aucune assurance qu'ils ne seront pas confrontés à des restrictions de négociation à l'avenir", en référence à l'interruption des échanges décrétée par Robinhood sur le titre GME en plein "rallye" ayant déclenché la colère des investisseurs particuliers. "Dans leurs conventions de compte client, certains courtiers-négociants se réservent le droit de refuser les ordres des clients ou d'annuler des transactions sans préavis. De telles mesures peuvent être prises, par exemple, pour des raisons juridiques, de conformité ou de gestion des risques", indique le rapport.

"Gamification" des transactions

Le régulateur souligne néanmoins que les événements appellent à un examen encore plus minutieux des facteurs qui ont poussé les maisons de courtage à restreindre la négociation, les pratiques d'engagement numérique, les "dark pools" et les teneurs de marché, ainsi que la vente à découvert. Le président de la SEC, Gary Gensler, a déjà indiqué que le paiement des flux d'ordres et la "gamification" des transactions feraient l'objet d'un examen minutieux de la part de la SEC.

"L'extrême volatilité des "meme stocks" en janvier 2021 a mis à l'épreuve la capacité et la résilience de nos marchés de valeurs mobilières d'une manière que peu auraient pu prévoir. Dans le même temps, les transactions ces titres ont mis en évidence une caractéristique importante des marchés des valeurs mobilières des États-Unis au XXIe siècle: une large participation. Il existe de nombreux types d'investisseurs différents, et ils achètent et vendent des actions pour de nombreuses raisons différentes. Toutefois, lorsque le cours des actions varie rapidement et que les sociétés de courtage suspendent soudainement les transactions, les investisseurs peuvent perdre de l'argent" conclut ce long rapport.

Quentin Soubranne - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+312.10 % vs +41.57 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat