Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Pékin serre la vis sur les prêts en ligne juste avant l'entrée en Bourse historique d'Ant Group

mardi 3 novembre 2020 à 13h18
Pékin serre la vis sur la finance en ligne

(BFM Bourse) - Quelques jours avant l'introduction en Bourse record d'Ant Group, son fondateur Jack Ma et deux autres dirigeants de la "fintech" ont été prévenus par les régulateurs financiers que son activité de prêt en ligne va être soumise à un contrôle gouvernemental plus strict selon Reuters.

Le milliardaire chinois Jack Ma (première fortune de l'empire du Milieu et 13e mondiale avec 66 milliards de dollars) a été "convoqué" par les régulateurs financiers du pays, quelques jours avant la colossale entrée en Bourse d'Ant, le géant du paiement en ligne dont il est l'actionnaire principal.

Ant Group, société affiliée au mastodonte du commerce électronique Alibaba, doit placer jeudi pour plus de 34 milliards de dollars d'actions sur les places de Hong Kong et Shanghai, ce qui constitue la plus grosse introduction en Bourse de l'histoire de la finance mondiale.

Mais à quelques jours de l'événement, Jack Ma, fondateur d'Alibaba, ainsi que le président d'Ant, Eric Jing, et son directeur général, Simon Hu, ont été convoqués lundi pour un "entretien réglementaire" avec des représentants de la banque centrale et des gendarmes de la Bourse, du marché des changes et du secteur bancaire, ont annoncé les autorités dans un communiqué inhabituel.

21% des prêts à la consommation du pays

Dans un communiqué, le groupe lui-même a précisé que l'entretien avait consisté en "un échange de vues autour de la santé et de la stabilité du secteur financier". "Ant Group est prêt à mettre en œuvre en profondeur les opinions émises lors de la réunion", a assuré l'entreprise. Récemment montré du doigt dans les médias chinois pour les risques que pourraient constituer ses activités de prêts en ligne, Ant se serait vu signifier, selon des sources qui se sont confiées à Reuters, que son activité de prêt à la consommation, fera l'objet d'un examen plus approfondi sur des questions telles que l'adéquation des fonds propres et les ratios d'endettement.

Cette décision intervient alors que certains régulateurs ont été "surpris" par les chiffres commerciaux et financiers de Ant, notamment l'ampleur et la rentabilité de son activité de crédit, dont les détails ont été divulgués pour la première fois dans son prospectus d'introduction en bourse fin août, a déclaré l'une de ces sources. La division de crédit de Ant a de fait contribué à près de 40% des revenus du groupe sur les six premiers mois de l'année. Celle-ci comprend ses activités de crédits à la consommation, dont Huabei (qui fonctionne comme un service de carte de crédit virtuel) et Jiebei (fournisseur de prêts à court terme). Fin juin, le solde des prêts à la consommation de Ant s'élevait à 1.700 milliards de yuans (217 milliards d'euros), soit 21 % de l'ensemble des prêts à la consommation à court terme émis par les institutions financières chinoises.

"Les régulateurs ont longtemps cherché à freiner la croissance rapide du secteur des prêts en ligne afin de prévenir les risques systématiques pour le vaste secteur financier", a déclaré la source, toujours à Reuters. À cet égard, "l'introduction en Bourse très médiatisée de Ant est devenue le point de basculement, car elle incite tous les régulateurs concernés à redoubler d'efforts pour examiner son activité tentaculaire" a-t-elle ajouté".

Craintes des autorités sur les défauts de paiement

Dans une économie où se font sentir les répercussions économiques de la pandémie, et alors que Pékin craint une hausse des défauts de paiement, les quatre régulateurs présents à la réunion ont indiqué à Ant que le groupe allait devoir se conformer aux nouvelles règles de microcrédit édictées la veille (dans un projet de règlement) par la banque centrale chinoise et l'autorité de régulation bancaire, selon la deuxième source.

Les régulateurs se concentrent sur les banques qui utilisent massivement des "micro-prêteurs" ou des plateformes technologiques tierces comme celle du groupe de Jack Ma pour souscrire des prêts à la consommation. Le projet, ouvert aux commentaires du public jusqu'au 2 décembre, vise principalement à relever la barre pour que ces micro-prêteurs puissent accorder des prêts en ligne directement aux consommateurs ou conjointement avec les banques, tout en limitant le montant qu'ils peuvent prêter. Il exige notamment que les petits prêteurs en ligne fournissent au moins 30% de tout prêt qu'ils financent conjointement avec les banques, ce qui nuira largement à la rentabilité du modèle commercial actuel d'Ant, selon les analystes. De fait, seuls 2% des 1.700 milliards de yuans de prêts à la consommation facilités par Ant figuraient dans son bilan à la fin du mois de juin, selon son prospectus.

Ant Group s'apprête à battre le record de Saudi Aramco

Outre les 731 millions d'utilisateurs mensuels actifs de sa plateforme de paiement Alipay, omniprésente en Chine, Ant s'est diversifié ces dernières années dans les services financiers, permettant par exemple aux utilisateurs d'obtenir un emprunt en quelques clics. Le développement des services financiers en dehors du secteur bancaire préoccupe les régulateurs. Dimanche, le quotidien Financial News s'inquiétait de l'expansion infinie des géants de l'internet et d'une "grave contagion des risques".

Jack Ma lui-même a paru critiquer les régulateurs fin octobre lors d'un discours à Shanghai dans lequel il se vantait du record boursier qu'Ant s'apprête à battre, après celui d'Alibaba à Wall Street en 2015 (25 milliards de dollars).

Ce record a été battu l'an dernier par le géant saoudien du pétrole Saudi Aramco (29,4 milliards de dollars). En s'introduisant à Shanghai et Hong Kong, Ant Group répond à l'appel de Pékin, qui souhaite voir ses fleurons technologiques se coter sur les places boursières nationales, dans une période de rivalité économique et politique acérée avec les Etats-Unis.

“C’est la première fois que le prix d’une introduction en Bourse d’une telle taille, la plus importante de l’histoire, a été fixé en dehors de New York”, a dit Jack Ma lors du sommet du Bund à Shanghai le 24 octobre dernier. “Nous n’aurions pas osé y penser il y a cinq ans, ou même trois ans (...) Un miracle s’est produit” avait-il alors ajouté

(avec AFP)

Quentin Soubranne - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+323.00 % vs +14.73 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat