Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

La Perla valorisé 577 millions d'euros lors de ses premières cotations

vendredi 6 septembre 2019 à 16h40
La Perla progresse dans un volume étroit

(BFM Bourse) - En pleine restructuration après son rachat par le financier Lars Windhorst, la maison de lingerie fine italienne a fait son entrée en Bourse de Paris via une société de droit néerlandais. Une entrée par la petite porte, mais qui pourrait avoir pour effet d'améliorer le rating d'autres titres, par exemple des titres de créances, émis par La Perla.

Introduit vendredi en Bourse de Paris, le groupe La Perla Fashion Holding a vu son cours monter jusqu'à 5,50 euros en séance, soit 22% de hausse par rapport au cours de référence fixé pour les besoins de l'opération. Celle-ci a pris la forme d'une cotation directe, c'est-à-dire une inscription des titres à la cote sans qu'il soit proposé au public de souscrire à des actions, qu'elles soient nouvelles ou cédées par un actionnaire de référence.

Racheté en 2018 par le financier allemand controversé Lars Windhorst, le créateur, fabricant et détaillant de lingerie de luxe avait annoncé lundi son intention d'entrer sur Euronext Paris. La cotation à Paris de La Perla Fashion Holding, un marché de capitaux de premier plan pour les entreprises du luxe, augmentera la visibilité de La Perla et améliorera son accès au capital", avait commenté Pascal Perrier, nommé directeur général de la société bolognaise l'an dernier après avoir notamment passé 18 ans chez Burberry.

Le flottant limité à 3,6% du tour de table

La hausse constatée vendredi avait toutefois lieu dans des volumes très réduits, une cotation directe générant par nature peu d'écho sur le marché. Moins de 15.000 titres avaient changé de mains à 16h00, soit environ 0,015% du capital seulement de La Perla.

Selon Cofisem, le capital de la société est majoritairement détenu (72%) par la holding La Perla Fashion Finance B.V., émanant du groupe Tennor de Lars Windhorst, à 14,6% par Heritage Travel and Tourism Ltd. et à 9,50% par H2O Asset Management, une société de gestion d'actifs du groupe Natixis, la part du flottant se limitant à 3,6%.

Après avoir connu une progression considérable du montant de ses actifs sous gestion, grâce à une importante collecte soutenue par des performances supérieures à la moyenne des autres fonds obligataires, H2O Asset Management, appartenant au réseau de boutiques de gestion opérant de façon relativement autonome au sein de Natixis, a subi en juin dernier une fuite de capitaux après une remise en question de la liquidité et de la valorisation réelle de certains instruments de dette souscrits par ses gérants.

Risque de conflit d'intérêts

En juin dernier, le FT Alphaville avait révélé que H2O avait significativement investi sur des actifs peu liquides émis par Lars Windhorst, un financier utilisant des montages à fort endettement, déjà à l'origine de plusieurs faillites et litiges avec ses créanciers. Tout en précisant qu'il était difficile à évaluer précisément l'exposition de la société de gestion, le journal britannique estimait que H2O semblait détenir plus de 1,4 milliard d'euros de titres de créances émis par différentes sociétés de Lars Windhorst. En outre, la société de notation Morningstar a souligné le risque de conflit d'intérêts suite à la nomination de Bruno Crastes, directeur général de H2O, au conseil de surveillance de Tennor Holding.

La Perla Fashion Finance B.V. a émis dernièrement pour 500 millions d'euros d'obligations à 7,25% d'intérêt annuel.

Le fait de coter le capital de La Perla sur un marché tel qu'Euronext peut avoir pour effet d'améliorer le niveau de liquidité d'autres instruments, tels que de la dette, émis par l'entreprise, par exemple s'ils sont adossés à des actions.

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+331.80 % vs -4.19 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat