Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

6.600 milliards de dollars échangés chaque jour, la démesure du marché des devises

samedi 28 septembre 2019 à 12h00
Le Forex est le plus gros marché au monde

(BFM Bourse) - Après avoir reculé entre 2013 et 2016, le volume d'échanges quotidien de devises s'est accéléré au cours des trois dernières années, passant de 5,1 à 6,6 milliards de dollars par jour. Si le dollar conserve son statut de monnaie de référence, la part des échanges réalisés en euros a légèrement augmenté sur la période.

Vertigineux. Le plus gros marché du monde, celui des devises, a vu ses volumes d'échanges quotidiens bondir de 30% en trois ans, à un record de 6.590 milliards de dollars par jour, selon les chiffres publiés lundi 16 septembre par la Banque des règlements internationaux, considérée comme la Banque centrale des banques centrales. L'institution basée à Bâle en Suisse mène une enquête triannuelle pour suivre les grands mouvements sur ce marché méconnu qu'est le "Forex" (pour Foreign currency exchange).

Celui-ci avait, pour la première fois en vingt ans ans, enregistré une baisse de 6% des volumes d'échanges sur les monnaies entre 2013 et 2016. Le rebond observé sur les trois dernières années s'explique par les nombreuses actualités (Brexit, élection de Trump, inquiétudes sur l'économie de la zone euro, crise sur certaines monnaies émergentes, etc.) ayant suscité un regain de volatilité sur les devises. Depuis 2009, ces volumes d'échanges ont ainsi plus que quintuplé. Et sur les trois dernières années, cette croissance vertigineuse a principalement été portée par les transactions sur les produits dérivés, l'activité se développant encore plus rapidement sur les opérations sur les "swaps" de change (+34%) que sur celles au comptant (+20%).

Le "roi dollar"

Les trois monnaies les plus négociées restent le dollar, loin devant l'euro, dont le poids a toutefois légèrement augmenté, et le yen japonais, lequel a au contraire vu sa part quelque peu fléchir sur fond de repli des transactions yen/dollar.

"Le dollar a conservé son statut de monnaie dominante" note la BRI, qui précise que le billet vert est présent d'un côté ou de l'autre dans 88,3% de l'ensemble des échanges. D'un côté ou de l'autre car le Forex est un marché sur lequel les devises dites convertibles (paire de devises) sont échangées l’une contre l’autre. Loin derrière le dollar américain, on retrouve donc la monnaie unique européenne, utilisée dans 32,3% des échanges, une part de marché en augmentation (31,4% en 2016). Le yen, qui voit sa part reculer de 21,6% à 16,8%, complète le podium. À noter que, "comme dans les rapports précédents, la part de marché des monnaies dites émergentes a continué à progresser pour atteindre 25% du volume total d'échanges".

En terme de "paire de devises", l'euro/dollar arrive largement en tête puisqu'elle concerne une transaction sur quatre, alors que la paire dollar/yen a vu sa part chuter à 13%, l'absence de volatilité sur la monnaie nippone ayant poussé les investisseurs à s'en détourner depuis 2016.

Recul du marché interbancaire

Longtemps chasse gardée des établissements bancaires, qui représentaient près de 70% de l'activité sur le Forex au début des années 2000, le marché des changes s'est depuis ouvert à de nouveaux acteurs parmi lesquels les traders haute fréquence qui grignotent progressivement des parts de marché. Mécaniquement, la part des échanges entre les quinze grandes banques qui dominaient le marché s'effrite et ne représente plus que 38% des transactions entre 2016 et 2019, contre 42% trois ans plus tôt.

Les banques de taille intermédiaires, notamment régionales, ont en revanche gagné des parts de marché (24%, soit 1.600 milliards de dollars par jour). Les traders haute fréquence et les hedge funds s'approprient 9% de l'activité, alors que les entreprises, qui interviennent sur ce marché pour couvrir leur risque de change, ont représenté 7% de ces volumes colossaux.

Si le trading haute fréquence et les robots grappillent des parts de marché aux grandes banques, ils grignotent également la part de marché des particuliers. La spéculation sur devises de la part de ces derniers a en effet chuté de 30% sur trois ans, à 200 milliards de dollars par jour. L'essor des cyptomonnaies (bitcoin, ethereum, etc.), bien plus volatiles -donc attrayantes pour les traders amateurs- que les monnaies traditionnelles explique ce repli. Les banques centrales, enfin, ne représentent plus que 1% des volumes quotidiens, les principales puissances économiques, notamment la Chine, n'ayant pas procédé à de dévaluations compétitives, les institutions monétaires ne sont pas entrées dans une sorte de "guerre des changes" comme cela avait pu être le cas par le passé.

Londres traite presque une opération sur deux

En matière de répartition géographique des opérations réalisées sur le Forex, c'est la place britannique qui se taille la part du lion puisque 43% des échanges sont traités à Londres, une part en augmentation par rapport à 2016 (37%). Ce gain de part de marché a été enregistré au profit de la place new-yorkaise qui ne traite plus que 16,5% des échanges mondiaux sur la période (-3%). Le Brexit n'est pas étranger à ce transfert de parts de marché, l'incertitude politique persistante au Royaume-Unis ayant induit un regain de volatilité de la livre sterling qui a profité à sa place naturelle de cotation, Londres. Hong Kong, leader en Asie, complète le podium avec 7,6% des transactions. Paradoxalement compte tenu de cette volatilité exacerbée, la livre sterling n'arrive qu'en quatrième position des devises les plus échangées (13% des transactions).

La BRI souligne également le bond des échanges enregistré en Chine continentale (+87% depuis 2016) à 136 milliards de dollars par jour (2,1% des volumes totaux). Paris arrive juste derrière avec une part en recul de 2,8 à 2%.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+331.80 % vs -4.86 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat