Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Les défauts de paiement des groupes notés par l'agence S&P ont bondi en 2019

dimanche 5 janvier 2020 à 07h30

(BFM Bourse) - En 2019, 117 entreprises au sein de l'univers des sociétés notées par Standard & Poor's Global Ratings (qui sont déjà des entreprises d'une envergure financière certaine, disposant d'un accès aux marchés pour se financer) ont fait défaut sur leur dette. Depuis dix ans, seule 2016 avait fait pire.

Remarquablement vigoureuse pour les actions, l'année 2019 a été moins brillante sur le marché du crédit, où le nombre de défauts a explosé.

Le nombre d'entreprises notées par Standard & Poor's (S&P's) ayant fait défaut sur leur dette a bondi de 43% en 2019, pour atteindre un total de 117 contre 82 en 2018 (sur plus de 4.600 entreprises au total notées par S&P).

Rappelons qu'un défaut de paiement comptabilisé par l'agence de notation ne se limite pas à une défaillance d'entreprise au sens où l'entend l'Insee en France par exemple (impliquant un dépôt de bilan). Sont comptabilisés les cas de banqueroute totale, mais aussi -cas en fait plus fréquent- les restructurations consenties de plus ou moins bon gré par les créanciers en renonçant à une partie de l'ardoise en dehors d'une procédure juridique, les effacements de dette décidés au tribunal, ou encore tout simplement une échéance non honorée. Certains cas sont en outre tenus confidentiels. L'agence ne note qu'une petite partie des sociétés. Mais cela constitue un échantillon intéressant, les firmes notées étant en outre plus solides que la moyenne puisque par définition elles sont capables de faire appel à des investisseurs (les petites structures ne pouvant recourir qu'au crédit bancaire).

Difficultés du secteur pétrolier et gazier

Par pays, les Etats-Unis représentent la majorité des défaillances : 77 en 2019 soit 66% du total (contre 57% en 2018), notamment en raison des difficultés du secteur pétrole & gaz face à l'excédent d'offre sur le marché pétrolier. Au total 20 acteurs de ce segment, dont Ultra Petroleum, Hornbeck Offshore Services, Bellatrix Exploration, Tapstone Energy ou Chesapeake Energy ont connu un défaut sur leur dette, le secteur le plus sinistré en 2019 avec un taux de défaut moyen de plus de 5%.

Derrière le pétrole et gaz, la restauration a été la plus touchée avec 16 défauts, dont celui de la chaîne britannique de restaurants PizzaExpress, confrontée à une ardoise de 1 milliard de livres.

Hors éventuels cas tenus confidentiels, seulement deux émetteurs de dette français ont été considérés en défaut, dont la maison mère de Vivarte, Novartex. Dans les tous derniers jours de l'année, les créanciers ont accepté de convertir la dette résiduelle en capital. L'autre victime tricolore est l'ETI lorraine Novasep, spécialiste de la purification de molécules pour l'industrie pharmaceutique, qui a déjà dû être recapitalisée ces dernières années (dont une conversion de sa dette en actions avec le soutien de Bpifrance).

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+331.40 % vs -3.61 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat