Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Nasdaq100 : Deux scénarios qui s'affrontent

mardi 1 juin 2021 à 15h52
Alexandre Baradez

Alexandre Baradez Responsable des analyses marchés pour le groupe IG

Diplômé de l'ESCE en 2003, il a d'abord évolué plusieurs années chez BNP Paribas, puis au sein de la Banque Robeco. En 2009, Alexandre Baradez entre chez Saxo Banque en tant que "sales trader". Son expérience des marchés financiers et plus particulièrement des devises l'amène rapidement à …

(BFM Bourse) - L'évolution des rendements obligataires américains et le comportement des valeurs de croissance à l’approche du rapport sur l’emploi devraient être riches d'enseignements. Si ce rapport est bon, les marchés pourraient entériner le fait que des discussions vont s’ouvrir sur un tapering cet été, et la volatilité pourrait s’accroître sur les valeurs du Nasdaq.

Une semaine importante s’ouvre pour les marchés financiers avec la publication vendredi du rapport mensuel sur l’emploi américain qui devrait donner une bonne indication sur le tempo de la Réserve Fédérale pour commencer à ouvrir des discussions sur un ralentissement des achats d’actifs, le fameux tapering.

L’institution monétaire américaine navigue actuellement à un rythme de 120 milliards de dollars d’achats d’actifs tous les mois et son bilan atteint désormais 7903 milliards de dollars - soit l’équivalent de 37% du PIB.

Après un week-end prolongé de trois jours outre-Atlantique, les taux longs américains ont émergé en hausse mardi, le rendement du bon à dix ans atteignant 1,63% soit son plus haut niveau depuis le 21 mai avec une poursuite de la hausse de certaines matières premières dont le pétrole. Alors que l’OPEP+ se réunissait aujourd’hui, le cours du brut américain WTI a atteint son plus haut niveau depuis octobre 2018, contribuant à ce contexte de hausse de l’inflation.

Les derniers chiffres d’inflation en Europe et aux Etats-Unis sont ressortis en forte hausse ce qui renforce un peu plus l’enjeu des prochaines réunions de banques centrales, et notamment celle de la Fed dans quelques jours. Sa réunion des 15 et 16 juin interviendra une dizaine de jours seulement après le rapport sur l’emploi américain de ce vendredi.

On sait que la Fed poursuit un double mandat sur l’emploi et sur les prix, or sur la question de l’inflation il y a désormais beaucoup moins d’inquiétude… donc l’attention des marchés devrait se focaliser sur l’emploi. Le dernier rapport a été très décevant, avec des créations d'emploi près de quatre fois plus faibles que le consensus ne l'attendait, mais certains membres de la Fed estiment que le marché du travail est plus tendu que le rapport ne le suggère.

C’est le cas de Robert Kaplan, lequel se définit comme un "centriste" (donc pas un faucon mais pas une colombe non plus) et plus interpellant, également celui de James Bullard qui est clairement une "colombe" de la Fed. Si un tel partisan d’une politique très accommodante pense que le marché du travail américain est plus tendu qu’il n’y paraît, c’est que l’ouverture des discussions sur un ralentissement des achats d’actif n’est pas loin…

Et donc il va falloir surveiller de près le taux du dix ans américain et le comportement des valeurs de croissance à l’approche du rapport sur l’emploi. Si ce rapport est bon, les marchés pourraient entériner le fait que des discussions vont s’ouvrir sur un tapering en juin ou juillet et la volatilité pourrait s’accroître sur les valeurs technologiques, notamment si les taux réagissent.

Deux scénarios s’affrontent dès lors sur le Nasdaq 100. D’un côté la mise an place d’un canal d'évolution cantonné entre 12.000 et 14.000 points sur fond de remontée des taux longs américains et avec un ralentissement des achats d’actifs de la Fed, de l’autre un scénario où le Nasdaq 100 continuerait d’évoluer légèrement à la hausse en épousant un biseau modérément haussier.

Si le marché est surpris par un durcissement de ton de la Fed, c’est le scénario du canal qui devrait être privilégié. Si la banque centrale choisi de faire très progressivement évoluer sa communication en maintenant une rhétorique largement accommodante, c’est le scénario en biseau qui sera privilégié.

Un retour rapide sous 13.400/13.500 points en amont ou au moment de la publication du rapport serait un signal assez défensif à court terme avec un risque de retour rapide dans la zone 12.000/12.500 points.

©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+319.10 % vs +32.78 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat