Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Frédéric Rollin : Croissance ou value ? Tout dépend du poil de la chenille…

mercredi 17 mars 2021 à 10h49
Frédéric Rollin

Frédéric Rollin Conseiller en stratégie d’investissement chez Pictet Asset Management

Frédéric Rollin est conseiller en stratégie d’investissement chez Pictet Asset Management. Diplômé de l'Ensae Sea, statisticien économiste, Frédéric Rollin possède 28 années d'expérience de gestion financière institutionnelle.

(BFM Bourse) - Aux poils de la chenille On devine que souffle La brise matinale

Ecrit au XVIIIe siècle, ce haïku du poète japonais Yosa Buson s’applique parfaitement à l’année 2021. Les valeurs cycliques et "value" ont surperformé les valeurs de croissance au cours des dernières semaines Et comme le montre le graphique ci-dessous, cette progression est encore extrêmement limitée, en comparaison du retard de performance accumulé au cours des dernières années. Un poil de chenille, à peine. Mais pour nous, ceci annonce un nouveau jour. Les valeurs cycliques devraient continuer leur course encore quelques mois. Pourquoi ?

L’économie mondiale devrait connaître en 2021 l’une des plus fortes croissances de son histoire moderne. Et de bonnes surprises restent largement possibles. Le plan Biden voté cette semaine va doper la consommation. Si le chômage a augmenté, la plupart des ménages dans le monde ont conservé leurs emplois et leurs salaires. N’ayant pu consommer de services lors des confinements, les gens ont accumulé une épargne importante, qui pourrait être dépensée lorsque la campagne de vaccination aura produit ses effets.

Par ailleurs, la production ayant été stoppée de nombreuses semaines, les stocks disponibles sont au plus bas. Pour consommer plus, il faudra donc produire beaucoup plus. Des révisons à la hausse de la croissance, favorables aux valeurs liées au cycle économique, sont ainsi dans les tuyaux.

Autre argument, l’augmentation des rendements. Avec le retour de la croissance, l’inflation remonte, poussant les taux à la hausse. Et ces derniers pourraient encore remonter. Après tout, les conditions financières restent aujourd’hui excellentes et une hausse graduelle des taux américains ne semble pas devoir faire dérailler la reprise. Selon nos économistes, la croissance nominale américaine devrait d’ailleurs s’approcher des 10% cette année! Une remontée supplémentaire des taux à partir de 1,5%, ça ne serait après tout pas "la mer à boire". La Réserve fédérale pourrait donc laisser filer les taux longs sans inquiéter outre mesure les marchés, pour autant qu’elle prenne garde d’empêcher des sursauts de volatilité comme en février.

À court terme, un premier objectif à 1,75% suivi d’une pause nous semble raisonnable. Cela serait favorable aux valeurs cycliques, et en premier lieu aux titres bancaires.

Enfin, de nombreuses entreprises à modèle d’affaires cyclique vont bénéficier de la sortie des confinements. Le transport aérien, l’immobilier de bureaux et l’immobilier commercial, l'aérospatiale et l'énergie sont sur les starting-blocks.

Certes, les valeurs de croissance restent pour nous les gagnantes à moyen terme. La surperformance des entreprises innovantes, capables d’apporter des solutions efficaces aux défis de notre temps, nous semble inéluctable. Le secteur de la santé a par exemple démontré sa capacité à fournir aux populations des solutions efficaces. La croissance bénéficiaire de ce secteur est, à juste titre, très forte et très régulière depuis de nombreuses années, et ses investisseurs fidèles ont été largement récompensés.

Mais il faut parfois se focaliser sur un futur plus proche. Et, pour les prochains mois, ce sont les valeurs cycliques et "value" qui ont notre préférence.

©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+316.10 % vs +28.44 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat