Bourse > Accor > Accor : Une bonne nouvelle mais des interrogations sur les intentions de Colony
ACCORACCOR AC - FR0000120404AC - FR0000120404
41.395 € +1.96 % Temps réel Euronext Paris
40.950 €Ouverture : +1.09 %Perf Ouverture : 41.555 €+ Haut : 40.950 €+ Bas :
40.600 €Clôture veille : 1 103 160Volume : +0.38 %Capi échangé : 11 954 M€Capi. :

Accor : Une bonne nouvelle mais des interrogations sur les intentions de Colony

ACCORACCOR

(Tradingsat.com) - L'annonce de la nomination de Sébastien Bazin à la tête d'Accor a été saluée initialement par une hausse du cours de Bourse du groupe hôtelier, avant que le titre ne soit emporté comme l'ensemble du marché parisien par les craintes géopolitiques sur la Syrie. Vers 15h10, l'action Accor cédait ainsi 1,3% à 28,85 euros, quand le CAC 40 chutait de 2,2%.

Confirmant les informations de Lepoint.fr, le groupe hôtelier, dont le conseil d’administration était réuni ce matin, a décidé de nommer à sa tête le patron de la branche européenne du fonds d’investissement Colony Capital, son principal actionnaire.

Pour prendre en charge ces nouvelles fonctions, Sébastien Bazin a mis fin à tous ses mandats chez Colony Capital qu’il dirigeait en Europe depuis 1997. Philippe Citerne, qui était président non-exécutif du groupe depuis le départ de Denis Hennequin en avril dernier, a été nommé vice-président du conseil d’administration d'Accor.

« A l’issue de la procédure de sélection, le conseil a considéré Sébastien Bazin comme le meilleur choix pour le groupe Accor [...] », a déclaré Philippe Citerne, soulignant les atouts du nouveau dirigeant : « Son excellente connaissance du groupe Accor, son expérience de l’industrie hôtelière et une vraie culture internationale ».

Les analystes de CM-CIC Securities soulignent aujourd'hui que « la bonne nouvelle de cette annonce est de clore une phase d’incertitudes ». Depuis l'éviction de Denis Hennequin en avril dernier, Accor était en effet dirigé de façon transitoire par un trio composé de Philippe Citerne (auparavant vice-président du conseil d'Accor) en tant que président non-exécutif, Yann Caillère (auparavant directeur général délégué) au poste de directeur général, et... Sébastien Bazin en tant que vice-président du conseil.

CM-CIC pointe néamoins les « risques de déstabilisation en interne » à court terme lié à l’annonce de la nomination de Sébastien Bazin, notamment parmi les franchisés, et « la crainte d’une lecture par le marché que Colony soit en train de chercher une porte de sortie pour sa participation ».

Selon le courtier, la décision de Colony Capital, qui détient 21% du capital du groupe en concert avec Eurazeo, de ne pas vouloir rester au conseil d’administration pourrait être interprétée en effet comme le prélude à une sortie du capital.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI