CFD

Les contrats financiers pour différences (CFD) connaissent aujourd’hui un fort engouement auprès des investisseurs actifs en raison de leur simplicité.



Vous êtes un investisseur actif ?

Alors cet instrument financier mérite toute votre attention !


Les CFD sont des instruments financiers qui offrent la possibilité de prendre des positions à la hausse comme à la baisse, avec effet de levier ou non, sur la plupart des sous-jacents : actions, indices, matières premières, devises… Les transactions sont simples et les tarifs avantageux. Les CFD existent en différentes tailles et conviennent donc également aux débutants. Avec les CFD, vous n'achetez ni ne vendez le sous-jacent mais le contrat financier pour différence sur le sous-jacent voulu proposé par votre courtier. Au moment de la fermeture de votre position, c’est la différence (gain ou perte) qui est créditée ou débitée sur votre compte.



Un compte démo pour s’entraîner à trader les CFD


Si vous souhaitez d'abord vous entraîner à trader les CFD en simulation, nous vous proposons de compléter le formulaire suivant. Vous pouvez trader avec 100 000€ virtuels sur un compte de démonstration et bénéficier de l'accompagnement du service client de Saxo Banque.




Historique :

Créés par deux banquiers d’UBS Warburg, Brian Keelan et Jon Wood, les CFD ont été développés à Londres au début des années 90. Non soumis au droit de timbre (impôts anglais) tout en bénéficiant d’un effet de levier, les CFD ont très vite été adoptés par les hedge funds et les institutionnels pour couvrir leurs expositions au marché actions sur le London Stock Exchange.

Dès la fin des années 90, les particuliers ont pu découvrir les CFD grâce au courtier Gerrard and National Intercommodities (GNI) qui créa la première plateforme électronique de trading pour CFD.

Les CFD ont fait leur apparition en France en 2007 suite à la réforme du marché européen et ils sont devenus très populaires auprès des investisseurs actifs.



Fiscalité des CFD :

La fiscalité des CFD est identique à celle des valeurs mobilières. Les plus-values sont imposables, dès le premier euro, au barème progressif de l’impôt sur le revenu, majoré de 15.5% de prélèvements sociaux.

Les moins-values réalisées au cours d’une même année s’imputent sur les gains de même nature réalisés au cours de la même année ou des dix années suivantes (depuis la loi de finances 2003) et ce quel que soit le montant annuel des cessions réalisées.