Bourse > Transgene > Transgene : Transgene dit avoir les moyens de réaliser sa stratégie
TRANSGENETRANSGENE TNG - FR0005175080TNG - FR0005175080
3.140 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris
3.130 €Ouverture : +0.32 %Perf Ouverture : 3.150 €+ Haut : 3.120 €+ Bas :
3.140 €Clôture veille : 10 837Volume : +0.02 %Capi échangé : 177 M€Capi. :

Transgene : Transgene dit avoir les moyens de réaliser sa stratégie

tradingsat

par Noëlle Mennella et Caroline Jacobs

PARIS (Reuters) - Transgene n'a besoin ni de nouveaux partenaires ni de fonds supplémentaires pour supporter les essais cliniques de ses quatre futurs grands vaccins thérapeutiques, dont des lancements commerciaux pourraient avoir lieu en 2016, a déclaré son directeur général Philippe Archinard, lors du forum Reuters des biotechnologies.

Transgene, spécialiste des vaccins thérapeutiques, a pour objectif de devenir une société biopharmaceutique "pérennement profitable à terme", a-t-il dit. Mais il n'a donné aucune précision en termes de calendrier.

Alors qu'en 2010 elle prévoyait d'être bénéficiaire en 2015, la société a repoussé la date de ses premiers bénéfices lors de l'annonce, en mars, d'une perte de 34,2 millions d'euros au titre de l'exercice 2010, qui faisait suite à une perte de 27 millions en 2009 et de 18 millions en 2008.

La technologie de Transgene relève de l'immunothérapie: il s'agit de provoquer, par l'injection de gènes dans l'organisme, une réaction immunitaire permettant aux anticorps de lutter contre les corps étrangers, en l'occurrence les cellules cancéreuses.

"Notre priorité est de s'assurer de la bonne exécution des essais cliniques. Une fois que l'on a fait cela, on aura réalisé 99% du parcours de création de valeur", a expliqué Philippe Archinard. "Aujourd'hui, on est plutôt sur des horizons de lancements commerciaux en 2016."

Pour une entreprise à stratégie d'intégration verticale comme Transgene, la profitabilité vient moins vite que si la commercialisation d'un produit est confiée à un partenaire qui verse des royalties sur les ventes et prend en charge les coûts de marketing, a-t-il ajouté.

PAS DE DATE POUR LES PREMIERS PROFITS

"A ce stade, c'est très difficile de dire quand Transgene sera profitable", a estimé le PDG, rappelant que l'objectif de Transgene est de se métamorphoser à l'horizon 2015 en société biopharmaceutique intégrant l'ensemble des étapes nécessaires à la mise au point d'un produit et de sa commercialisation.

"Si nos produits confortent les résultats qu'ils ont obtenus précédemment, on a ce qu'il nous faut en termes financiers, en termes de partenariat et en termes de compétence pour réussir notre stratégie", a poursuivi Philippe Archinard.

Et d'ajouter : "On a quatre projets, on atteindra notre objectif si seulement un de ses quatre projets réussit. S'il y en a quatre qui marchent, on aura explosé notre objectif."

Sur les quatre molécules en phase de développement clinique, deux sont des blockbusters potentiels : le TG4010 (cancer du poumon non à petites cellules) dont les résultats de phase IIb sont attendus fin 2012-début 2013, et le JX594/TG6006 (hépatocarcinome) dont les résultats de phase IIb sont attendu à la fin 2012.

Novartis a une option de licence pour le premier et l'américain Jennerex a accordé à Transgene des droits exclusifs pour le développement et la commercialisation en Europe, dans la CEI et au Moyen-Orient.

Pour ces deux produits, Transgene a l'intention de déposer sa première demande d'autorisation de mise sur le marché en 2015.

Les deux autres grands projets de Transgene sont le TG4040 (hépatite C) dont la société doit déterminer d'ici fin 2012 si elle lance la phase III, et le TG4001 (vaccin thérapeutique contre le cancer de l'utérus) dont les résultats de phase IIb sont attendus fin 2011-début 2012 et pour lequel le suisse Roche a mis fin à un accord de licence.

LA CHINE EN LIGNE DE MIRE

"Pour le TG4040 et le TG 4001 on aura besoin d'un partenaire régional, mais c'est très tactique; si on a du succès avec nos deux produits les plus importants, on pourra prendre plus de risques et garder plus de droits sur nos autres produits que dans le cas contraire. L'histoire n'est pas à 100% écrite", a expliqué Philippe Archinard.

Il a par exemple confirmé que Transgene avait l'intention d'accélérer sa présence en Chine après l'accord de coentreprise conclu en 2010 avec Tianjin Tasly Pharmaceuticals pour le développement et la commercialisation dans ce pays de produits d'immunothérapie.

"Nous devons finaliser cet été ou au début décembre notre plan de développement local et définir les produits. En parallèle, nous avons un certain nombre d'activités de recherche en amont dans l'oncologie et dans le domaine de l'hépatite, des formes de pathologies très récurrentes en Chine", a-t-il dit.

Transgene ne pourra pas enregistrer de produits en Chine "avant 5-6 ans au mieux", a-t-il précisé, ajoutant que "financièrement, il y a très peu de cash burn associé à ses développements".

Outre Roche, les grands acteurs présents en oncologie sont GlaxoSmithKline, Sanofi, Merck, Eli Lilly ou encore Pfizer.

L'Institut Mérieux est propriétaire de 55,2% du capital de Transgene, fondée en 1979 et introduite en Bourse en 1998.

Le titre Transgene se traite à environ 12,50 euros mardi, faisant ressortir une capitalisation boursière de 397 millions d'euros environ. Il a perdu quelque 10% depuis le début de l'année, après une chute de 32,6% l'an dernier.

Edité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI