Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

TECHNIPFMC

FTI - GB00BDSFG982 SRD PEA PEA-PME
5.364 € +3.51 % Temps réel Euronext Paris

Technipfmc : Pourquoi TechnipFMC se lance sur la piste prometteuse des minéraux de grands fonds marins

jeudi 12 août 2021 à 11h45
TechnipFMC s'associe à Loke pour l'exploitation future des minéraux de fonds marins

(BFM Bourse) - Envisagée depuis des décennies, l'exploitation des ressources minérales du plancher océanique, souvent présentes sous forme enrichie par rapport à l'environnement terrestre, apparaît proche de devenir une réalité industrielle du fait de la baisse du coût des technologies d'une part et de l'explosion de la demande de minéraux essentiels à la transition énergétique.

Paradoxe de la transition énergétique, celle-ci entraîne une forte augmentation de la demande en ressources naturelles. Certains minéraux -cobalt, lithium, cuivre etc.- sont en effet essentiels au développement de technologies peu carbonées (électrification du transport, production d'énergie d'origine solaire et éolienne, bâtiments basse consommation...). Et si à l'échelle du globe les ressources minières terrestres ne manquent pas, les gisements les plus accessibles tendent eux à se tarir, et le coût éthique et environnemental devient prohibitif.

Dans ce contexte, les minéraux présents dans les fonds marins connaissent un regain d’intérêt d'autant que l'exploitation du pétrole offshore depuis une cinquantaine d'années a permis de développer les technologiques de l’extraction et du traitement des ressources des grands fonds marins tout en diminuant le coût.

C'est schématiquement l'analyse qui en est faite par des organismes tels que la Banque mondiale, le Forum Economique Mondial ou l'International Energy Agency. Pour autant, l'exploitation des ressources minérales profondes ne va pas sans risques écologiques. La majorité des conséquences environnementales n’ont pas encore été expérimentées, pour cause, mais l’océan est susceptible d’être impacté - jusqu’à la surface.

Dans les eaux internationales, la prospection, l’exploration et l’exploitation des ressources minérales marines sont administrées par l’Autorité Internationale des fonds marins (International Seabed Authority), un organisme institué en 1994 par l'ONU, qui considère ces ressources comme un patrimoine commun de l'humanité. Vis-à-vis des ressources minérales situées dans la zone économique exclusive (ZEE, qui s'étend bien au-delà des eaux territoriales, jusqu'à 200 milles marins des côtes) chaque pays agit comme il l'entend.

De ce point de vue la Norvège est aujourd'hui particulièrement bien placée, la dorsale océanique riche en sulfides qui passe entre le Svalbard (archipel aussi appelé Spitzberg) et l'île Jan Mayen appartenant à sa ZEE. Le pays est l'un des premiers à avoir formalisé, dès 2019, une législation (extrapolée de celle en vigueur pour le pétrole) visant à faciliter l'exploration et la production des ressources minérales du plateau continental norvégien, une fois analysés les résultats d'une étude d'impact lancée en mai 2020. Le gouvernement devrait rendre sa décision sur l'attribution de licences en 2023.

Fondée en 2019, la société Loke Marine Minerals a obtenu un premier financement en vue de définir des méthodes d'exploration et de production de minéraux marins acceptables d'un point de vue environnemental.

À leur tour, TechnipFMC et le géant du transport maritime Wilh. Wilhemsen (et la filiale de ce dernier NorSea) ont décidé de joindre leurs forces à celles de Loke afin de développer conjointement des techniques d'exploitation, notamment un système sous-marin autonome visant à un impact environnemental réduit, en vue de se positionner dans le futur processus d'attribution attendue de licences d'exploitation.

TechnipFMC et Wilh. Wilhemsen/NorSea Group ont par ailleurs acquis une participation minoritaire de 18% chacun au capital de Loke, pour un montant non divulgué.

"Nous sommes ravis de nous associer à Loke en vue du développement de cette importante ressources. Notre culture de collaboration, intégration et innovation, ainsi que notre expertise en robotique sous-marine et notre présence historique sur le plateau continental norvégien peuvent contribuer à répondre à la demande de nouvelles technologies et ressources destinées à mener la transition énergétique", a commenté Jonathan Landes, patron des activités "subsea" de TechnipFMC.

L'annonce de ce partenariat était bien accueillie des investisseurs, l'action TechnipFMC gagnant 3,5% à 6,154 euros vers 11h30 jeudi.

Guillaume Bayre - ©2021 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur TECHNIPFMC en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+312.70 % vs +37.32 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat