Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

SOITEC

SOI - FR0013227113 SRD PEA PEA-PME
146.950 € +2.76 % Temps réel Euronext Paris

Soitec : Au lendemain d'un sommet depuis 2011, Soitec subit des prises de bénéfices malgré un solide semestre

jeudi 28 novembre 2019 à 11h20
Le titre Soitec recule jeudi matin dans le sillage des résultats semestriels

(BFM Bourse) - Le bénéfice du fabricant isérois de matériaux semi-conducteurs a bondi de 28% au premier semestre de son exercice. Mais après avoir atteint mercredi en clôture un plus haut depuis huit ans, le titre se replie légèrement.

L'heure est visiblement aux prises de bénéfices sur Soitec, le fabricant grenoblois de matériaux semi-conducteurs, dont le titre a clôturé mercredi à 115,50 euros, un sommet depuis juin 2011. Par rapport aux 50,6 euros, niveau auquel il se payait fin 2018, le titre a ainsi plus que doublé de valeur (+128% depuis le début de l'année).

Jeudi matin, dans le sillage de la publication -de très bonne facture- de ses résultats semestriels, Soitec a chuté de plus de 8% quelques minutes après l'ouverture du marché parisien, avant d'effacer une partie de ses pertes pour afficher un recul de 4,59% à 1110,20 euros vers 11h45, dans un volume d'échanges relativement étoffé (0,44% du tour de table).

Le groupe grenoblois qui conçoit et produit des matériaux utilisés pour la fabrication des puces qui équipent les smartphones, tablettes, ordinateurs, serveurs informatiques ou encore les "data centers" a annoncé que son bénéfice net avait progressé de 28% à 41,5 millions d'euros au premier semestre clos le 30 septembre de son exercice décalé. Déjà publié, le chiffre d'affaires s'est établi à 258,5 millions d'euros, en croissance de 30 % à périmètre et taux de change constants. Si la marge d'Ebita de l'électronique est ressorti en ligne avec le niveau attendu pour l'ensemble de l'année, à 30,2% du chiffre d'affaires, elle recule tout de même de 26 points de base par rapport à la même période de l'exercice précédent (32,8%). La marge d'exploitation a pour a part baissé à 33,8%, contre 35,4% un an auparavant.

"Avec cette bonne performance, nous sommes sur la bonne voie pour atteindre nos objectifs annuels, continuer à générer une forte trésorerie d'exploitation et conserver une situation financière saine", s'est félicité le directeur général de Soitec, Paul Boudre.

Confirmation des objectifs annuels

Dans ces conditions, Soitec maintient ses objectifs inchangés pour l'ensemble de l'exercice, à savoir une croissance organique du chiffre d'affaires d'environ 30% avec un taux de marge d'Ebitda d'environ 30% sur la base d'une parité eurodollar à 1,13 - le groupe précisant que la sensibilité de l’Ebitda à une variation de 10 centimes du taux euro / dollar est estimée à 23 millions d’euros. "Compte tenu du niveau de production élevé atteint au cours du dernier trimestre, et du mix produit attendu", le groupe anticipe désormais que ses dépenses d’investissement, sur l’ensemble de l’exercice 2019-2020, atteindront 110 millions d’euros contre 130 millions d’euros précédemment indiqué.

2020, l'année des semis ?

C'est la question que se posent les experts de Mirabaud Securities dans leur note matinale consacrée au secteur des semi-conducteurs. L'auteur de la note John Plassard relève que "le marché mondial des semi-conducteurs est sur le point de connaître sa plus forte baisse en 18 ans à cause de la surcapacité de production en mémoire, les stocks en excédent ou encore les marchés finaux en mal de croissance". Et rappelle qu'en 2001, ce marché avait chuté de 32% lorsque la bulle Internet avait éclaté. "La baisse en 2019 devrait se situer autour de 15%, soit la troisième baisse annuelle la plus importante après celle de 2001 et celle de 1985 (-17%)" indique-t-il.

Le WSTS (World Semiconductor Trade Statistics) précise que le marché des mémoires devrait diminuer de 31% en 2019, tandis que celui des semi-conducteurs, hors mémoires, ne baissera que de 4%. Les performances boursières et opérationnelles enregistrées par Soitec en 2019 sont donc d'autant plus impressionnantes qu'elles interviennent dans un marché baissier. Qui ne devrait du reste pas le rester puisque, toujours selon le WSTS, le retour de la croissance est à prévoir pour 2020 avec des prévisions qui se situent dans une fourchette relativement étroite, allant de 4,8% à 8%. "Pour 2021, IHS Markit prévoit que la croissance s'accélère, passant de 6% en 2020 à 10% en 2021. A contrario, Semiconductor Intelligence estime que la croissance sera légèrement plus lente en 2021 (7%) qu'en 2020 (8%)" précise Mirabaud Securities.

Le bureau d'études explique que c'est "le déploiement de la 5G [qui] constituera le principal facteur de cette reprise" car, "comme IHS Markit le rappelle très justement, tout au long de l’histoire de l’industrie des semiconducteurs, chaque ralentissement du marché (comme observé cette année) s’est soldé par l’arrivée d’une innovation technique (iPhone, Web, …) qui a entraîné une augmentation importante de la demande".

En outre, "si les ventes de matériaux semi-conducteurs ne sont pas seulement liées aux achats de smartphones (toujours plus gros consommateur de semiconducteurs), on ne peut cependant pas nier qu’elles influent fortement sur la tendance" poursuit John Plassard. En ce sens, il est important de suivre les prévisions du cabinet IDC et celui-ci vient de prévoir que les livraisons mondiales de smartphones devraient renouer avec la croissance en 2020, après trois années de contraction du marché. IDC table désormais sur une augmentation de 1,5% des ventes, avec 1,4 milliard d'unités écoulées dans le monde, notamment grâce à l'essor des technologies mobiles de cinquième génération.

Et l'expert de conclure : "La reprise qui se dessine en 2020, notamment grâce au déploiement de la 5G sera ainsi une bonne nouvelle pour une industrie des semi-conducteurs que plusieurs analystes donnaient pour morte". De quoi permettre à Soitec de poursuivre sur la lancée de son millésime boursier 2019-2020 exceptionnel.

Une performance remarquable qui profite en premier lieu à... l'État français, premier actionnaire du groupe à travers BPI France (11,5% du capital), CEA Investissement, filiale du Commissariat à l'énergie atomique (11,5%) et la Caisse des Dépôts (2,6%). La valeur totale de la participation totale de l'État français au sein de Soitec a ainsi grimpé de plus de 500 millions d'euros depuis le 1er janvier, la capitalisation du groupe s'élevant à 3,77 milliards d'euros en clôture mercredi soir.

Quentin Soubranne - ©2022 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur SOITEC en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+316.10 % vs +22.17 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat