Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

SMCP

SMCP - FR0013214145 SRD PEA PEA-PME
4.898 € +1.07 % Temps réel Euronext Paris

Smcp : La maison-mère de Sandro et Maje se recentre vers la Chine et le numérique

mardi 27 octobre 2020 à 12h10
SMCP se recentre sur la Chine et le numérique

(BFM Bourse) - Portée par la forte reprise de l'activité en Chine continentale, le groupe SMCP (Sandro, Maje et Claude Pierlot) a limité le repli de ses ventes au troisième trimestre mais entreprend une vaste réorganisation qui vise à accroître son exposition en Asie et au commerce en ligne.

L'heure de la réorganisation a sonné chez SMCP. Et à l'instar des géants du luxe, le groupe de textile propriétaire des marques Sandro, Maje, Claude Pierlot et De Fursac va se recentrer sur l'Asie, relais de croissance privilégié du secteur. Selon le plan stratégique dévoilé lundi, le groupe prévoit de réaliser la moitié de ses ventes sur Internet (25%) et en Asie (25%). En parallèle, SMCP va fermer une cinquantaine de points de vente en France.

Le directeur général de SMCP, Daniel Lalonde, a expliqué avoir "décidé de fermer le concept Suite 341" en France, ce qui représente 40 points de vente, notamment au sein de magasins Galerie Lafayette ou Printemps. Il a précisé lors d'un point-presse lundi que cette décision avait été prise "avant même le Covid", car le concept n'est "pas aligné" avec sa stratégie consistant à s'appuyer "sur des ADN renforcés et plus marqués" pour chacune des marques du groupe.

"En France, le maillage est assez dense, on le sait depuis un petit moment, on optimise ce réseau tous les ans", a-t-il expliqué en précisant que le nombre global serait compris "entre 40 et 50 fermetures l'année prochaine" dans le pays, avant une stabilisation. "On fait du mieux possible pour donner aux salariés l'opportunité de travailler dans un magasin" du groupe situé à proximité, a-t-il encore déclaré.

L'Asie première région du groupe en 2025

A horizon 2025, l'entreprise, passée sous pavillon chinois depuis le rachat en 2016 par Topsoho (qui détient actuellement 54% du capital de SMCP), société détenue par le géant du textile Shandong Ruyi, prévoit d'investir "en priorité" en Asie-Pacifique "afin de renforcer la présence de SMCP dans la zone géographique la plus dynamique du groupe", notamment en Chine, qui devrait concentrer 50% des dépenses d'investissements du groupe dans la région selon ce qu'a affirmé le groupe lors de sa journée investisseurs tenue lundi.

Daniel Lalonde entend ainsi faire de l'Asie "la première région du groupe en 2025", alors qu'elle pesait 23% de ses ventes en 2019 (ce qui constitue déjà une performance impressionnante sachant que Sandro et Maje ont débarqué en Asie en 2012 et Claude Pierlot en 2016), contre 34% pour la France et 30% pour la zone Europe/Moyen-Orient. Autre priorité: que le numérique atteigne "25% [des] ventes en 2025 (contre 13% en 2019, NDLR)", explique Daniel Lalonde.

Le groupe s'est enfin fixé des objectifs en matières sociales et environnementales (RSE) à horizon 2025, notamment "un approvisionnement éthique, avec 100% des fournisseurs audités d'ici 2025", "une utilisation de plus de 60% de matériaux et produits durables en 2025, contre 27% aujourd'hui", et une réduction des émissions de CO2 de 20% d'ici 2025.

L'action dévisse de plus de 50% depuis janvier

"Nous sommes convaincus que ce plan nous permettra de faire de SMCP un leader mondial du marché du luxe accessible", a encore indiqué Daniel Lalonde, cette fois cité dans un communiqué, dans lequel est fixé l'objectif financier d'atteindre 10% de croissance du chiffre d'affaires (à taux de change constants) en 2023 par rapport à 2019, "en prenant l'hypothèse d'une amélioration progressive du contexte de crise sanitaire à partir du second semestre 2021".

En attendant, le groupe a réalisé 248,4 millions d'euros de chiffre d'affaires au troisième trimestre 2020, en baisse de 9,5% par rapport à 2019. "Cette performance traduit une amélioration séquentielle du chiffre d'affaires par rapport au deuxième trimestre (les revenus s'étaient effondrés de 47% en organique, NDLR)", relève SMCP, qui a connu un trafic en magasin qui "est resté faible en raison de l'absence persistante du tourisme". "Je suis particulièrement satisfait de nos chiffres en Chine Continentale, qui sera, sans aucun doute, un moteur-clé de notre croissance future", a commenté Daniel Lalonde dans un autre communiqué, précisant que ce territoire a connu sur ce trimestre "29,6% de croissance organique". Le groupe rappelle en outre qu'il reste sur une spectaculaire trajectoire de croissance de ses revenus globaux, multipliés par 6 entre 2010 et 2020.

En Bourse, le recentrage stratégique du groupe est relativement fraîchement accueilli. Le titre SMCP perd 1,8% à 4,13 euros peu avant 11h30 dans un marché parisien qui souffre (comme la veille) des craintes sanitaires alors que l'épidémie semble hors de contrôle (le CAC lâche de nouveau 1%). Contrairement aux géants du luxe qui traversent plutôt bien la crise sanitaire sur les marchés, le groupe qui se veut le champion du "luxe accessible" lâche néanmoins 56% depuis le 1er janvier. Pire, le groupe a vu sa valeur fondre de 80% depuis son introduction en Bourse à 21 euros par action en septembre 2017. En difficultés dans un secteur du prêt-à-porter ravagé par les conséquences économiques de la crise sanitaire -Célio s'est placé en procédure de sauvegarde alors que La Halle, André et Camaïeu sont en redressement judiciaire- SMCP a eu recours à un prêt de 140 millions d'euros garanti par l'État à hauteur de 90% fin juin dernier.

(avec AFP)

Quentin Soubranne - ©2021 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur SMCP en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+326.80 % vs +13.22 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat