Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

ROBERTET

RBT - FR0000039091 SRD PEA PEA-PME
867.000 € +3.21 % Temps réel Euronext Paris

Robertet : Soutenu par l'intérêt d'un concurrent, Robertet poursuit un parcours boursier exceptionnel en 2019

mercredi 27 novembre 2019 à 17h20
L'usine grassoise de Robertet

(BFM Bourse) - Entreprise familiale au rayonnement international, Robertet est en passe de boucler une année 2019 remarquable en Bourse, le titre du n°1 mondial des ingrédients naturels destinés à la parfumerie franchissant à la hausse, mercredi, le seuil des 1.000 euros, après avoir progressé de plus de 90% depuis le 1er janvier.

Un nouveau gain de 2% mercredi permet à Robertet d'intégrer le petit cercle des sociétés cotées dont l'action atteint un prix unitaire à quatre chiffres, en l'occurrence 1006 euros. Moins d'une dizaine d'actions sur toute la cote parisienne cotent au-delà de 1000 euros, la plus connue étant Dassault Aviation, dont le titre s'échange à 1.270 euros (-0,8%).

Au sein de ce classement des titres facialement les plus onéreux du marché parisien, Robertet profite de son parcours boursier exceptionnel en 2019 (+91% depuis le 1er janvier) pour faire une entrée fracassante dans le top 10 (8e), quand il ne se classait encore que 15e à fin novembre 2018, selon le classement établi par BFM Bourse à l'époque.

Un discret champion tricolore à l'accent de Giono

Très discret, le groupe établi à Grasse -berceau français de la parfumerie- depuis 1883 revendique la place de n°1 mondial des ingrédients naturels, notamment les produits aromatiques destinés à la parfumerie. Le groupe familial est actuellement dirigé par la quatrième (Philippe Maubert, PDG) voire cinquième génération (Julien, en charge de la division matières premières) de la famille Maubert (François Chauve avait fondé l'entreprise en 1850 avec son neveu Jean-Baptiste Maubert). En 2018, son chiffre d'affaires a atteint près de 525 millions d'euros(+7,5%), assorti d'un bénéfice net de 51,9 millions d'euros (+6,6%) dont découle une marge nette appréciable de 9,9%, en hausse de 20 points de base par rapport à 2017. Cette marge nette a encore grimpé au 1er semestre 2019 pour s'établir à 10,2%, pour des ventes en progression de 4% à 287,7 millions d'euros. L'Europe et l'Amérique du Nord représentent chacun environ le tiers de ce chiffre d'affaires.

Un concurrent suisse s'invite au capital, Robertet réaffirme son indépendance

La famille Maubert contrôle près de la moitié des parts (46,9%), ce qui lui assure environ les deux tiers des droits de vote. Et sinon ? De longue date, un fonds d'investissement américain avait bâti une position importante au capital de Robertet à partir de 2000. First Eagle Investment Management avait ainsi dépassé les 30% du tour de table en 2010, avant de réduire quelque peu la voilure pour revenir récemment sous les 20%, le gérant d'actifs ayant profité de l'envolée du titre en 2019 pour prendre quelques bénéfices. Ce que personne n'avait vu venir en revanche, c'est que First Eagle a récemment cédé le solde de ses parts (17,4%, soit près de 9% des voix) au groupe suisse Firmenich pour 274 millions d'euros, selon un avis de l'AMF du 26 septembre. Une belle opération pour l'entreprise helvétique puisque, depuis cette date, le titre a bondi de 49%.

Un concurrent suisse prêt à étudier la possibilité d'une prise de contrôle

Firmenich est également une société familiale, spécialisée dans la création de fragrances et d'arômes. Elle fait d'ailleurs partie des leaders mondiaux du secteur avec un chiffre d'affaires de 3,35 milliards d'euros en 2018 et 14% de parts de marché (derrière Givaudan et IFF). Sa prise de participation dans Robertet s'accompagnait d'une déclaration qui ne laisse que peu de place au doute: "Firmenich International est prêt à demeurer actionnaire minoritaire passif et de long terme de la société aux côtés de la famille Maubert. Firmenich International est aussi disposé à discuter amicalement d'une éventuelle augmentation de sa participation, et également prêt à construire une collaboration plus étroite afin d'accompagner le succès à long terme de la société. Si cela lui est proposé, Firmenich International étudiera la possibilité de prendre une participation de contrôle dans la société".

L'indépendance de Robertet "n'est pas négociable"

La réaction de Robertet, par la voix de son PDG Philippe Maubert ne s'était pas fait attendre: "Robertet a le plus grand respect pour la société Firmenich, acteur essentiel de l'industrie des parfums et des arômes" avait-il indiqué, ajoutant aussitôt qu'il "ne faut voir, dans cette prise de participation, aucune volonté de rapprochement ni de collaboration avec ce nouveau actionnaire", avant d'enfoncer le clou: "L'indépendance de notre société n'est pas négociable".

Firmenich semble toutefois ne pas s'en laisser compter puisque le groupe suisse a déclaré avoir franchi en hausse, par suite d'acquisitions d'actions et certificats d'investissement Robertet sur le marché, le seuil de 10% des droits de vote le 7 octobre, puis le seuil de 20% du capital le 11 octobre. Il détient actuellement 21,61% du capital et 11,26% des droits de vote du groupe grassois qui compte parmi ses clients de prestigieux parfumeurs couturiers comme Guerlain, Chanel ou Jean Patou.

Quentin Soubranne - ©2022 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur ROBERTET en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+316.10 % vs +22.17 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat