Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

QUANTUM GENOMICS

ALQGC - FR0011648971 SRD PEA PEA-PME
5.450 € +2.44 % Temps réel Euronext Paris

Quantum genomics : Les résultats prometteurs de son traitement de l'hypertension font bondir Quantum Genomics

lundi 12 novembre 2018 à 12h56
Quantum Genomics flambe en Bourse après ses résultats de phase IIb

(BFM Bourse) - Quantum Genomics annonce des résultats convaincants pour l’étude de Phase IIb « New-Hope » du firibastat, son nouvel inhibiteur dans le traitement de l’hypertension artérielle. Le titre de la société biopharmaceutique bondit de plus de 10% vers 12h30.

La société biopharmaceutique Quantum Genomics vient d'annoncer que le firibastat, son nouvel inhibiteur de l'aminopeptidase A cérébrale dans le traitement de l'hypertension artérielle, a largement dépassé le critère principal de l'étude de phase IIb "New-Hope". Le principe actif développé par Quantum Genomics, auparavant connu sous les noms de code RB150 ou QGC001, "démontre une efficacité hautement significative sur une population à haut risque cardiovasculaire dont l’hypertension artérielle est généralement difficile à traiter" souligne le communiqué du groupe.

La société biopharmaceutique spécialisée dans le développement d’une nouvelle classe de médicaments qui agissent directement sur le cerveau pour traiter des besoins médicaux non-satisfaits dans le domaine des maladies cardiovasculaires, a présenté ses données lors des sessions scientifiques 2018 de l’American Heart Association (AHA) qui se sont tenues du 10 au 12 novembre à Chicago. Et selon Jean-Philippe Milon, directeur général du groupe, celles-ci représentent "à ce jour l’avancée la plus importante pour Quantum Genomics et non seulement nous rapprochent de notre objectif d’apporter une réponse à d’importants besoins médicaux non satisfaits, mais aussi ouvrent la voie au lancement d’une étude pivot de phase 3 (NDLR : dernière étape des essais cliniques avant la commercialisation d'un traitement) pour évaluer l’efficacité du firibastat dans le traitement de l’hypertension artérielle résistante".

Diminution hautement signification de la pression artérielle systollique

La pression artérielle systollique constituait le critère principal de l'étude de phase IIb "New-Hope" du candidat-médicament (traitement en développement) de Quantum Genomics. Les résultats présentés par l'investigateur principal de l'étude, le professeur Keith C. Ferdinand de l’Université de Médecine de Tulane (Nouvelle-Orléans), montrent qu’un traitement de huit semaines par du firibastat entraîne une diminution statistiquement significative de 9,7 mmHg (p < 0,0001) de celle-ci, peut-on lire dans le communiqué. "Une diminution d’au moins 7 mmHg de la pression artérielle systolique est généralement considérée comme cliniquement pertinente pour caractériser un effet anti-hypertenseur chez des patients difficiles à traiter" précise le docteur Bruno Besse, directeur médical de Quantum Genomics. Un objectif largement dépassé, donc, par firibastat.

À noter que la pression artérielle diastolique, le critère secondaire étudié lors de cette étude de phase IIb, a également "baissé significativement de 4,3 mmHg (p < 0,0001)" indique le communiqué. Ce dernier précise par ailleurs que "l’efficacité du firibastat dans la diminution de la pression artérielle a été démontrée dans tous les sous-groupes, quel que soit l’âge, le sexe, l’origine ethnique et le poids. Une diminution statistiquement significative de celle-ci a notamment été observée chez les patients obèses (-10,4 mmHg, p < 0,0001) et afro-américains (-10,5 mmHg, p < 0,0001). Le docteur Bruno Besse estime que "les résultats de l’étude, en particulier l’ampleur de la diminution de la pression artérielle, sont très encourageants et nous permettent d’être confiants sur l’avenir du firibastat".

Cliniquement et biologiquement bien toléré

Outre son efficacité, les résultats de l'étude de phase IIb nous indiquent que le candidat-médicament a par ailleurs été "bien toléré". Les effets secondaires les plus fréquents ont été "des réactions cutanées et des céphalées, avec des fréquences respectives de 4 % et 3 %, équivalentes à ce qui a été observé avec d’autres classes de médicaments antihypertenseurs" note le communiqué. "Aucun angiœdème (NDLR : gonflement de la peau et des muqueuses) n’a été signalé" indique également Quantum Genomics qui précise qu'"aucune variation des niveaux de potassium (kaliémie) ou de sodium sérique (natrémie) n’a été observée" et que "la glycémie et la fonction rénale sont également restées stables".

Le titre à son plus haut depuis août 2017

Les résultats publiés par Quantum Genomics sont largement salués par les investisseurs puisque le titre de la biotech s'adjuge 11,04% à 3,42 euros vers 12h30, dans un volume d'échanges très conséquent correspondant à près de 9% du capital. L'action revient ainsi à son plus haut niveau depuis le 21 août 2017, après avoir bondi de plus de 80% sur un mois.

Quentin Soubranne - ©2019 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur QUANTUM GENOMICS en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+289.70 % vs +11.93 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat