Bourse > Quantum genom nr > Quantum genom nr : 'aucune dette financière à ce jour'
QUANTUM GENOM NRQUANTUM GENOM NR QGCNR - FR0010783837QGCNR - FR0010783837
0.340 € 0.00 %
0.340 €Ouverture : 0.00 %Perf Ouverture : 0.340 €+ Haut : 0.340 €+ Bas :
0.340 €Clôture veille : 81Volume : +0.00 %Capi échangé : 25 M€Capi. :

Quantum genom nr : 'aucune dette financière à ce jour'

tradingsat

(CercleFinance.com) - Quantum Genomics a vu son titre bondir de près de 48% depuis le début de l'année. Son PDG Lionel Ségard s'est confié à notre rédaction.



Cercle Finance: Quantum Genomics a reçu au début du mois un avis positif du Comité de surveillance pour la poursuite de l'étude clinique de phase IIa en cours dans l'hypertension artérielle. Quel est l'objectif de votre candidat médicament QGC001 ?


Lionel Ségard : Le QGC001 a pour but de lutter contre l'hypertension artérielle en agissant au niveau du cerveau, à l'inverse des médicaments actuellement disponibles sur le marché, et ainsi de répondre à l'échec de traitement des antihypertenseurs de type IEC (Inhibiteurs de l'enzyme de conversion) ou antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II. Au passage de la barrière hématoencéphalique, le médicament va libérer dans le cerveau l'inhibiteur spécifique et sélectif de l'Aminopeptidase A, l'EC33, et bloquer la formation de l'Angiotensine III.

Quantum Genomics compte développer une voie thérapeutique innovante avec un tout nouveau mécanisme d'action en mettant en place un inhibiteur de l'Aminopeptidase A au niveau cérébral (BAPAIs). Ce mécanisme aura, nous l'espérons, une triple action avec un seul médicament : augmentation de la diurèse (élimination d'urine) associée à une diminution des résistances vasculaires et à un contrôle de la fréquence cardiaque.

En d'autres termes, le QGC001 devrait lutter contre l'hypertension tout en protégeant le coeur.



C.F.: Quelles seront les prochaines étapes pour le QGC001 ?


L.S. : Après une première étape franchie avec succès dans l'étude de phase IIa, le Comité de surveillance vient de rendre un avis positif quant à la poursuite de cette dernière, sans aucun changement au protocole. En effet, les résultats ont montré une bonne tolérance du candidat-médicament par les patients.

Pour rappel, cette étude clinique est menée en double aveugle et en cross-over, et vise à comparer les effets du produit QGC001 (500 mg matin et soir) à ceux d'un produit placebo via une alternance de phase de prise du QGC001 et de prise de placebo, coupée d'une phase de lavage.

Lors de la prochaine étape, il s'agira de prouver l'efficacité du candidat-médicament chez les patients hypertendus. Cela va s'échelonner au cours d'une phase IIb, d'une durée d'un an, suivie d'une phase III de 2 à 3 ans, et enfin d'une demande d'autorisation de mise sur le marché devant déboucher sur la commercialisation du produit.

Cette dernière étape pourrait prendre au maximum 3 ans.



C.F.: Vous participerez dans quelques jours à New York à la conférence Emerging Leaders in European Healthcare. Qu'attendez-vous de cette manifestation ?


L.S. : Cette conférence qui réunit les gestionnaires de portefeuilles, les banquiers, les analystes et des sociétés comme la nôtre pourrait nous permettre d'accéder à de nouvelles opportunités de développement ou de nouer de futurs partenariats.
Cela sera l'occasion pour les cadres de l'industrie pharmaceutique accompagnés de financiers de faire la connaissance de Quantum Genomics et d'apprécier ses forces, notamment les avancées de notre recherche pour le QGC001, programme pour lequel nous avons recruté avec 4 mois d'avance plus de 50% des patients pour l'étude de phase IIa.

Nous pourrons également revenir sur une publication de résultats positifs, obtenus en juin dans les délais prévus, cette fois dans le cadre de l'insuffisance cardiaque, via une étude menée chez le chien en collaboration avec un laboratoire majeur dans le domaine de la santé animale.



C.F.: Vous avez signé cet été un accord de collaboration de recherche avec l'Institut du Coeur de l'Université d'Ottawa (Canada) pour accélérer les développements dans le domaine de l'insuffisance cardiaque. En quoi consiste-t-il ?


L.S.: Confortés par les résultats prometteurs obtenus dans le cadre de l'étude menée chez le chien, nous avons souhaité accélérer nos travaux de recherche pour le QGC101, candidat-médicament qui a pour objectif la prévention et le traitement de l'insuffisance cardiaque.

Un accord de collaboration de recherche avec l'Institut du Coeur de l'Université d'Ottawa a ainsi été signé, visant à démontrer plus encore l'intérêt thérapeutique des inhibiteurs de l'aminopeptidase A à action centrale (BAPAIs) dans cette indication. En d'autres termes, cela représente une accélération des travaux de recherche et développement pour le programme QGC101.

Cet accord de recherche implique la collaboration d'une première équipe dirigée par le Professeur Frans Leenen à l'Institut du Coeur de l'Université d'Ottawa et une deuxième équipe dirigée par le Docteur Catherine Llorens-Cortès au sein du Centre Interdisciplinaire de Recherche en Biologie (Inserm U1050/CNRS UMR 7241) situé au Collège de France.

Cette collaboration de recherche permettra d'évaluer chez des rats ayant subi un infarctus du myocarde les effets d'administrations répétées pendant 28 jours du produit sur la fonction cardiaque, le tonus sympathique, les concentrations de biomarqueurs hormonaux d'insuffisance cardiaque, ainsi que sur la survie des animaux.

Quantum Genomics entend ainsi démontrer plus encore l'intérêt thérapeutique des inhibiteurs de l'aminopeptidase A à action centrale (BAPAIs) pour la prévention et le traitement de l'insuffisance cardiaque.



C.F.: Quels sont les principaux enseignements à tirer de vos résultats semestriels ?


L.S. : Nos résultats semestriels traduisent notre bonne maîtrise des coûts et montrent une structure du bilan renforcée consécutivement à l'augmentation de capital avec offre au public réalisée en début d'année.

Ainsi, la perte d'exploitation s'élève à 1,9 million d'euros, en ligne avec l'accélération des programmes de recherche et développement de la société, pour 1,8 million de pertes nettes.

La trésorerie au 30 juin 2015 s'élevait par ailleurs à 10,2 millions d'euros, contre 3,3 millions à fin décembre 2014, et les fonds propres à 11,1 millions. Il me semble enfin important de souligner que la société n'a à ce jour aucune dette financière.


Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI