Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Pétrole WTI

WBS - MP0000000WBS
- -

Pétrole wti : Le baril de brut WTI dépasse les 110 dollars, nouveau record depuis 2013

mercredi 2 mars 2022 à 10h21
Le baril de WTI franchit les 110 dollars

(BFM Bourse) - Après avoir franchi la veille le cap des 100 dollars, le baril de WTI se négocie à plus de 110 dollars mercredi matin, toujours sur fond de guerre en Ukraine. Malgré cet embrasement des cours, l'Opep+ (qui compte la Russie parmi ses membres) devrait persister dans son approche de ne rouvrir les vannes qu'au compte-gouttes.

De record en record, et de plus en plus vite. Poussé par la guerre en Ukraine qui continue d'alimenter les craintes quant à l'approvisionnement russe en pétrole, le cours du baril de WTI atteint plus de 110 dollars ce mercredi matin, encore en hausse de près de 7% par rapport à la veille au soir. Le baril de Brent de mer du Nord a de son côté grimpé à plus de 112 dollars, un sommet depuis l'été 2014.

L'invasion de l'Ukraine par la Russie de Vladimir Poutine a conduit l'Union européenne et les Etats-Unis en tête à imposer de fortes sanctions à Moscou, alimentant les craintes de voir les exportations russes interrompues. La Russie est pour rappel le deuxième plus grand exportateur de pétrole brut au monde, derrière l'Arabie Saoudite.

"Les problèmes de la chaîne d'approvisionnement et les pressions inflationnistes restent la première préoccupation de nombreux investisseurs dans le monde", a expliqué Andy McCormick, analyste chez T. Rowe Price. L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a cependant annoncé mardi que ses pays membres allaient libérer 60 millions de barils de pétrole tirés de leurs réserves d'urgence pour stabiliser le marché. De ce total, 30 millions seront débloqués par les Etats-Unis, a précisé le président américain Joe Biden. Une annonce qui a néanmoins eu un effet contre-productif sur les cours puisque après une brève détente, ceux-ci sont remontés en flèche en fin de séance, la libération de stocks stratégiques déclenchant régulièrement une légère panique chez les opérateurs de marché.

Le conflit russo-ukrainien intervient au moment où les prix du brut étaient déjà en train de s'envoler en raison de l'insuffisance de l'offre et d'une forte reprise de la demande dans le monde provoquée par la levée, dans de nombreux pays, des restrictions sanitaires imposées pour lutter contre la pandémie de coronavirus.

Une réunion de l'Opep+, à laquelle participera la Russie, se tiendra mercredi. Malgré la flambée des cours, les analystes tablent sur une reconduction de la prudente stratégie du cartel composé des treize membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), menés par Ryad, et de leurs dix alliés - conduits par Moscou. Ils devraient sauf surprise une nouvelle fois augmenter le niveau total de production de 400.000 barils par jour pour le mois d'avril, estime Fawad Razaqzada, analyste chez ThinkMarkets. "L'Opep+ va sans doute suggérer" que la situation actuelle "n'affecte pas l'accord Opep+", et par son attentisme "ne faire qu'empirer les choses", estime-t-il. Pour ne rien arranger, cela fait plusieurs mois que les producteurs de l'alliance élargi ne parviennent pas à atteindre les quotas fixés par l'accord alors que de nombreux pays (Venezuela, Kazakhstan, Libye ou Irak) subissant actuellement des perturbations d'approvisionnements.

(avec AFP)

Q. S. - ©2022 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+316.10 % vs +22.17 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat