Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Pétrole Brent

BRN - MP0000000BRN
- -

Pétrole brent : La production de brut de la part de l'Opep a chuté en mars, les cours du pétrole accélèrent

mercredi 10 avril 2019 à 16h30
Net repli de l'offre de pétrole brut de l'Opep au mois de mars

(BFM Bourse) - L'Organisation des pays exportateurs de pétrole a fait état d'une baisse de son offre le mois dernier, notamment sous l'effet d'un nouveau recul de la production vénézuélienne qui amplifie l'accord de réduction de l'offre conclu début décembre dernier à Vienne par l'Opep et ses alliés, dont la Russie.

La production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a chuté de manière spectaculaire en mars avec 534.000 barils de moins par jour, à 30,02 millions de barils par jour, notamment sous l'effet d'une très forte diminution de la production en Arabie saoudite ainsi qu'au Venezuela, a indiqué le cartel dans son rapport mensuel publié mercredi.

Plongé dans le désordre politique et affecté par des pannes d'électricité géantes à répétition, le Venezuela a indiqué à l'Opep avoir pompé 472.000 barils par jour en moins le mois dernier, sa production n'atteignant plus que 960.000 barils par jour quand elle avoisinait encore les deux millions en 2017. D'autres sources dites "secondaires" (indirectes) affirment que la production vénézuélienne a diminué de 289.000 barils par jour pour une production quotidienne de 732.000 barils.

La production du cartel a également été limitée par le très net repli de l'offre saoudienne. Le royaume a en effet vu sa production chuter de 350.000 barils par jour, à 9,787 millions de barils par jour, au cours du mois de mars, selon les chiffres communiqués par l'Arabie saoudite à l'Organisation. Cette baisse d'ampleur témoigne de la volonté du royaume saoudien -chef de file du cartel- de soutenir les cours du pétrole brut via une limitation volontaire de sa production, ce à quoi le cartel et ses alliés -dont la Russie- s'étaient engagés à Vienne en décembre dernier. Les ministres de "l'Opep+" concernés vont d'ailleurs de nouveau se réunir dans la capitale autrichienne les 25 et 26 juin prochains, pour décider de la suite à donner à cet accord.

Preuve que la stratégie adoptée par les pays producteurs fonctionne, les cours des deux références mondiales de pétrole brut, le Brent européen et le WTI américain, ont respectivement rebondi de 31% et 41% depuis le début de l'année 2019 (et de 21,7% et 28,6% depuis le 6 décembre dernier, veille de la signature de l'accord à Vienne). Mercredi, vers 16h30, le baril de Brent pour livraison en juin s'échange à 70,99 dollars sur l'Intercontinental Exchange de Londres, contre 64,31 dollars pour le baril de WTI sur le Nymex, à même échéance.

Une flambée des cours qui n'est clairement pas du goût du président américain Donald Trump, ce dernier n'hésitant pas à s'en prendre vertement à l'Opep, via Twitter, pour inciter le cartel à ouvrir les vannes. Des appels du pied largement ignorés par l'Arabie saoudite et ses alliés au sein du cartel. À noter que le rapport mensuel de l'Opep indique que la production de pétrole brut des États-Unis devrait augmenter de 1,46 millions de barils par jour en moyenne au cours de l'année 2019, pour s'établir à 12,42 millions de barils. Ce niveau de production constituerait un nouveau record. Le dernier rapport de l'Agence américaine de l'Énergie, daté du 3 avril, faisait état d'une production, à 12,2 millions de barils par jour en moyenne sur la semaine bouclée le 29 mars dernier.

Quentin Soubranne - ©2019 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+288.80 % vs +7.79 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat